Cette guerre qui ne passe pas...

2010-1962...2010, sortie du film Hors-la-loi... 1962, fin des hostilités en Algérie... Presque cinquante années ont passé et cette guerre, elle, n'est toujours pas passée.

2010-1962...

2010, sortie du film Hors-la-loi... 1962, fin des hostilités en Algérie... Presque cinquante années ont passé et cette guerre, elle, n'est toujours pas passée.

Aujourd'hui, la guerre d'Algérie est devenue une guerre de mémoire. De mémoires... devrais-je écrire. Car plusieurs mémoires s'affrontent. La mémoire des Algériens, celle des Pieds-Noirs, celle des soldats français...

Dans le Sud-Est, une autre mémoire a tenté de s'inscrire dans l'espace, celle des partisans ultimes de l'Algérie française. Démarche "logique", car la mémoire s'incarne, en effet, d'abord, dans les esprits, dans un groupe, puis dans les pierres. Or, aujourd'hui, c'est le cinéma qui sert de marqueur mémoriel. Les polémiques violentes sur le film présenté à Cannes le montrent bien.

Naguère c'était la mémoire des rappelés qui était convoquée et représentée sur les écrans. Tavernier, en réalisant le documentaire La guerre sans nom, a su montrer la guerre du côté des rappelés, de ces anonymes envoyés faire la guerre par Guy Mollet, élu sur la promesse de la paix. Plus récemment, La trahison a évoqué le déchirement des harkis, entre France et cette nation qui naissait. L'ennemi intime, lui, s'est attaché à montrer les ravages opérés sur les esprits par la "pacification".

A cette guerre des mémoires semble répondre aujourd'hui une guerre des images..., ce qu'elle fut dès le début avec le film La Bataille d'Alger ou Les Centurions...

Au cinéma aussi, cette guerre ne passe pas...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.