#Aquarius: la tradition française d'hospitalité est un mythe

Cet énième triste épisode pour notre époque nous renvoie à un autre épisode. Celui des milliers d“indésirables Juifs” que la France a refoulés à la frontière, parce l’accord d’armistice de 1940 avec l’Allemagne l’exigeait, ou encore les républicains espagnols qui se sont retrouvés internés dans des camps de concentration ou tout simplement renvoyés.

l'Aquarius l'Aquarius
A l’heure de publication, l’Aquarius, bateau de sauvetage de l’association SOS Méditerranée, est actuellement bloqué en mer avec à son bord 629 exilés Africains, dont des femmes enceintes et des enfants.

Depuis plusieurs jours maintenant, le bateau fait du sur place, ou bien navigue le long des côtes Sardes, car ni la France dirigée par Macron, ni l’Italie dirigée par un gouvernement d’extrême droite ne lui ont permis d’accoster. Encore une fois Emmanuel Macron et son gouvernement partagent la même position que l’extrême droite, italienne cette fois ci.

Mais, contrairement à nous, l’Italie elle, a vu arriver plus de 700 000 exilés sans que la France ne lui apporte un quelconque soutien.

Alors que l’Aquarius appelle à l’aide en pleine mer, Macron a une nouvelle fois fait preuve de cynisme en demandant à l’Italie de les accueillir avant de se murer dans le silence, lorsque les appels pour les accueillir, sont cette fois ci, venus de l’intérieur même de l’hexagone.

Pour ne pas froisser l’extrême droite, Emmanuel Macron fait dans l’abject. Des femmes enceintes attendent d’être secourues et le président de la France ainsi que son gouvernement jouent la montre pour que d’autres leur viennent en aide.

Finalement, c’est l’Espagne qui a proposé d’accueillir l’Aquarius.

screen-shot-2018-06-16-at-11-13-44

Preuve que les membres de ce gouvernement sont nés avant la honte, le premier ministre Edouard Philippe a proposé d’aider l’Espagne, proposition soutenue par le Ministre de la Défense Jean Yves Le Drian qui, dans une consternante justification, a déclaré que l’Aquarius était plus proche de Valence que de n’importe quel autre port français.

Mais, au delà de la France, c’est toute l’Europe qui coule sous la honte. Les autres pays ne font pas mieux! Et la France, mène avec elle le reste de l’Union Européenne vers le mauvais côté de l’histoire.

Cet énième triste épisode pour notre époque nous renvoie à un autre épisode. Celui des milliers d“indésirables Juifs” que la France a refoulés à la frontière, parce l’accord d’armistice de 1940 avec l’Allemagne l’exigeait, ou encore les républicains espagnols qui se sont retrouvés internés dans des camps de concentration puis déportés vers les camps de travail en Afrique ou tout simplement renvoyés.



La ligne de démarcation de 1940 est remplacée aujourd’hui par les frontières de l’Europe devenue forteresse et les “indésirables Juifs” sont aujourd’hui remplacés par les indésirables Maliens, Mauritaniens, Nigeriens, Syriens, Afghans ou Irakiens, des régions du monde où la France est directement impliquée, soit dans des opérations militaires, soit dans le soutien aux dictatures soit dans l’exploitation des ressources.

J’entends ici et là parler d’une soi disant tradition française de l’hospitalité mais cette tradition est un mythe devenu réalité qu’à de rares occasions et l’Aquarius nous rappelle encore une fois que la France prend sa part pour profiter de la misère du monde mais ferme ses frontières lorsque cette misère arrive à sa porte.

La grande surprise est venue, elle, de la Corse. Le Président indépendantiste de l’exécutif Gilles Simeoni a proposé son aide et déclaré que cette proposition était naturelle.

Je ne parlerai pas de honte pour la France car beaucoup s’en accommodent sans gêne au sein de l’État. Mais si la petite île Corse a su faire preuve de grandeur face à la France alors peut être que la Corse devrait accéder à son indépendance et montrer l’exemple aussi bien à la France qu’au reste de l’Europe.

Je parle de honte pour nous car en plus de laisser crever les exilés en mer, on criminalise tous ceux qui leur viennent en aide à l’image d’Houssam El Assimi, Martine Landry ou encore Cédric Herrou pour ne citer qu’eux.

Emmanuel Macron est directement responsable car en plus de fermer les frontières, son gouvernement encourage les expéditions menées par l’extrême droite pour chasser les exilés aussi bien en haute mer qu’en haute montagne.

Preuve que l’État français a toujours su se servir de l’extrême droite pour faire le sale boulot, rappelons nous que les exécutions de militants indigènes par l’OAS se faisaient avec le silence complice de l’État.

Ce qui sauverais notre honneur à toutes et à tous, c’est qu’un port français s’engage dans la désobéissance civile et fasse un pieds de nez à l’exécutif niché à Paris dans sa tour d’ivoire.

Que l’armée intervienne et démontre le jusqu’au boutisme d’Emmanuel Macron pour fermer la porte aux exilés mais que chaque citoyen en capacité de sauver ces gens le fasse. Si ce gouvernement préfère obéir aux injonctions de l’extreme droite, aucun citoyen n’a l’obligation de suivre ceux qui le mènent vers les poubelles de l’histoire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.