Yochko
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2021

Journal épisode 6 : Face à la nécessité de rester hospitalisée

Elle sentit, soudainement, que son coeur s’enfonçait, s’enfonçait, sans fin. Comme si elle coulait. Décider de rester hospitalisée. Prendre une décision contre-nature. Contre soi-même, son instinct, ses envies, ses sentiments. Une de ces décisions qui fait si mal, qu’elle aurait voulu que le monde s’arrête, qu’elle aurait voulu hurler, crier, frapper les murs, briser les fenêtres.

Yochko
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elle sentit, soudainement, que son coeur s’enfonçait, s’enfonçait, sans fin. Comme si elle coulait.

Décider de rester hospitalisée. Prendre une décision contre-nature. Contre soi-même, son instinct, ses envies, ses sentiments. Une de ces décisions qui fait si mal, qu’elle aurait voulu que le monde s’arrête, qu’elle aurait voulu hurler, crier, frapper les murs, briser les fenêtres.

Mais la seule possible, finalement, cette décision, selon les médecins qui l’encourageaient à ne pas se faire confiance, ne pas essayer.

Elle qui, pour la première fois depuis si longtemps, se sentait capable cale et apaisée et voulait essayer.

Elle savait qu’elle n’abandonnerait pas. Elle avait pris sa décision. Elle avait envie de reprendre une vie, d'en construire une nouvelle, de se lancer dans le futur, vraiment. De redevenir quelqu’un. Quelqu’un d’autre, à construire. 

Et puis non. Il fallait se maintenir dans la maladie. Se dire qu’on était malade, qu’on restait malade avant tout.

Être, vivre, respirer anorexie. Être infantilisée constamment. Ne pas prendre ses décisions.

Elle serait hospitalisée. Noël seule à l’hôpital. Le nouvel an seule à l’hôpital. Elle se sentait sombrer dans la tristesse. Toute idée de bonheur possible, de bonheur accessible, là, juste là, tout ce qui l’avait fait tenir finalement, s'évanouissaient.

Adieu. Adieu Noël, adieu illuminations. Adieu à la neige et au vent. Adieu à l’hiver et au froid. Adieu à la crèche, aux santons, aux cadeaux, à la joie. Adieu aux repas de famille. Adieu au sapin que, tous les deux, ils faisaient. Adieu calendrier de l’avent, chocolats, truffes, bûches glacées. Adieu à la messe de Noël, aux jeux du Nouvel An, aux rires, aux voeux, aux sourires contents. Adieu à la galette, à l’anniversaire de sa sœur, au décompte avant Minuit, à la danse, adieu à la vie qui reprend.

Et elle se sentait sombrer, comme dans un puits sans fond. 

Cette décision qui la privait de toute sa force. Comme si elle marchait dans la boue, contre le vent et qu’on lui avait mis des boulets lourds aux pieds. Soulever un pied, l’extirper de cette boue. Le replonger, tomber, se relever. Tenter d’extirper l’autre pied. Retomber.

Et partout, cette boue gluante, qui avalait tout. Qui l’avalait elle. La dépression, depuis des années. Cette boue collante, qui l’empêchait d’avancer.

Alors pour vaincre la conséquence, on nourrissait la cause ? Pour guérir, il fallait se maintenir dans la tristesse ?

Mais ce n’était pas guérir. Ce n’était plus pareil. Elle se sentait dans un tunnel. Un long tunnel. Elle avait suivi une petite lumière, là-bas, au fond. C’était cette petite lumière qui lui avait fait parcourir ce chemin dans le tunnel. Elle s’approchait, s’approchait, tendait les bras. Plus rien, la lumière s’était éteinte. Elle était seule dans le noir. 

Elle ne put s’empêcher de penser à la plaisanterie qui la faisait rire dans un des épisodes de l’âge de glace, lorsqu’un des deux frères opossums est évanoui, et que son jumeau lui dit : « surtout, si tu vois un tunnel avec de la lumière au bout, fais demi-tour ». Il aurait compris. Sa sœur aussi.

Mais il n’y avait personne. Personne à qui dire la plaisanterie, personne qui comprendrait, personne avec qui rire, avec qui échanger. Si désespérément seule. Si longtemps enfermée. Quand verrait-elle autre chose qu’un hôpital ? Quand pourrait-elle ressentir l’air du dehors sur son visage ?

Et une vieille impression, un vieux sentiment s’installait en elle. Insidieux, menaçant. Un sentiment horrible, qui lui rappelait un événement précis.

L’envie de s’arrêter. Immobile dans sa chambre, assise sans bouger.

Parce qu’avec cette décision, la vie ne pouvait pas reprendre et le monde continuer. Comme si, en s’arrêtant, elle pouvait arrêter le temps. Comme à la mort de son père.

Immobile, sans bouger. Empêcher le monde de continuer. Ne pas reprendre son quotidien, pas tout de suite : reprendre, ce serait accepter. Accepter l’insupportable.

Elle savait aussi, maintenant, comment ça finissait. On se relevait, on reprenait. On devait accepter. Accepter l’insupportable. On continuait.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli