La main et l'épée

La grande muette est aussi une grande absente : absente des programmes politiques précédents, absente des débats actuels. Pourtant la France présente les atouts pour être la principale épée d'Europe. Mais quelle armée aujourd'hui et quelle armée demain ?

L'armée française est à la fois grande et faible. Grande par le nombre de ses militaires et faible par ses moyens.

A l'heure où le fachisme s'exprime en son sein par la menace d'une sédition il apparait bon de leur rappeler qu'ils ont choisi de défendre un système, celui de la démocratie représentative de la république française, et certains idéaux, république une et indivisible, liberté, égalité, fraternité, enfin les intérêts de notre nation.

Une grande armée en terme de personnels, pourquoi ? Avons nous peur que les allemands nous envahissent ? La majorité de l'armée de terre ne nous sert tellement à rien qu'on fait mine de l'utiliser dans des campagnes préventives du terrorisme, vigi-pirate et autres déclinaisons.

Une armée faible en terme de moyens, si l'on compare à son histoire et ce que fût la grande nation conquérante, mais également par rapport à ce dont ont besoin les soldats modernes, toujours traités comme d'éternels survivalistes lors de nos opérations extérieures : un génie militaire en deçà du soutien minimum de ce que pourrait attendre un soldat. Un équipement pour la marine ne permettant pas une gestion souveraine des territoires ultramarins sans alliance, tout juste une présence. Seule l'aviation parait correctement dimensionnée et équipée, mais il y a le soutien technologique aujourd'hui nécessaire, en deçà du besoin réel.

L'armée de terre c'est 110 000 bébés biberonnés aux chants passéistes tolérés par respect de l'histoire. 110 000 personnels pour quel but ? 110 000 personnels les uns à côté des autres, dans un esprit de corps, s'entrainant à longueur de journées à défendre la mère Patrie, son système, ses idéaux, ses intérêts. En théorie. Mais nous ne vivons pas en théorie. Ces tribunes nauséabondes nous le claque à la figure.

Cet appel public doit être regardé pour ce qu'il est : l'expression du fachisme. L'épée se retournant contre sa main ? L'épée ne voulant plus défendre les intérêts du pays ? Je crois qu'il est temps de répondre à cette tribune en leur expliquant que le système qu'ils sont censés représenter et défendre ne se laissera pas faire.  Je crois qu'il est nécessaire de faire entendre à ces petits cons qu'ils ne sont pas l'Armée Française mais son parasitisme. Pour quelle raison devrions nous continuer à les entretenir, à les entrainer, à leur donner armes et solde ? Dans ce temps où la dépense publique doit être mieux maitrisée, ciblée et efficace, dans ce temps où notre Armée de l'Air a besoin de modernité et de moyens, pourquoi devrions nous tolérer une telle menace de sédition de ces quelques personnels ? Nos armées sont à la fois obèses de personnels et de moyens sols sur le territoire et à la fois faméliques au regard de leur besoin terrains extérieurs, il serait bien d'examiner cette situation.

Je crois que le moment est venu de parler de réformes des Armées.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.