YMZ

YMZ

Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2021

[Industrie] Fonderie de puces électroniques & politique

Samsung et TSMC tiennent le haut du pavé tandisque le géant Intel semble accumuler les retards. L'Europe a quatre choix. Ce moment actuel de chiffrage de projet ne devrait pas éclipser que le chiffre est plus important que le projet. Projet qui sera un marqueur majeur du monde que nous voulons.

YMZ

YMZ

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un monde politique polarisé : USA et Bloc Asiatique. 

Un monde économique imbriqué : l'industrie électronique tenant le haut de pavé se situe aujourd'hui dans cette zone démilitarisée qu'est Taiwan.

Une europe à la croisée des chemins : sa puissance financière lui permet aujourd'hui un choix parmi quatre possibilités :

  1. ne rien faire ou jeter ses milliards dans un projet paravent ou être un suiveur ;
  2. lancer une industrie autonome européenne de fonderie de puces électroniques ;
  3. participer à Intel ;
  4. participer à TSMC ou Samsung.

La première possibilité est ce que l'Europe a fait de mieux, souvent, ces 30 dernières années. Trop occupée à construire une administration romaine pour gérer ses affaires internes. La seconde possibilité est celle faisant actuellement l'objet d'un chiffrage, ce qui dénote d'une volonté nouvelle sur le questionnement de la souveraineté pour ce sujet majeur d'une indépendance de production d'électroniques. La troisième possibilité est l'oubliée, semblant déjà impossible de la part l'hégémonie que les usa ont toujours imposé à l'Europe, mais elle existe sur le papier au moins : une participation financière donc décisionnelle dans Intel pour refaire de ce géant une industrie capable de concurence. La quatrième possibilité est celle de faire de l'Europe une terre d'accueil pour des capacités de production de Samsung et/ou TSMC.

Pourquoi le chiffrage dont fait aujourd'hui l'objet le projet d'un éventuel fondeur européen est au final plus important que le projet lui même ? Parce que ce chiffrage est d'abord un financement et que la hauteur estimée de celui-ci pour une émergence d'un champion industriel européen en électronique devrait être gardé en étalon pour tout autre choix.

Éliminons la première possibilité et restons positifs en gageant que l'Europe a cette fois une réelle volonté de dépasser son statut de client pour devenir un acteur sur cet enjeu là. La seconde possibilité semble bien incertaine, autant en terme de planning que d'issue politique : si des industriels existent encore sur ce segment dans quelques pays, dont la France, arriver à un niveau de recherche et de production concurrentiel à l'industrie taïwanaise semble bien lointain, une décennie pour attraper ce niveau pendant laquelle le concurent continue ses avancées ; c'est de plus une possibilité qui mènerait à consolider un monde politique polarisé : est-ce bien ce que nous voulons ? La troisième possibilité n'est que théorie : avons nous déjà vu les USA acceptée de partager le décisionnel d'un de leur champion ? Sans preuves pas de certitude possible, alors seul le constat est un élément probant : Intel n'a jamais placé de fonderie majeure en Europe.

Il reste la quatrième possibilité : celle que le chiffrage initialement fait pour un éventuel lancement d'une industrie indépendante devienne le budget alloué à l'investissement pour TSMC et/ou Samsung afin qu'ils placent en Europe des capacités majeures de production. C'est le choix de la raison : pragmatisme d'imbrication économique construisant un chemin où l'on dépolarisera un peu et doucement ce monde politique.

Quant à la souveraineté, qu'elle soit nationale ou européenne, aucune théorie ne fait face à la terre : peu importe la marque, peu importent les actionnaires, peu importent les flux financiers, peu importe le nom de l'entreprise, le seul élément réellement central est le sol sur lequel seront posées les capacités de production.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées