Yohann Chanoir
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

2 Éditions

Billet de blog 7 juin 2009

Etonnant peuple de droite...

Etonnant ce peuple de droite... Il est venu, il a vu, et il a voté pour l'Europe. Une nette majorité, indiscutable, même si certain(e)s déjà relativisent le succès en essayant de dissimuler leurs défaites sous les plis osés d'une rhétorique à laquelle on ne croit plus.

Yohann Chanoir
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Etonnant ce peuple de droite... Il est venu, il a vu, et il a voté pour l'Europe. Une nette majorité, indiscutable, même si certain(e)s déjà relativisent le succès en essayant de dissimuler leurs défaites sous les plis osés d'une rhétorique à laquelle on ne croit plus.

Etonnant peuple de droite, qui a voté pour l'Europe. Car le peuple de droite n'aime pas l'Europe. L'Europe pue, il faut bien bien l'écrire pour l'homme et la femme de droite.

Déjà, l'Europe est un de ces "machins" fustigés naguère par le grand homme de droite que fut Charles de Gaulle. Une sorte de technostructure apatride, transcendant la nation pour mieux l'ignorer et la dissoudre. L'homme de droite n'aime pas les machins. A la rigueur, les hochets ou les "bidules", comme à la Baule, pour celles et ceux qui connaissent ce tords-boyaux provincial et rustique. Et puis, l'Europe, cela sent un peu ce "parti de l'étranger", ces forces suspectes et invisibles qui dans l'ombre agissent contre la patrie sacrée et indivisible (à l'exportation)...

Ensuite, l'Europe, par des lois tatillonnes et mesquines, détruit inlassablement ce mode de vie à la française, sui generis, qui fleure bon le terroir et les traditions. L'Europe qui change le nom de la confiture, qui n'en est plus, et qui devient de la marmelade voire de la gelée, mais qui s'appellera toujours confiture... Par l'Eternel, quelle compote... Si la confiture n'en est plus, à quel sein se vouer... Et tout autant l'homme et la femme de droite fustigent les lois sur l'attelage de caravane, pièce métallique calibrée qui défigure, par ses dimensions imposées, son Audi. L'homme de droite achète allemand, en Belgique, certes, mû par un vieux réflexe antifiscal. Et puis tous ces députés, parfois (une fois ou deux) à Strasbourg et souvent à Bruxelles, ces gyrovagues parlementaires, cela sent la chienlie. Mot néfaste. Bref, l'Europe agace comme une rage de dents un dimanche...

Il ne faut pas oublier que l'Europe, en outre, n'est que le succédané de la puissance d'antan, de la puissance passée, de la puissance qui se déclinait, en tâches roses sur les dictionnaires Larousse naguère, hier, avant 1962. L'homme et la femme de gauche étaient déjà fashion... dans leur amour de l'Empire. A Vincennes, naguère, ils se pressaient et communiaient, pour cette très grande France. Cette France, qui comme l'Empire des cousins Anglois (ces fourbes de Crécy, ces traîtres d'Azincourt, ces insolents de Waterloo, ces m'as-tu-vu de Fachoda... liste non exhaustive et que Pompidou, par folie, par mégarde, par distraction... a laissés entrer comme un provincial dans une fête parisienne), qui, donc écrivais-je avant de me laisser aller à un couplet anglophobe, fruit de mon passage dans la Royale... ne voyait jamais se coucher sur lui le soleil... Le monde, oui, l'Europe non...

Et pourtant...

Et pourtant, aujourd'hui, le peuple de droite est venu voter. Il a voté. Et tous les Cassandre, qui ont vaticiné les pires déculottées pour la majorité, les défaites retentissantes, les surprises insensées se révèlent avoir été des prophètes de comptoir. Le peuple de droite est venu, le peuple de droite a vu, et le peuple de droite a vaincu... Il n'a pas écouté celles et ceux qui prétendent savoir ce qu'il pense et ce qu'il va faire. De vote sanction, point. De vote tribunicien, point non plus.

Et dans l'isoloir, il a côtoyé, et sans doute même salué le peuple écologiste et citoyen... Le peuple est donc devenu sensible à ce qui reste de la nature et est devenu politiquement mature. Et cela c'est tout de même deux bonnes nouvelles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin