[VIDEO] Lettre à la police

«Je me tourne vers l’institution policière pour lui demander de se réformer, de condamner la violence, de se désolidariser des extrémistes, des racistes et des criminels qui ternissent son image. J’en ai croisé et j’en connais plus d’un qui honorent leur profession et qui ont choisi ce métier par vocation; je ne ferai pas l’amalgame du “tous ripoux” mais...»

Lettre à la police © Yasser Louati




A Aulnay Sous Bois, le contrôle de police de Théo, jeune noir de 22 ans s’est transformé en agression brutale, avec un policier qui lui a…

J’tiens d’abord à saluer la dignité du jeune homme et de sa famille qui ont été exemplaires et les soutenir est de loin, la moindre des choses pour nous.

De l’autre côté par contre, l’Etat a encore démontré son mépris de race et de classe.

Malgré la barbarie et l’obscénité du geste qui ont nécessité 60 jours d’ITT, voilà que la soi disant “police des polices” estime qu’il s’agit d’un accident en plus de la requalification des faits en “violences volontaires aggravées” par le parquet.

Cette démonstration de mépris, a continué avec les tirs à balles réelles et les injures raciales alors que les habitants manifestaient pacifiquement contre la violence et l’impunité de la police. Puis on a eu ce policier Luc Poignant et cet ex magistrat Philippe Bilger qui ont tous deux estimé… que le terme “bamboula” était soit “correct” soit “affectueux”.

Et pour couronner le tout, 7 mois aprés la mort d’Adama Traoré et la falsification de l’enquête, voilà que les députés ont approuvé en première lecture le projet de loi dit “de sécurité publique” qui:

_assouplit les règles de légitime défense pour les policiers, comme si l’impunité ne suffisait pas
_durcit les peines pour outrages aux forces de l'ordre mais pas les outrages à citoyens
_autorise l'anonymat des enquêteurs pour encore plus d’opacité

Quant à ceux qui s’offusquent de voir des jeunes en colère à Ménilmontant, Aulnay ou Bobigny, j’aimerais voir votre réaction si vous, votre fils, votre fille, votre frère ou votre soeur se faisait violer par un dépositaire de l’autorité publique.

Ce n’est pas pour rien que ce matin encore le défenseur des droits Jacques Toubon reconnaissait que ce qui est arrivé à Théo, je cite “n'est pas un fait divers, c'est un fait de société.”

Statistiques,
Je rappel qu’un noir et un arabe ont respectivement 6 et 8 fois plus de chances d’être contrôlés en raison de leur couleur de peau, que "l’agressivité de la police est trois fois plus importante quand les personnes contrôlées ne sont pas blanches” comme le souligne Sebastian Roché dans son étude "De la police en démocratie”.

Quant à l’usage fatal de la violence, de six à huit décès entre 77 et 97, on est passé à une moyenne de 10 à 15 morts par an.

Le tout, avec une institution qui vote à plus de 51% Front National.

Si on avait voulu faire croire qu’on entre dans la police ou la gendarmerie pour s’adonner aux ratonnades, sans risquer la prison, on ne s’y serait pas pris autrement.

D’ailleurs combien de policiers ont été incarcérés aprés avoir tué un noir ou un arabe? Voyons voir:

_Été 1972: 12 jeunes algériens sont assassinés par des policiers. Zero arrestation et bien sûr zéro condamnation.
_ Février 2016: non-lieu pour la mort d’Ali Ziri, le retraité mort par suffocation aprés son interpellation.
_Non-lieu en décembre suite à la mort de Mohamed Boukourou, victime d’un arrêt respiratoire dans un fourgon de police après avoir été tabassé.
_Non-lieu encore, en octobre 2012 suite à la mort Mahamadou Marega, décédé après un tir de Taser à Colombes.
_Non-lieu en septembre 2016 suite à la mort d’Abou Bakari Tandia, tombé dans le coma pendant sa garde à vue, fin 2004, à Courbevoie.
_Liamine Dieng
_Amine Bentounsi
_Adama Traoré

Alors je me tourne vers l’institution policière pour lui demander de se réformer, de condamner la violence, de se désolidariser des extrémistes, des racistes et des criminels qui ternissent son image. J’en ai croisé et j’en connais plus d’un qui honorent leur profession et qui ont choisi ce métier par vocation; je ne ferai pas l’amalgame du “tous ripoux” mais je m’adresse à l’institution en tant que telle et aux policiers modérés:

“Vous dites que la fonction de policier est une fonction noble, je veux bien vous croire, mais si vous ne sortez pas en masse pour manifester et défendre l’honneur de votre fonction, alors vous ne pourrez qu’être responsables de l’image que votre silence renvoie. Il ne suffira plus de dire “la police c’est pas ça” ou de d’affirmer “qu’être policier, c’est être un agent de la paix.”

Si le régime politique que vous défendez vous portait dans son coeur, il vous traiterait avec un peu plus de considération.

Si vos conditions de travail ne sont, nos enfants n’ont pas à être les souffre douleur des forces de l’ordre et l’excuse des conditions de travail difficiles pour expliquer leur brutalité est inacceptable. Je rappelle que nos impôts payent leurs salaires. Mais si vous avez peur de vous en prendre à votre hiérarchie qui vous exploite pour maintenir l’ordre bourgeois et que vous nous faites payer vos frustrations par la violence gratuite et le meurtre, alors aux mépris de votre hiérarchie s’ajoute le mépris de ceux que vous brutalisez.

Je ne vais pas m’attarder sur le mensonge de la préfecture de police sur le sauvetage d’une fillette dans une voiture en feu, si la police avait vocation à sauver la vie de nos enfants, elle aurait sauvé celle de Zyed et Bouna.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.