Yolaine Vignaud
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2022

Famille, je vous hais... 20 mai 2022

Trahison, loyauté, punition, récompense... la politique, cet univers impitoyable où les familles se protègent et s'affrontent. Chronique d'une Sue Ellen qui aurait fini par dire merde à JR.

Yolaine Vignaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Famille, je vous hais... Ce début de citation d’André Gide, nous le connaissons tous et nous avons tous eu envie de le hurler un jour ou l’autre. Mais, le plus souvent, nous revenons très vite sur ce cri du cœur, un peu honteux qu’il nous ait échappé, vite rattrapés par notre besoin viscéral d'être partie d'un groupe, pour s’accorder, à l’unisson du chœur des hommes, à dire que la famille (comme la santé dans la première semaine de janvier) c’est le plus important. Rien d’étonnant alors dans le fait que les courants politiques se soient saisis, tous, sans exception et de tout temps (tiens, j’ai l’impression d’avoir été télé transportée dans une copie de terminale… ou dans une note administrative), de ce mot pour l’appliquer à leurs organisations. On respecte collectivement la famille et, par dessus tout, on loue la loyauté comme valeur cardinale. C’est ainsi, ce n’est pas à discuter. Examinons un peu ce parallèle… usurpation ou évidence ?

En période électorale, cette assimilation entre organisation politique et famille est encore plus présente. On organise des repas et des fêtes de famille (réunions et meetings), des conseils de famille (commissions d’investitures), des cousinades (alliances et autres « nupes/ensemble»). On montre son meilleur visage lors des rencontres scénarisées avec les pièces rapportées qui, pour intégrer la famille (ou pas, le Printemps Républicain en a fait les frais ces dernières semaines…) ont revêtu leurs plus beaux atours dans l’espoir d’obtenir une place à table à la droite du patriarche. On jure, main sur le cœur, fidélité et loyauté à la famille, dont chacun de nous a désespérément besoin pour se sentir moins seul. Souvent, on balaie d’un revers de la main, et la famille nous y aide soigneusement, les petits doutes vicieux qui s’insinuent dans nos cerveaux taquins…

« Il vaut mieux être pendu par loyauté que récompensé pour trahison. »

Nous sommes tous d’accord pour louer la fidélité et conspuer les traîtres. Alors quand la « trahison » survient, on coupe des têtes et on renie en toute bonne foi. La trahison des valeurs, des idées est acceptable, la trahison du chef impardonnable. On s’accorde à dire que « le linge sale se lave en famille » et qu’on n’étale pas ses désaccords en place publique. Bien…

La citation précédente, à laquelle, j’en suis sure, vous avez adhéré sans même y réfléchir, nous a été livrée par un grand humaniste s’il en est : Vladimir Poutine.

Oui la politique et la famille se ressemblent. Terriblement. Amèrement. Dans ce qu’elles ont de plus laid.

Elles bâillonnent, elles enferment, elles mentent et elles étouffent et elles enrubannent tout cela dans un joli emballage d’unité et de morale que les victimes de la « famille » n’oseront jamais abîmer. Le candidat malheureux à l’investiture qui a supporté des années les couleuvres au petit déjeuner et les coups de trique au dîner et s’est finalement vu préférer le petit nouveau du village d’à côté, parce que ses blagues feront plus rire les convives du prochain déjeuner du dimanche, n’est pas supposé défier la décision patriarcale et se présenter tout de même au suffrage de ses pairs (dédicace toute particulière à un ami de l’Hérault !). S’il a le malheur de le faire, il est est banni illico presto avec, en prime, le goudron et les plumes de celui qui a fauté. Ce qui explique d’ailleurs le nombre hallucinant de victimes du syndrome de Stockholm qu’on croise en politique, se convaincre qu’on aime son bourreau, c’est quand même la meilleure (et la seule parfois) façon de survivre à la maltraitance. Celui ou celle qui parle, celui ou celle qui rend visibles les humiliations, les petits arrangements et les grandes injustices, les dessous plein de cambouis d’une mécanique sans pitié et sans plus aucun lien avec les valeurs qui trônent fièrement au fronton de la demeure familiale, celui ou celle-là portera à jamais la marque de la honte. 

Est-ce si différent de ce que subissent les victimes d’inceste dont les bourreaux et leurs complices construisent patiemment le sentiment de culpabilité en les convainquant qu’elles seront les responsables de la destruction de la famille si elle parlent ?

Le parallèle vous choque ? Tout de même, elle exagère, cela n’a rien à voir, il faut raison garder….

Ayant été à la fois victime de l’une et l’autre situation, je vous jure que les mécanismes sont exactement les mêmes et je n’ai plus peur de le dire, libérée que je suis du besoin viscéral d’une "famille". La loyauté à la famille, la peur panique d’être celui ou celle qui détruit la jolie maison, la solitude immense qui accompagne immanquablement celui ou celle qui a eu l’outrecuidance de s’évader… tout est du même ordre ici, seule la profondeur de la souffrance diffère.

Rien d’étonnant alors à voir les deux situations se croiser dans un cross over dont même Netflix n’aurait pas voulu. Stanislas Guerini, patron pantin mais on ne peut plus fidèle du seul, du vrai, du grand patron de la République en Marche qui renaît sans changer d’un iota, défend le mercredi sur un plateau télé, à grand renfort de contorsions, un membre de la famille qui « est dans la tourmente », magnifique euphémisme pour dire qu’il a quand même tapé sur la gueule de sa femme (dont Stan prend bien entendu la peine de nous rappeler qu’elle n’était pas une sainte non plus hein… sa jupe devait sans aucun doute être un peu courte). Cette intervention fraternelle, effectuée la larme a l’œil et la main sur le cœur, n’obtient pas les effets escomptés (tu m'étonnes...), l’aveuglement populaire ayant manifestement été un peu surestimé. Qu’à cela ne tienne, la famille doit parfois se résoudre à sacrifier un de ses membres dysfonctionnant, fidèle mais pas assez discret. M.Peyrat, ancien conseiller du patriarche, sera donc exclu, à contre cœur parce qu’il n’existe plus de mensonge ou de contournement acceptable. Mais, parce que la famille se doit de réaffirmer toujours sa légitimité contre les vents et marées des traîtres qui tentent de l’abîmer et de la déstabiliser alors qu’elle n’est que cocon de joie et de tendresse protecteur, Stan Guerini deviendra ministre deux jours plus tard, sa loyauté poussée jusqu’au limites du ridicule et de la nausée ainsi récompensée. Que les Capulet/Nupes ne se réjouissent pas trop vite de cette déconvenue des Montaigu/LREM… je pourrais leur rappeler quelque anecdote bouhafsienne presqu’aussi dérangeante…

La politique gagnerait probablement, des électeurs et un peu de dignité, à sortir de cette logique de clan mafieux, biberonnée aux liens du sang factices et à la moraline. Papa nous l’avait promis en 2017 mais bon… il nous avait aussi dit que le père Noël et la petite souris étaient nos meilleurs amis si on était bien sages.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine