YMZ

YMZ

Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 avr. 2021

[Ass Nat] pitoyable spectacle

Quel pitoyable spectacle nous a donné l'Assemblée Nationale : des groupes d'oppositions beuglant à la confiscation de la démocratie ! Oui, mesdames et messieurs lorsqu'il s'agit de prendre des décisions sur une modification d'encadrement de cette situation sanitaire il n'y a pas le temps aux échanges et réflexions communes, encore moins par d'éventuels groupes de travaux.

YMZ

YMZ

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et quelque soit le contexte, lorsque le groupe majoritaire a les coudées franches, cela peut se passer ainsi. Vous auriez voulu quoi ? Une à deux semaines de palabres ? Impossible. Et pour quel résultat ? Un capharnum probable dû à la fois à l'expression d'une défiance de ce pouvoir, en dehors de toutes limites constructives pour le contexte, et porté par des stratégies à objectifs locaux à l'approche des élections ? J'aurai apprécié, avec un peu de cynisme, de pouvoir assister à ça.

On vous voit, vous savez, que cela soit par les méthodes habituelles éprouvées et toujours utiles, ou bien par Arcadie ou NosDeptutes.fr : on vous voit. Pitoyable spectacle d'éjaculateurs précoces vociférants à la recherche d'une tribune médiatique. Mis à part quelques députés LFI qui sont de vrais bosseurs [quelque soit le 'jugement' que l'on porte sur leurs idées] l'immense masse de nos députés ne sont que cela : des tribuns et des communicants. Et vous voudriez faire croire qu'il y a eu "confiscation de la démocratie" ? Que nenni, c'est notre fonctionnement prévu. Et dont l'usage immodéré ne remonte pas à avant hier, l'exemple récent le plus frappant fût lorsque les députés LREM ont applaudit, toustes debout, leur premier gouvernement de ne pas les avoir consultés. Les députés du groupe majoritaire applaudissant de ne servir à rien, c'était magnifique.

Il n'y a pas eu de confiscation mais des décisions rapides nécessaires. Vous auriez aimé discuter du fond et non râler sur la forme ? En effet, mais alors pourquoi ne pas l'avoir fait depuis 4 mois maintenant ? Pourquoi n'avoir organisé que ce grand raoult inutile où tous sujets se mélangent dans un brouhaha n'ayant au final que le seul but d'une opposition politicienne ? 

Nos leviers d'actions habituels que sont monde syndical et associatif n'ont pas bougés d'un centimètre, et lorsque quelles que actions locales sont menées elles ne pas sont pas relayées. Où étaient les syndicats de l'Educ Nat ce mois dernier de mars ? Aux Bahamas ? Un mouvement national de grêve aurait eu le même effet immédiat, même à 40% suivi, que ces fermetures d'écoles maintenant.

Rendre des comptes ce n'est pas faire valoir une personne à la tivision, ce n'est pas non plus coucher quelques vagues phrases et promesses dans la presse. S'il y a aujourd'hui pour demain une amélioration simple, faisable et réalisable sans rien bousculer, elle serait de mettre une obligation de permanence de temps de parole autonome pour chaque groupe politique dans les médias publics.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Emmanuel Macron remanie dans le déni
La composition du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne donne à voir toutes les faiblesses du second quinquennat Macron. Deux semaines après une défaite électorale cuisante, et à rebours des promesses d’ouverture, le chef de l’État a étoffé sans élargir. Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad est débarqué.
par Ilyes Ramdani
Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Seize nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFMTV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis