Pique et pic et Com'media

«L’herbe est toujours plus verte ailleurs...» Non, pas cette fois. En cette saison où chaque radio, chaque télévision, présente dans une conférence de presse de rentrée sa nouvelle grille de programme, ses nouveautés ainsi que ses «présentateurs vedettes»,

«L’herbe est toujours plus verte ailleurs...» Non, pas cette fois. En cette saison où chaque radio, chaque télévision, présente dans une conférence de presse de rentrée sa nouvelle grille de programme, ses nouveautés ainsi que ses «présentateurs vedettes», n'oublions pas que bien en amont, les communicants et autres attachés de presse de ces médias se sont furieusement creusé le cerveau pour redoubler d’imagination afin de sortir le dossier de presse le plus original, le plus lisible, le plus beau, le plus plus....

Depuis début septembre, je vois arriver sur mon bureau et sur ceux des journalistes de la rédaction des enveloppes style «cadeaux de Noël enrubannés» aux couleurs vives, étonnants, détonants, bref, des sortes d’ovnis. Voyez le sac blanc cartonné et chic du Figaro, frappé au sceau de l’entreprise, dans lequel on trouve le Figaro Madame, le Figaro Madame pocket, le Figaro Magazine, le Figaro TV et le Figaro tout court, accompagnés d’une très belle et élégante clé USB 2 giga en forme de vraie clé (style voiture de luxe) gris acier et d’une coque pour iPhone, en plastique bleu et blanc, dans un délicat petit sac en voile blanc. C’est du lourd, un kilo et demi à la pesée… Mais, c’est le Figaro et nous n’avons pas les mêmes valeurs, comme dit la pub.

Encore plus choquantes sont les chaînes du service public, qui excellent en la matière, cette année: un défilé de «m’as-tu vu?»! Non, n’allez pas croire que je suis mesquine ou démagogue, bien au contraire, je défends l’idée qu’il faut donner le meilleur au plus grand nombre, à condition d’utiliser les deniers public à bon escient. Alors, lorsque je trouve une grande enveloppe à bulles rouge brillant sur le bureau d’un camarade, je me précipite pour regarder en me disant «chouette, je suis sûre qu’il y a une bonne idée là-dedans!». Et qu’est-ce que j'y trouve? Le dossier de presse de Public Sénat avec une grille de programmes brochée sur papier clinquant en quadri, et tous les dérivés, affiche, flyer tout beau, tout assorti mais qui répète la même chose, c’est-à-dire pas grand-chose. Mon sang ne fait qu’un tour... Ensuite, arrive la production de LCP la chaîne parlementaire. Le grand dossier affiche en première de couverture «VOIR LA POLITIQUE EN GRAND». Et pour voir la politique en grand, que nous donnent-ils à voir? Je vous le donne en mille: la tête de chaque présentateur, bien sûr en quadri, dans une forme hexagonale (ça c’est de la com!) et dans un dossier de 40 pages relié dans un papier cartonné à rendre jalouse une boîte à chaussures !
Je m'arrête là et je m’explique: chargée des relations extérieures de Mediapart et faisant ce métier depuis plus de vingt ans, je sais ce que signifie produire un dossier concis et informatif pour un média, quel qu’il soit. Mais de là –et notamment en cette période particulièrement triste socialement– à faire des dossiers aussi ostentatoires et onéreux (de surcroît envoyés par la Poste à tous les journalistes –pour info l’enveloppe envoyée par Public Sénat affichait un timbre à 3,13 euros, multipliez par 500 journalistes medias environ sans compter les rédacteurs en chef et les autres chefs !…), il y a de quoi s’indigner, de quoi se demander pour quoi faire, à quoi ça sert... De quoi, surtout, constater que l’argent public est bien mal dépensé !

Le service public de l’audiovisuel a perdu son âme depuis fort longtemps à vouloir toujours courir derrière le privé et à ne toujours pas comprendre les vrais enjeux dont il est comptable. On apprend ainsi, dans le Canard enchaîné de cette semaine, que «le bal des cocktails de France-Télévision a débuté le 31 août avec France 5 qui présentait sa grille de rentrée au Café Pleyel, c’est ensuite France 2 qui offrait le petit déjeuner à tous les confrères au Théâtre du Rond-Point, avec petits-fours». France 3 a enchaîné à l’hôtel Pullman de la Porte de Versailles tandis que France 4 a opté pour une soirée au Bataclan dans la foulée. Sans oublier France Ô dont la sauterie est prévue au Comptoir général, le 10 octobre.

Fin du coup de gueule, mais qu’on ne vienne pas me dire qu’on ne peut pas faire mieux, moins tape à l’œil et surtout moins cher. Sinon, sans arrogance aucune, je proposerai des stages d’économies d’énergie et de moyens pour une communication efficace, à qui le demandera. Je vous garantis que Mediapart est une bonne école en la matière.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.