Salaire à la qualification de Bernard Friot

Dans cette entretien Bernard Frio parle de salaire à la qualification, comment le financer, le mettre en place. Critique du capitalisme et de l’éducation.

Entretien de https://thinkerview.com/

 Qui est ce type ?

 

 © ThinkerView © ThinkerView

Source : https://thinkerview.com/wp-content/uploads/BernardFriot.jpg

Bernard Friot se présente comme un historien et économiste pendant 30 ans. Il n’a pas d’épargne et à un compte joint à la poste, il préfère mettre son argent dans le service public. Il est à la retraire et gagne 4000€ environ. Il n’a pas de téléphone et a sa carte au parti communiste.

Introduction au revenu de base

revenu-de-base

Source : https://rbi-oui.ch/wp-content/uploads/2014/05/revenu-de-base-nuage-de-mots.png

Le salaire universel, le revenu universel, revenu de base sont des thèmes qui commencent à émerger dans la sphère publique et politique, surtout à gauche. Notamment dans la campagne présidentielle de 2017 avec Benoit Hamon. Beaucoup critiqué, très peu analysé à sa juste valeur et en plus le petit Benoit n’a pas bien réussi à le défendre et à sans cesse reculé… ça n’aide pas ☹. Donc pour le rendre plus positif, j’aimerais avant de parler de l’entretien faire un rapide résumé de ce que c’est que ce truc ! Le revenu universel sans condition, c’est le fait de donner à tout citoyen sans condition (c’est-à-dire à tout le monde) un revenu minimum. Une sorte de RSA pour tout le monde sans condition.

[Mode pessimiste] Quoi c’est possible ? Mais ça ne fonctionnera jamais… Les gens ne vont arrêter de travailler, en plus économiquement ce n’est pas viable… 

[Mode un peu plus optimiste] Finalement si je te pose la question suivante : est-ce qu’avec 800€ par mois tu t’arrêtes de travailler ? Tu me répondras surement non ! Dis-toi que la majorité répondra non !  Tu fais partie de la majorité des gens (oui, tu n’es pas unique) qui vont continuer à travailler. Alors oui, je te vois venir, « on connait tous un feignant qui ne va rien faire du tout » ! et je te réponds : «  et alors ? Il dérange qui ? Il a fait le choix de vivre de façon minimaliste, respectons ce choix, moi je veux mieux gagner ma vie parce que j’ai des projets » ! Il faut aussi se mettre à penser différemment, il faut voir le travail comme une activité émancipatrice et non plus comme une corvée. Imaginons que demain je sais que j’ai un salaire à vie, alors si mon boulot ne me plait pas je change.

[Mode étude] Si tu ne me crois pas : beaucoup de tests et d’études ont été réalisés dans plusieurs pays pour voir le comportement humain dans une telle situation et montre que les citoyens arrêtent les double ou triple boulot pour n’en garder qu’un. Ce sont surtout les femmes qui s’arrêtent de travailler pour s’occuper de leurs enfants et que le taux de non-travailleur n’augmente pas sensiblement. Des personnes cherchent aussi à prouver sa faisabilité économique et montre que c’est faisable avec une taxation au travail couplé à une juste répartition des richesses (plafonnement du salaire maximum), une harmonisation des aides (CAF, chômage, RSA…), et Bernard Friot dans son interview dit quelque chose de surprenant.

Le revenu universel ou le salaire à la qualification

riches

Source : http://semaphores.info/2015/08/revenu-de-base-inconditionnel_le-suivi/

Dans un précédent échange entre Thinkerview et Laurent Alexandre, il était question d’intelligence artificielle. Laurent Alexandre considérait que le revenu universel était une idée d’extrême droite Oo, et elle serait une catastrophe pour l’humanité.  Ce serait considérer les hommes comme incapables de faire preuve d’intelligence et de compréhension. Alors nous les mettrons au revenu universel pendant que les intelligents décideront de tout ! Voilà voilà, ça s’est dit !

Première chose qu’il est utile de préciser : Il y a une différence entre revenu universel et salaire universel et en allant plus loin avec le salaire à la qualification. D’abord il faut faire la différence entre « revenu » et « salaire ». Salaire, cela signifie qu’on nous donne de l’argent en fonction d’un travail, tout homme, est alors reconnu comme un contributeur au bien commun et à la production de valeur économique. Alors que revenu signifie que nous sommes des êtres de besoin et de partir du principe qu’il n’y a pas assez de travail pour tout le monde. Bernard Friot préfère parler de « salaire ».

Deuxième chose, il enlève « universel » pour le remplacer par « à la qualification ». Pourquoi ?

Universel veut dire à tout le monde, enfant, bébé, vieux, adultes. Alors avec « à la qualification » il parle de personnes qualifiées et donc à partir de le majorité politique et jusqu’à notre mort. (En France 18 ans). Pour lui, le salaire à la qualification est un mouvement existant depuis plus d’un siècle qui par du principe que chaque citoyen est capable d’œuvrer pour le bien commun et donc à la production de valeur économique. Qui est le cœur du fonctionnement de notre société. La différence fondamentale avec le revenu, c’est qu’il est lié au poste de travail. Nous gagnons de l’argent en fonction de notre poste. Avec le salaire à la qualification, le salaire sera donc indexé à notre… Qualification. Mais c’est quoi qualification ? Attends, tu vas trop vite…

Avec le salaire à la qualification, on est titulaire d’un salaire et ce salaire nous permet d’arbitrer nos temps pour des travaux qu’on estime nécessaires. J’ai alors un salaire et je peux jardiner mon jardin, rentrer dans une association sportive, être éboueur, enfin faire ce que je veux en fonction de ma qualification. Finalement transmettre mon savoir à des personnes peut être on travail. Il permet donc de voir le travail de façon plus large qu’aujourd’hui. Pourquoi s’occuper de son jardin n’est pas un travail, alors que s’occuper du jardin d’un en est ? Finalement dans les deux cas je fais la même chose.

Maintenant si je te dis que ça existe déjà, est-ce que tu me crois ? Les fonctionnaires dont les cheminots par exemple reçoivent un salaire à la qualification. Le salaire des fonctionnaires ne change pas en fonction du poste, mais de sa qualification ou plus précisément de son grade qui le reconnait capable d’une contribution à la production de valeur économique. Ce sont les syndicats qui ont permis de mettre en place ce système. Et ça pose un problème à l’état qui veut reconnaitre plutôt le poste de travail que la qualification pour mériter un salaire. C’est pour cela qu’on assiste aux changements des statuts des fonctionnaires. Et en ce moment avec les cheminots.

Salaire à la qualification solution à la décroissance ?

inegalite

Source : https://asso-lacledeschamps.org/2016/02/01/rencontres-autour-de-la-decroissance/

D’abord il faut définir comment on cherche la croissance dans notre société. La recherche du taux de profit selon Marx se fait en augmentant la machine au détriment du travail vivant et donc humain. L’homme produit de la valeur nouvelle et la machine du capital mort. Mais le taux de profit à tendance à diminuer. Pour éviter cette diminution qu’est-ce qu’on fait ? Relance avec la dette, déconnexion vis-à-vis de l’économie du réel. On fait la guerre pour détruite l’appareil productif. Il y a aussi les « guerres pacifistes » qui délocalisent l’outil. D’autres vont s’emparer de nouvelle part d’activité pour générer plus de profits par exemple la mise en concurrence de la SNCF ou plus généralement les privatisations. La Poste et France Télécom qui maintenant font toutes les deux des téléphones.

Il est aussi question de décroissance qui est le fait d’en finir avec les consommations inutiles. Des productions se font dans une division internationale du travail avec les matières premières se font à des distances de centaines de milliers de km qu’on peut les produite localement. Il se pourrait que la moitié de la production soit inutile et que nous n’en ayons pas besoin. Il faut que nous devenions propriétaires de l’outil de travail parce qu’à l’heure actuelle ce sont les aristocrates, les bourgeois qui en sont propriétaires et qui peuvent à tout moment voir l’herbe plus verte ailleurs. Donc pas de propriétaire patrimonial, mais une propriété patrimoniale non lucrative et ce sera la fin de la spéculation.

Chacun est titulaire d’un salaire qui fait qu’en permanence il a la liberté d’affecter son temps aux productions qu’il estime bien à condition qu’on maitrise son outil et qu’on est l’horizon long d’un salaire.

Comment le financer ?

Nous produisons 1400 milliards d€ en production marchande, et nous sommes 50 millions de résidents majeurs, ça fait 2300€ de salaire par personne en moyenne possible…

Il préconise de faire une hiérarchisation des salaires avec 4 niveaux avec un minimum de 1500€ pour la qualification la plus basse, soit à 18 ans et un maximum de 6000€. Rien n’est définitif c’est juste une idée de ce que cela peut être.

Changer l’école ?

Nous avons été infantilisés depuis le début, nous pensons ne pas être capables de gérer une entreprise et de ne pas prendre les bonnes décisions. Avec les notes nous intériorisons de quoi nous sommes capables. En pensant que quelqu'un possède une caractéristique, nous changeons notre propre attitude vis-à-vis de cette personne, et l'influençons de telle sorte qu'il va effectivement acquérir cette caractéristique ou l'exprimer de plus flagrante façon. Friot pense qu’il ne faut pas de note à l’école et faire une école sans filière, faire une éducation sur la coresponsabilité pour plus tard les travailleurs gèrent leur entreprise et plus les actionnaires.

Finalement on nous sanctionne par le chômage et la hiérarchie. Le chômage fait que nous ne faisons même pas un travail épanouissant pour ne pas perdre de l’argent. Les jeunes pensent ne pas être compétentes surtout grâce à un mensonge d’état qui dit que 25% des jeunes sont aux chômages. Ce qui a permis de faire les CDD de chantiers ou d’autre contrats précaires pour montrer que les jeunes ne sont pas qualifiés et en difficulté… En fait 25% des jeunes ne travaillent pas, mais ce qu’on ne dit pas c’est que 70% étaient en étude. Le bon travail c’est un travail qui fait sens d’un point de vue anthropologique qui nous confirme dans notre humanité, point de vue territorial qui ne crée pas de désert autour des métropoles, point de vue écologique qui parait évident.

Fin des boulot pourris mais utile ?

Pas forcément ! Un travail qui est considéré comme pourri, par exemple, celui des éboueurs est une fierté pour ces gens puisqu’ils ont vraiment l’impression d’être d’utilité publique. Sans eux notre espérance de vie diminuerait. Le problème c’est le salaire, les horaires, les bouchons.

Aujourd’hui un jeune à 25 ans gagne 2 fois et demie de moins qu’à la fin des années 60. Cette conséquence fait que beaucoup de jeunes ne vont plus sur le marché du travail, notamment pour des raisons écologiques. Ils veulent du coup faire des choses qui ont du sens, en bricolant avec le RSA ou des prestations de services. Ils sont autoentrepreneurs et donc sous statuts de m***.

Plus d’homme et produire plus et l’impact écologique ?

Produire plus ne veut pas dire que l’empreinte écologique sera plus grande. Par exemple l’agriculture plus respectueuse de l’environnement va mobiliser beaucoup plus d’hommes et donc produire plus de valeur, mais va être moins impactant écologiquement que l’industrie agricole. C’est le mode de production capitaliste qui parce qu’il élimine le travail vivant impose une prédation considérable sur la nature pour fabriquer des outils. Ce sont les produits immatériels qui utilisent plus d’énergie fossile.

Comment faire que ça marche ?

Comment créer un oui populaire, un sentiment de dignité collective qui fait qu’on a envie de produire autrement, de devenir maitre de notre production qui donne un sens à notre capacité de responsabilité ?

Il faut qu’il y ait une capacité de fédérer. Il faut marcher sur le pied de l’alternatif ici et maintenant et aussi une capacité de fédérer et de faire de la macro pour faire une institution de collecte de cotisation au lieu de dons communautaire.  Pour que l’alternative ne soit pas récupérable par des fins capitalistiques.

 

Pour aller plus loin 

Bernard Friot : Théorie du revenu universel / salaire à la qualification ? [EN DIRECT] © Thinkerview

https://www.youtube.com/watch?v=zrS-OkFTLkc

Cette œuvre vidéo et sonore de Thinkerview est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

 Investig’action : https://www.investigaction.net/fr/salaire-a-vie-revenu-universel-eviter-le-piege/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.