Est-on , encore, dans un état de Droit?

Le plan de déconfinement du gouvernement ne fait pas l'unanimité après le vote du sénat. Le Président et le gouvernement veulent confiner les Français en les infantilisant. Dans d'autres pays, la confiance règne et l'ordre est respecté. Combien de temps faudra-t-il attendre pour retrouver un état de Droit?

Le sénat a rejeté le plan déconfinement du gouvernement, certes grâce à un nombre élevé d'abstentions. Ce vote, bien que symbolique, est significatif de l'état d'esprit de nos représentants. La discipline imposée par le gouvernement à l'assemblée nationale permet de cacher l'esprit de nos députés, tandis qu'au sénat, la majorité n'étant pas dans le camp du gouvernement, cela est plus difficile.

Pourtant, je m'interroge sur la façon dont nos députés utilisent le mandat qui leur a été confié par le peuple français. Aurions-nous oublié que l'asservissement de nos représentants au pouvoir politique n'a jamais, par le passé, donné de bons résultats.

Les questions que je pose, je les pose à nos politiciens, nos représentants, j'attends toujours des réponses.

Les questions que je pose:

Si, comme l'a déclaré le président Macron, nous sommes en guerre (contre un virus), pourquoi a-t-il fallu autant de temps pour réagir. Pourquoi les forces vives (et les autres) n'ont-elles pas été réquisitionnées en toute logique ?

Il manque des masques, du gel, des gants, etc, plutôt que de fermer des usines, mettre au chômage des salarié, n'aurions-nous pas pu adapter provisoirement la puissance productive pour fabriquer ce qui manquait?

Peut-on imaginer, qu'en cas de guerre classique, nous n'aurions pas d'autres choix que de commander à la Chine des obus, des munitions pour nous défendre?

Les français sont-ils si demeurés, si abrutis, si incompétents que l'état (par l'intermédiaire de son Président, de son gouvernement) les infantilisent, les confinent avec des mesures contraignantes dignes de certains pays totalitaires.

Plutôt que l'explication la compréhension, la confiance, nos dirigeants préfèrent user des brimades, des interdictions et des condamnation sans jugement.

Je me souviens de la phrase de Jean-Yann, relayé sur les murs de la Sorbonne par un inconnu: "Il est interdit d'interdire".

Sommes-nous revenus 50 ans en arrière, sans que notre Président, qui n'a pas connu cette période, ne connaisse pas l'histoire de France.

L'histoire se répète et les erreurs aussi.

Combien de temps faudra-t-il encore attendre, avant que le peuple ne se réveille et dise: basta! y'en a marre.

Qui pourra, qui voudra être volontaire pour reconstruire une société nouvelle alors que tous les rouages économiques sont aux mains d'individus prêts à vendre père et mère pour faire un profit.

Combien de temps allons-nous accepter que nos aînés soient traités comme des pestiférés alors que c'est grâce à eux que nous sommes là.

Eux, les personnes vulnérables, âgées, dépendantes ont retroussées leur manche pour reconstruire la France; et aujourd'hui, sous prétexte de les protéger, bien souvent à l'insu de leur plein gré, on les internent, on les confinent, on les laissent mourir seuls sans la moindre humanité.

Alors, quand allons-nous arrêter de cautionner cet état de fait qui n'est plus un état de droit!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.