La télé-réalité: entre succès et critique.


Messieurs, mesdames, mesdemoiselles, bonjour ! Bienvenue dans cette aventure unique:
Pour tous, c'est l'expérience d'une vie... Au départ: 18 journalistes enfermés dans les studios pour écrire... A la fin, il n'en restera qu'un!
Voici l'un des génériques que l'on aurait pu proclamer et que l'on proclamera peut être prochainement dans les médias d'information pour attirer l'œil du spectateur et faire monter l'audience! En attendant, ce type de générique, typique des émissions de télé-réalité, s'est taillé une imposante place à la télévision.
Tout d'abord, qu'est ce que la télé-réalité ? C'est un genre télévisuel dont le principe est de suivre la vie quotidienne d'individus à priori ordinaire (anonymes ou célèbres). De très nombreux thèmes d'émissions peuvent donc découler de cette définition assez ouverte et adaptable...

N'ayant pas accès aux chiffres globaux du marché de la télé-réalité, nous satisferons malgré tout votre soif de savoir à l’aide de quelques chiffres plus précis pour envisager ce phénomène. Dites vous tout d'abord qu'il suffit de faire la somme de deux audiences moyennes de l'émission "Koh-Lanta" pour presque atteindre le nombre de téléspectateurs ayant assisté au débat Hollande/Sarkozy pour les présidentielles en Mai dernier (ou Sarkozy/Hollande si vous préférez). De ce point de vue, le fameux chiffre des 17,79 millions de téléspectateurs atteint par chacun de ces ordres de grandeur prend alors une toute nouvelle ampleur.
Nous pouvons aussi citer "Les anges de la télé-réalité" qui ont permis à la chaine NRJ12 d'atteindre les 6,7% d'audience pour son plus grand plaisir: ces chiffres sont très appréciables pour cette chaine ayant enregistré en 2011 une part d'audience annuelle moyenne de 2,3%.

Bref, vous l'aurez compris par vos yeux fascinés, la télé-réalité constitue aujourd'hui un pilier de la télévision française. "CQFD" diront certains ! "C'est ce qu'il fallait démontrer" diront d'autres ! Néanmoins ce succès n'est en fait pas si anodin que cela lorsque l'on mesure également l'ampleur des critiques négatives envers la télé-réalité (et pas peu je vous assure).
Tenez par exemple, un sondage réalisé par l’agence Mingle Trend déclarant que 85% des Francais estiment que la télé-réalité va beaucoup trop loin. De même, d'après l'Ipsos, 60% des téléspectateurs pensent que les trois principales émissions de télé-réalité (Koh-Lanta, Secret Story, l'Ile de la tentation) ne sont pas crédibles. Si je vous avez présenté ces sondages de 2010 en début d'article, nul n'aurait donné cher à la peau de ces émissions. 

De nombreuses réactions peuvent alors apparaître en vous… qu’elles soient un brin dénonciateurs « Ah les infâmes troubles-fête qui troublent les sondages », sadiques « Ah Ah Ah ! La rupture entre volonté et acte est le premier pas vers la folie » ou encore philosophes « Ah, le désir est-il totalement incontrôlable et autonome par rapport à la raison? » 
Pourtant, les faits sont là, ces émissions arpentent gaîment de très bon résultats.

On retrouve ainsi un véritable paradoxe entre "les dits et les faits". Pour le comprendre, nous nous sommes penchés sur les clés du succès, face aux critiques, qui font que la télé-réalité demeure malgré tout si populaire.

En premier lieu, une chose est certaine, le concept finalement assez simple de télé-réalité lui permet de se déboucher sans cesse sur de nouvelles versions. Ainsi chaque individu, au plus profond de son âme, trouvera probablement au moins une émission de télé-réalité en guise « d’élu de son cœur »: Le monsieur X qui s'indigne toujours face à "Secret Story" peut ensuite oublier son angoisse sur une émission de télé-réalité totalement différente comme "La plus belle maison de France"; ou encore la Madame Y qui n'a cesse de chanter dans sa salle de bain, pourra trouver la vision d'une vie meilleur (meilleur selon elle en tous cas) sous la forme du rêve que sera la "Nouvelle Star"... Les exemples sont aussi nombreux que le nombre d'émission de télé-réalité. Les possibilités sont conséquentes. 
Telle une anguille, une émission de télé-réalité pourra donc rapidement déboucher sur une variante pour retrouver le public si opinion défavorable il y a (autres thèmes, règles candidats). De très nombreux types de production sont en effet diffusés régulièrement. L’objectif est de toucher tous les publics par la diversité.

Dans un second temps, la forme même de la télé-réalité lui permet en partie d'admettre les critiques. Comme vous le savez éventuellement, l'un des principes de ces émissions est de mettre en scène un suivi durable de personnages nommés généralement candidat. Ce suivi permet la mise en place d’un certain jeu sur les relations voire une manœuvre d'identification qui représente l'un des gros attraits de la télé-réalité pour le téléspectateur (ou ordi spectateur si vous faites du replay...). Dans tous les cas, le principe de "voyeurisme" est plus ou moins présent. Que ce soit à l’ombre de notre chère conscience ou des discussions quotidiennes: le spectateur devient lui-même acteur en donnant son point de vue (voir en téléphonant directement pour voter pour/contre un candidat.
Bien sur, cette présentation accentuée des personnages tend à nourrir les critiques. Cela passe notamment par les modèles désobligeants mis en avant par le langage, des valeurs ou des comportements présentés par les candidats ou encore sur leur traitement général. Toutes ces critiques portant à la fois sur le fond et sur la forme ont un impact immédiatement limité car ces candidats sont toujours volontaires. Cela permet d’atténuer les critiques car on juge sans se sentir coupable. Quelque soit l'émission, tant qu'elle est basé sur le volontarisme et que l'audience suit, il n'y a logiquement aucune raison de l'arrêter. Surtout que ses coûts de production sont en général très faible par rapport aux autres productions audiovisuels: le profit est très facilement au rendez vous.


Nous continuons maintenant cet article sur une sorte de cercle vertueux permettant à la télé-réalité de rebondir aux critiques et aux avis défavorables. Pour cela j'aimerais éveiller en vous une petite question: les 60% d'individus du sondage précèdent qui s'oppose à la télé-réalité n'ont ils pas dû eux même regarder ces émissions afin de forger leur propre avis ? Tout est dans cette subtilité: les taux d'audience sont aveugles; nul ne fait la différence entre le téléspectateur qui aime, ou entre celui qui regarde pour se faire une opinion uniquement. Par exemple la très polémique télé-réalité « Le Jeu de la mort » diffusé une fois ne fera pas la différence entre les spectateurs pour ou contre. L'histoire retiendra uniquement le chiffre d'audimat permis par cette belle publicité gratuite que sont les critiques et les débats.
Basé sur cette logique, dites vous bien que chaque scandale et critique peut aussi bien limiter que "nourrir" la télé-réalité qui attire alors l'intérêt sur elle.
Cette source inattendue de téléspectateurs est d'autant plus importante que l’un des atouts de la télé-réalité est son accessibilité: un concept simple et les résumés des épisodes précédents toujours présents ne pourront qu'accueillir posément toute nouvelle personne désireuse de découverte. Celle-ci se révélera alors peut être adepte de ce genre d’émission. Notez par exemple, entre autre, que les résumés/présentation représentent près de 11% du temps total des émissions « Koh Lanta » et « Un diner presque parfait ». Curieux et curieuse, vous voila prévenu!

 

Cet article montre bien que la télé-réalité possède une réelle capacité de rebondissement face aux critiques. "La télé-réalité est morte ! Vive la télé-réalité!" diront facilement certains car celle-ci reste très hétérogène, adaptable à la demande et ne possède comme véritable et vaste limite de production que les différents thèmes pouvant attirer le spectateur. Finalement, les questions de présence ou non de ce genre dans le futur ne se pose plus totalement dans ce processus de recréation constant (non il n‘est pas écrit récréation). Il se pose à la place des questions sur les chemins qu'elle empruntera... pour le pire ou le meilleur: En repoussant toujours les limites de la fiction, les films à succès mettant en scène des nouvelles sortes de télé-réalité comme "Battle Royal" ou encore "Hunger Games" ne cesseront de nous interpeller. Maitres voyants, à vos cartes !


Yonathan Van der Voort

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.