Ryo Hansen
Infirmier
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2020

Psychiatrie & confinement : discordance incarnée

Description de ce qu'est pour moi le quotidien de la psychiatrie intra-hospitalière, et de l'impossible adéquation avec un confinement.

Ryo Hansen
Infirmier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis le service dans lequel je travaille avec mes collègues, j'observe jour après jour, l'angoisse s'emparer de l'équipe soignantes et des patient.e.s, ainsi que les consignes de la direction et de la chefferie médical du pôle tomber.

Cette angoisse, symptôme central de notre pratique quotidienne - issue pour nos patient.e.s de romans familiaux tragiques, de maltraitances, de traumatismes... Et qui se traduit chez la plupart par une anxiété sociale, un isolement, un manque d'estime de soi, des troubles du sommeil (insomnies, cauchemars, énurésies...), des troubles de l'appétit, une reconstruction délirante de la réalité, des perceptions extra-sensorielles, des troubles des conduites addictives - vient se heurter à des impératives légitimes et nécessaires en période de pandémie virale.

Pour comprendre la difficile - voire impossible - convergence des exigences du soin en psychiatrie et de ceux celles liées au confinement, je me permets de développer le sens du soin infirmier en psychiatrie.

Nous accueillons des personnes dont l'atteinte psychique - parfois permanente, parfois transitoire - les empêche de mettre en adéquation par eux-même leur action au quotidien avec les besoins vitaux pour tout être humain (s'alimenter, se laver, garantir sa sécurité...) pour des raisons listées plus haut.

Nous accompagnons donc ces personnes dans la restauration de l'estime d'eux-même, de leur sommeil et de leur alimentation, par une présence au quotidien pour ces moments a priori futiles mais devenus difficiles pour eux, nous proposons alors une aide manuelle, des informations, des conseils adaptés à chacun. 

Nous apportons surveillance, écoute, réassurance et étayage psychique aux personnes en crise (crise suicidaire, manique, délirante...).

Nous veillons à recréer du lien pour des personnes isolées , avec leur entourage familial, amical ou professionnel...

La qualité de ces soins nécessite que l'on réponde préalablement à deux questions fondamentales : La question du temps et celle de la méthode.

A la question du temps, à savoir "combien de temps ça va demander?" La réponse est "un certain temps", cette problématique résolue, il reste la seconde.

Avec quelle méthode soigne-t-on en psychiatrie? Par la rencontre avec la personne, à égalité, avec respect et humilité. Par l'écoute bienveillante, par la présence pendant ces gestes de la vie courante devenus pénibles et lors ces situations sources d'angoisse.

Je pense qu'en vous développant brièvement le sens de ma pratique au quotidien, vous sentez venir les points d'achoppement de cette démarche soignante. En effet, depuis quelques jours, nous sont annoncées les mesures à prendre pour prévenir la contamination dans les services :

  1. isolement stricte de toute personne admise
  2. isolement stricte de toute personne avec toux ou hyperthermie
  3. port de masque et gants pour tous le personnel

Ces mesures - légitimes et nécessaires - rendent difficiles voire impossible la rencontre à égalité avec la personne soignée. Par l'isolement, nous reproduisons un symptôme contre lequel nous luttons, nous générons de la distance, de l'angoisse, nous limitons à la personne sa faculté à interagir et à évoluer avec autrui. Le tout dans des locaux inadaptées et vétustes - pour mon centre hospitalier du moins mais nous pensons partager ce quotidien avec beaucoup d'autres CH - à savoir : couloirs étroits, douches et WC communs, cabine téléphonique commune...

La discordance entre le nécessaire confinement pour lutter contre l'épidémie et les outils des soignants en psychiatrie pour accompagner les patient.e.s vers une restauration de leur santé mentale est symptomatique d'un système de santé tiraillé par les politiques publiques entre les exigences d'une rationalisation des coûts et les besoins croissant de santé pour la population...

En un mot : schizophrénique

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — France
Cette semaine dans « À l’air libre »
Cette semaine, dans « À l’air libre », des enquêtes, des reportages, des interviews… et, surtout, un ton que vous n’entendrez pas ailleurs.
par à l’air libre
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André