Contre l'obscurantisme les chants de fête

Au marteau et au burin une œuvre d'art de près de 120 ans a été détruite hier à Sétif qui a émue tous les sétifiens et qui aurait du émouvoir beaucoup plus de personnes. C'est un signe d'obscurantisme qui ne trompe personne. Photo credit a Noufel Bouguessa

Statue de Ain El Fouara © Noufel Bouguessa Statue de Ain El Fouara © Noufel Bouguessa
C'est triste cette statue est tout un symbole pour les habitants de Sétif, et du fait qu'elle soit le symbole de la femme, cela me fait plus ample mal.

J'ai demandé à ma mère qui était née à Ain Fouara (Sétif) pourquoi cette statue avait tant d'importance pour les sétifiens. Elle m'avait répondu qu'il fallait remonter à l'époque de la colonisation ou les "indigènes" n'avaient pas l'eau courante et ils devaient se débrouiller pour subvenir à leur besoin pour leur hygiène et leur survie. Lorsque la fontaine fut offerte à la ville de Sétif en 1898 la fontaine fut ouverte à tous et les familles envoyaient leurs enfants avec des jars pour chercher de l'eau à la fontaine. Un rituel qui allait s'installer pour longtemps même après l'indépendance même pendant les années 90 avec les interruptions d'eau durant l'été. Souvent j'allais y jouer étant petite, une boulangerie avec des confiseries lui faisait face. L'eau à l'époque était fraiche et avait bon gout on venait de loin pour en boire des 4 coins de l'Algérie. Elle était comme une mère pour elle, une mère qui les nourrissait de son sein. Elle me disait que la fontaine leur délivrait cette substance si vitale pour eux  et quotidiennement ils se retrouvaient pour remplir leur jar. Cette fontaine leur est devenue indispensable.

C'était un lieu de rendez-vous, il y a toujours du beau monde sur cette place et elle était fière de leur statue qui n'avait rien à envier aux statues que l'on peut trouver à Paris et à Rome. Une œuvre d'art offerte à la ville de Sétif et ses habitants que les gens venaient admirer non pas pour sa nudité mais pour son symbole de cette histoire antique qui a donné naissance à Sétifis cette ville romaine établie pour la retraite des militaires romains avec son fort pour se protéger des invasions de civilisations venues du désert 200 ans après le Christ.

Ain El Fouara est une œuvre du sculpteur Francis de Saint Vidal offerte à la ville de Sétif en 1898. Cette Dame tire sa révérence elle sera remplacée a annoncé hier le ministre de la culture algérien Monsieur Azzedine Mihoubi. Ca a claqué dans l'air si soudainement la Grande Dame a trop souffert elle va être remplacée par une sculpture plus récente. Une Dame plus jeune va la remplacer. Cette statue qui a vu ma mère grandir qui l'a affectionnée s'en va. Une page de l’histoire de Sétif s'est tournée un homme de 34 ans un "malade mental" comme ils le caractérisent a eu raison de cette Grande Dame.

C'est triste je suis choquée je n'aurai jamais cru que je verrai notre statue dans cet état quand elle a été attaquée pendant la décennie noire elle avait déjà échappé de peu à sa destruction, ce jour-là on avait vraiment cru qu'elle était invincible.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.