yorgos mitralias
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 déc. 2020

Bien que battu, le trumpisme empêche tout retour des États-Unis à la « normalité » !

Si l’on en croit nos bons médias internationaux, les États-Unis sont déjà en train de revenir à la « normalité » et -évidemment- Donald Trump c’est déjà du passé. Rien de plus fallacieux que cette vision presque idyllique de la présente passation de pouvoir

yorgos mitralias
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bien que battu, le trumpisme empêche tout retour des États-Unis à la « normalité » !

par Yorgos Mitralias

Si l’on en croit nos bons médias internationaux, les États-Unis sont déjà en train de revenir à la « normalité » et -évidemment- Donald Trump c’est déjà du passé. En somme, une simple parenthèse ou plutôt un accident de parcours condamné à être oublié et à ne pas laisser des traces dans l’histoire de « la plus grande démocratie du monde ». Alors, quoi de plus normal que nos médias se désintéressent de ce personnage qui d’ailleurs « vit ses derniers jours à la Maison Blanche » et dont les activités ne présentent plus aucun intérêt et sont donc... passées sous silence.

Rien de plus fallacieux que cette vision presque idyllique de la présente passation de pouvoir étasunienne car elle n’a absolument rien à voir avec la très redoutable réalité quotidienne de ce pays. En effet, comment nos médias internationaux osent-ils parler de « retour à la normalité » des États-Unis quand on sait que Trump vient d’ ajouter 11 millions de voix supplémentaires (!) à son score électoral de 2016 ? Et aussi, quand 72 % de ses électeurs croient dur comme fer que les élections du 3 novembre ont été truquées et 62 % d’eux encouragent Trump à ne pas reconnaître la victoire de Biden ? Comment ces médias veulent nous faire croire que Trump n’était qu’une malheureuse «parenthèse», quand les sondages que ces mêmes médias publient -sans les commenter- nous disent qu’il y a 52 millions de fanas de Trump qui le considèrent vainqueur des élections présidentielles et dont la grande majorité se déclarent « prêts à donner leur vie » pour le voir continuer a occuper la Maison Blanche ?

Et aussi, comment les mêmes médias peuvent-ils prétendre que le sort de Trump soit définitivement réglé et ses activités soient sans importance (et par conséquent, pas dignes d’être couvertes par la presse) quand ce Trump continue, jour après jour, à inventer des manœuvres putschistes « légales » et moins légales pour rester cramponné au pouvoir ? Comment donc justifier le fait que des « activités » de Trump comme par exemple l’examen -il y a quelques jours au Bureau Ovale de la Maison Blanche- par lui et ses conseillers de l’éventualité d’instaurer la...loi martiale (!) soit présentée comme une simple... « extravagance » ou -pire- soit censurée et passé sous silence, au lieu de faire les très grands titres des médias et faire paniquer les chancelleries de tout le monde ? (1) En somme, comment justifier la très dangereuse banalisation de ces agressions caractérisées et répétées contre les fondements de la démocratie quand les media, et surtout les élites politiques du pays, ne les prennent pas au sérieux et se limitent à les qualifier systématiquement de ... lubies ou caprices d’un personnage clownesque ?

On nous rétorquera que ce que Trump pense et fait n’a plus grande importance vue qu’il n’a plus les moyens de matérialiser ses plans antidémocratiques. Manifestement, l’argument est de poids. Mais, que dire de ce que pensent et font les dirigeants du parti Républicain et les dizaines des millions de supporters décidés et fanatisés de Trump ? Comment, par exemple, justifier le fait que les médias internationaux imposent systématiquement un « black out » total à des informations d’importance capitale concernant ce qui se passe aux tréfonds de la société américaine ? Comme par exemple, toutes ces informations des derniers jours ayant trait à la tentation grandissante des Républicains et des États fédéraux gouvernés par eux de faire…. sécession et de se séparer des Etats-Unis au cas où Joe Biden devienne président du pays ?

Simples rumeurs fantaisistes ? Pas du tout quand on sait que c’est par exemple le président du parti Républicain du Texas Allen West qui s’est ajouté aux autres élus de son parti prônant la sécession des États-Unis, en lançant l’idée d’une « nouvelle Union des États partageant les mêmes valeurs ». Simple vue d’esprit de quelques dirigeants illuminés? Pas du tout quand on sait que selon un très récent sondage, 53 % des Républicains Texans se déclarent en faveur de la sécession de leur (grand) État fédéral si Biden devient président des États-Unis !…(2)

Soyons clairs : Ni l’instauration de la loi martiale ni la sécession des États Républicains auraient des chances d’être réalisées dans les conditions actuelles. Cependant, il serait non seulement irresponsable mais surtout criminel ne pas en tenir compte et ne pas se préparer pour affronter ces « tentations » de Trump et de son « peuple ». Pourquoi ? Mais, parce que la seule certitude qu’on peut avoir par les temps qui courent, c’est ... qu’il n’y a plus aucune certitude. Et aussi, parce que tout peut désormais arriver dans un pays comme les États-Unis d’aujourd’hui, traversés par une crise historique de leur bipartisme et de leurs institutions, en proie à un faisceau de crises sanitaire, économique, sociale, politique et morale dévastatrices, et dont la société est divisée, polarisée et radicalisée comme jamais auparavant.

Évidemment, il n’est pas du tout surprenant que tous ceux, médias internationaux inclus, qui, durant ces quatre derniers ans, ont tout fait pour protéger Trump refusant d’informer l’opinion publique de ses innombrables lubies et autres dérives antidémocratiques, racistes, autoritaires, misogynes et fascistes, prônent aujourd’hui l’apaisement au lieu de donner l’alarme. Exactement comme leurs ancêtres de l’entre-deux guerres fermaient les yeux devant la catastrophe annoncée et pratiquaient la tristement célèbre politique d’apaisement envers Hitler. Nul doute que dans les deux cas, cette extraordinaire...discrétion servait et continue de servir le même objectif : Éviter de laver en public le trop sale linge des élites au pouvoir et empêcher ceux d’en bas venir perturber le festin de ceux d’en haut...

Alors, circulez, il n’y a rien a voir . Ou comme le disait le premier ministre anglais Chamberlain à son retour de Munich où il avait signé, ensemble avec son homologue français Daladier, les si tristement célèbres Accords de Munich qui donnait carte blanche à Hitler, «Mes bons amis,...retournez à la maison et prenez un bon sommeil paisible” (Go home and get a nice quiet sleep. »). Et tant pis pour ceux qui persistent à alerter -malheureusement, en vain- les gauches européennes, les avertissant du danger mortel que continue et continuera a représenter Donald Trump. Ce même Trump qu’un vieillard manifestement gauchiste et libertaire du nom de Noam Chomsky n’hesite pas de qualifier -avec raison- de “plus dangereux criminel de l’histoire humaine”!

Notes

1. Bien révélatrice de la « discrétion » avec laquelle les médias traitent les pires provocations antidémocratiques et putschistes de Trump, est la façon, pour le moins « curieuse » et atypique, choisie par le New York Times pour présenter la nouvelle de cette réunion (semble-t-il orageuse) au Bureau Ovale. Ce grand journal américain a préféré ne pas trop insister sur ce qui était son propre grand scoop journalistique : Son article relatant cette réunion à la Maison Blanche était tout petit et perdu en bas de la première page tandis que son titre ne trahissait en rien que Trump et ses conseillers avaient discuté l’opportunité d’instaurer... la « Loi Martiale » !

2. Il est à noter que la présente résurgence des tentations sécessionnistes de la part des Républicains, suit celles des certains Démocrates aux pires moments du règne de Trump. En Avril 2020, nous avions d’ailleurs insisté sur le cas spécifique de la Californie (voir notre article « Trump le pyromane déjà à l’œuvre incendiant le peu qui reste de la démocratie américaine !”: https://www.cadtm.org/Trump-le-pyromane-deja-a-l-oeuvre-incendiant-le-peu-qreste-de-la-democratie ), alors que s’y renforçaient les tendances sécessionnistes. Un récent article des Los Angeles Times relatant les prises de position sécessionnistes des Républicains Texans, nous informe d’ailleurs que les tentations sécessionnistes continuent de gagner du terrain chez les Démocrates californiens...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85