La science fiction qui devient réalité!!

Comment rester zen enfermé chez soi, alors que dehors tout n'est que mensonge et tromperie. Le film de Fritz Lang "Métropolis" perd son statut de film de science-fiction pour devenir un documentaire sur la vie contemporaine. Triste réalité.

Mon petit billet d'agacement, qui réveille en moi des velléités de résistance.

Pendant la révolution française, les mots Liberté, Egalité et Fraternité ont commencé à apparaître.
La Constitution de 1848 inscrivit ces 3 mots, définissant le principe de la république.
Pendant la seconde guerre mondiale, le 10 juillet 1940, sous la direction du maréchal Pétain, la devise de la France devint: Travail, Famille, Patrie.
L'article 2 de la constitution de la cinquième république de 1958, définit les symboles et les principes de la république.
C'est ainsi que la devise de la république est: Liberté, Egalité, Fraternité.
La ligne suivante définit son principe:
gouvernement du peuple, pour le peuple, par le peuple.

Bruno Lemaire, Ministre de l'économie, s'est permis sur les ondes de Europe 1, ce 10 avril 2020, de définir une nouvelle devise: Travail, Investissement, Exemplarité, pour dire que le gouvernement demande des efforts aux français.
Ce triptyque littéraire ne fait que mettre en avant, le mot Investissement.
Adieu Liberté, Adieu Egalité, Adieu Fraternité?
Bonjour Tristesse, Bonjour Richesse, Bonjour Unicité obéissante?

Devrions-nous rappeler à Monsieur Lemaire, ainsi qu'à tous nos chers politiciens (sans oublier notre Président de la république, son 1er ministre et les membres de gouvernement), que le principe de la république (défini dans l'article 2 de la constitution de la 5ème république) est: gouvernement du peuple, pour le peuple, par le peuple.

Aussi, je rappellerai à Monsieur Lemaire, qu'il n'est là que pour gouverner le peuple pour le peuple et par le peuple.

Aussi, mon instinct primaire se réveille et je lui demande de bien se rappeler,qu'en vertu de cet article 2 de la constitution, les décisions que le gouvernement prend, ne peuvent être que pour le peuple, valider par le peuple.
Aussi, l'esprit dans lequel nous vivons, où la nation est gérée à coup d'ordonnances, de décrets, de 49.3, générant interdiction sur interdiction, brimade sur brimade, n'est plus acceptable.
Nous députés sont aux abonnés absents.
A quoi servent-ils encore?
Le peuple, n'en déplaise à Monsieur Lemaire, demande l'égalité, la liberté, et la Fraternité.
Qui peut croire, parce que l'on est passé par une école formant des générations d'ânes mal instruits, que l'on devient d'un coup d'un seul, le seul être au monde à avoir la science infuse et la connaissance universelle.
Il est temps d'arrêter, sous prétexte d'une pandémie sévère et dangereuse pour l'humanité, de vouloir s'autoriser à interdire pour mieux prendre le virage totalitaire qui se dessine à l'horizon.
Il est temps de se rappeler que les politiques d'aujourd'hui ne font qu'assurer la politique de leurs prédécesseurs.
En 2000, l'OMS avait demandé à chaque état membre de se préparer à des risques de pandémie très virulentes, et avait fixé ce que chaque état devait préparer. Cela avait bien commencé, mais quand ces personnes de Bercy, ont découverts les centaines de millions d'euros que cela représentait d'avoir une politique de prévention des risques, ils ont mis fin à ce qui, aujourd'hui, aurait permis de mieux se défendre contre cette pandémie.
Oui, Mesdames et Messieurs les hauts fonctionnaires vous êtes des assassins pour n'avoir voulu que gérer l'actif, et non le passif.
Nombre de morts auraient peut-être été évité, mais le système de santé aurait répondu présent avec des moyens adaptés.
Vous êtes des irresponsables qui mériteraient tous de passer devant un tribunal populaire.

Bon je vais aller regarder le bon vieux film de Fritz Lang: METROPOLIS.
Cela va me remonter le moral.
Et dire que ce film à sa sortie, en 1930, était un film de science fiction qui décrivait le monde au XXI siècle.

En quel siècle sommes-nous?
(ne répondez pas, c'est de l'humour).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.