yorgos mitralias
Abonné·e de Mediapart

92 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 nov. 2022

yorgos mitralias
Abonné·e de Mediapart

Ievguenia Bosch : une bolchevique au cœur de la tragédie ukrainienne

Elle a été le premier chef de gouvernement (premier ministre) de l'Ukraine indépendante (soviétique) ! Et si nous ne nous trompons pas, la première femme Premier ministre de l'histoire de l'humanité !

yorgos mitralias
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ievguenia Bosch : Une bolchevique au cœur de la tragédie ukrainienne

Par Yorgos Mitralias

Parfois, les pérégrinations ukrainiennes donnent des résultats inattendus. Comme lorsque, en essayant de localiser sur la carte les bases de l’actuelle "guérilla navale" ukrainienne à l'embouchure du Dniepr, nous sommes tombés sur la petite ville d'Otchakiv. Laquelle, selon Wikipedia, n'a vu naître sur son sol qu'une seule célébrité: la révolutionnaire bolchevique Ievguenia Bosch.
En cherchant à en savoir plus, nous sommes allés de surprise en surprise. Fille, selon Wikipedia, d'un immigré luxembourgeois, Bosch était bien plus qu'une dirigeante bolchevique : elle a été le premier chef de gouvernement (premier ministre) de l' Ukraine indépendante (soviétique) ! Et si nous ne nous trompons pas, la première femme Premier ministre de l'histoire de l'humanité !


Au cœur de la question nationale ukrainienne, Ievguenia a progressivement mûri, passant du déni à la défense de l'indépendance de l'Ukraine. Et bien sûr, pour cette révolutionnaire bolchevique chevronnée qui a toujours défendu sa liberté d'opinion, cela ne pouvait pas être la seule raison qui l'a poussée a s’affronter au chauvinisme grand-russe stalinien. Dès 1923, elle s'est rangée du côté de l'Opposition de gauche de Trotski, et a eu la "chance" de ne pas vivre assez longtemps pour voir la suite et la conclusion de la tragédie soviétique, puisqu'elle a elle-même choisi de mettre fin à ses jours en 1925. Et Victor Serge écrivait à l'époque : "Les camarades les plus sévères ont soutenu que ce suicide, même justifié par une maladie incurable, reste un acte d'indiscipline. En revanche, dans ce cas précis, c'est la preuve de son engagement dans l'opposition.…


La brillante étude qui suit, traduite de l'ukrainien, de l'historien ukrainien Andrii Zdorov, non seulement tire Ievguenia Bosch de l'oubli auquel le stalinisme et la restauration capitaliste l'avaient condamnée, mais la met aussi en évidence comme partie intégrante de l'indicible tragédie ukrainienne toujours en cours. De cette tragédie toujours hantée par les fantômes d'un passé qui refuse de prendre fin...

Ievguenia Bosch :

Les paradoxes du nihilisme national

par Андрій Здоров

Pour la plupart des Ukrainiens d’aujourd’hui, il sera assez surprenant d'apprendre que la première femme à diriger un gouvernement de l'Ukraine n'était pas Ioulia Timochenko, mais Ievguenia Bosch. Bien que son nom de famille ait figuré pendant un certain temps dans la section "Histoire" du portail Internet officiel du Cabinet des ministres de l'Ukraine, le mot "Bosch" pour nos compatriotes signifie avant tout une marque de technologie allemande, et non le nom de la dirigeante des bolcheviks d'Ukraine en 1917 - début 1918. Et si cela ne suffisait pas, son nom a été enveloppé de légendes et de mystères.

L'une d'elles a été créé par l'ancien hetman d'Ukraine Pavlo Skoropadsky, qui, dans les années 20, a écrit tout fier dans ses mémoires, comment lui, alors lieutenant général de l'armée russe et commandant du 1er corps ukrainien, à la fin novembre - début décembre 1917 a sauvé Kiev de l'offensive du 2e corps de Gardes "sous la direction de l’agitatrice Bosch". Ievguenia Bosch a réellement visité ce corps, qui se trouvait alors à Podillia, mais un mois plus tôt - du 31 octobre au 2 novembre 1917 (ancien calendrier). À cette époque, des combats opposaient les troupes de l'ancien gouvernement russe de Kerensky et les partisans du Conseil des députés ouvriers et soldats à Vinnytsia. Le 2e corps de Gardes a déclaré son soutien au gouvernement soviétique et a lancé une offensive sur Vinnytsia depuis Zhmerynka. Au cours de la période décrite par Skoropadsky, en novembre - début décembre 1917, Ievguenia Bosch se trouvait à Kiev, où elle a participé au congrès régional des bolcheviks d'Ukraine, a été élue au comité principal du RSDLP (b) - social-démocratie d'Ukraine, et au premier congrès pan-ukrainien des soviets, de sorte qu'elle ne pouvait pas diriger le 2e corps de Gardes depuis Zhmerynka.

Aussi mystérieuse demeure la phrase de l'un des premiers biographes de Simon Petliura, le lieutenant-colonel de l'armée de l'UPR Vasyl Prokhoda, selon laquelle, après que les cosaques de Petliura aient capturé l'usine de l'Arsenal de Kiev le 20 janvier (2 février) 1918, une colonne d'ouvriers capturés a été sortie de là, ayant à sa tète "Ievguenia Bosch marchant fièrement". En fait, il est documenté qu'en janvier 1918, Ievguenia Bosch Ise trouvait à Kharkiv, où se trouvait le premier gouvernement soviétique d'Ukraine - le Secrétariat du peuple, dont elle était membre. Lors du soulèvement de janvier 1918 à Kiev, les filles d'Ievguenia, Olga et Maria Bosch, y ont participé. Avec d'autres femmes bolcheviques, elles ont transporté de la nourriture et des médicaments aux rebelles, mais elles n'ont pas été capturées et n'ont pas pu prendre la tête de la colonne des ouvriers de l'arsenal. De toute évidence, les officiers et les généraux de la République populaire d'Ukraine de l'époque considéraient comme un grand honneur de se battre contre Ievguenia Bosch elle-même. Il peut être perçu comme une curiosité aujourd'hui que la première édition de l'Encyclopédie des études ukrainiennes la qualifie de "militante bolchevique d'origine juive ". Bien que dans le dernier volume supplémentaire, ceci a été corrigé en "allemand ".

Qui était Ievguenia Bosch ? Le plus étrange est que même les manuels et encyclopédies soviétiques n'aimaient pas la mentionner. Aujourd'hui, parmi les historiens, on trouve l'opinion selon laquelle Bosch a été victime d'une "discrimination historiographique fondée sur le genre ". Mais je pense que la raison est toute autre. Elle a toujours fait partie de ceux qui avaient leur propre position et n'avait jamais peur de la défendre, même si cette position contredisait les points de vues de Lénine ou d'autres dirigeants du parti bolchevique. Heureusement, avant sa mort en 1925, Ievguenia Bosch a réussi à écrire un livre de mémoires sur la révolution en Ukraine titré "Année de lutte " ainsi que plusieurs lettres autobiographiques à ses filles, qui ont été publiées en 1990, un an avant l'effondrement de l'URSS.

Alors, le 11 (23) août 1879, dans le village d'Adragioli, district d'Odessa, province de Kherson, dans la famille d'un propriétaire terrien, l'Allemand Gottlieb Meisch, originaire du Württemberg, et d'une noble Moldave Maria Krusser, naît une fille nommée Eugenia. Cependant, comme elle l´écrit elle-même dans son autobiographie, elle est née dans la ville d'Otchakiv, dans la même province de Kherson, bien que dans les documents de la gendarmerie, le lieu de naissance est indiqué comme étant le village d'Adragioli. Gotlib Meisch travaillait depuis longtemps comme mécanicien dans les domaines des propriétaires terriens de la région de Kherson. Il a acheté 150 acres de terre, et a commencé à s'appeler Bohdan Maish. Tous ses enfants ont reçu des noms locaux - Nadiia, Oleksandr, Fedir, Yevhenia. La derniere n'avait même pas dix ans lorsque son père est mort. Un an plus tard, sa mère épouse son frère Fedir Maish en secondes noces, de sorte que la propriété foncière reste dans la famille Maish. Le beau-père était un homme riche, il avait 1000 acres de terre, mais il considérait les enfants du premier mariage comme des bouches supplémentaires. Il n'est pas surprenant qu'à l'âge de 16 ans, Ievguenia ait épousé le propriétaire d'un petit atelier de carrosserie dans la ville de Voznesensk, dans la province de Kherson, Petro Bosch. En 1897, Eugenia Bosch est devenue mère, sa fille Olga est née, et un an plus tard, sa deuxième fille Maria.

"Eh bien, j'aime les extrêmes ! Et je suis moi-même l'incarnation des extrêmes, non seulement je ne fais rien à moitié, mais j'en fais toujours trop" - cette phrase tirée de sa lettre autobiographique peut devenir la devise de toute la vie d'une révolutionnaire professionnelle et mère de deux enfants. Comment a-t-elle réussi à combiner ces deux rôles sociaux tout en restant une femme ? En 1901, elle adhère au RSDLP, rejoignant bientôt sa faction bolchevique. Ayant divorcé de son mari et laissé les enfants avec elle, elle s'est engagée activement dans le travail du parti clandestin et, en 1911, elle est devenue secrétaire du comité de Kiev du RSDLP. En 1912, elle est arrêtée et bientôt, malgré la tuberculose qu'elle a contractée en prison, elle est condamnée à l'exil à vie en Sibérie.

En 1914, alors qu'elle était en exil dans la province d'Irkoutsk, elle contracta un mariage civil avec le bolchevik de Kiev Georgy Pyatakov, qui avait 11 ans de moins qu'elle, mais dont elle tomba follement amoureuse. Ensemble, ils ont fui par Vladivostok vers le Japon, de là vers les États-Unis, puis vers la Suisse et la Norvège. Au printemps 1917, tous deux sont rentrés en Russie. Heorhii Pyatakov devient le président du comité de Kiev du RSDLP(b), et en novembre 1917 il se rend à Petrograd, où il est nommé par le Conseil des commissaires du peuple comme commissaire de la Banque d'État de la Russie soviétique.

Au cours de l'été 1917, Ievguenia Bosch devient présidente du comité régional du RSDLP (b) du territoire du Sud-Ouest, en novembre elle est élue députée de la province de Tchernihiv à l'Assemblée constituante pan-russe. En décembre 1917, elle a dirigé le comité principal du RSDLP (b) - social-démocratie d'Ukraine, a été l'un des organisateurs du premier congrès pan-ukrainien des Soviets des députés des ouvriers et des soldats à Kiev et en a déplacé l’aile gauche à Kharkiv, où le pouvoir soviétique dans la République populaire d'Ukraine a été proclamé et le premier gouvernement soviétique ukrainien - le Secrétariat du peuple - a été élu. Ievguenia Bosch y est devenue secrétaire du peuple (ministre) des affaires intérieures. Il a été décidé de ne pas élire de chef du Secrétariat du peuple. Comme le rappelle l'administrateur de ce gouvernement, connu plus tard comme le chef du groupe fédéraliste, Georgy Lapchinsky, elle "nous a impressionnés par son érudition, la puissance de son intelligence, son talent oratoire et son tempérament révolutionnaire", étant en même temps une personne véritablement européenne. Bien qu'Ievguenia Bosch jouisse de la plus grande autorité, "d'une certaine manière, il serait trop inhabituel de mettre une femme à la tête du premier gouvernement socialiste d'Ukraine, nous devions tenir compte de l'impression que cela ferait sur les masses ". Toutefois, l'un des protocoles de ce gouvernement stipule que "le secrétaire populaire aux affaires intérieures unifiera le travail des secrétariats". En fait, c'est Ievguenia Bosch qui tient les réunions jusqu'en mars 1918, lorsque Mykola Skrypnyk est élu chef du gouvernement.

Il est désormais communément admis par les historiens que l'ensemble de ce gouvernement n'était qu'un appendice du quartier général de Vladimir Antonov-Ovsiyenko, commissaire du peuple pour la contre-révolution dans le sud de la Russie. Antonov-Ovsiienko lui-même avait une opinion légèrement différente. Dans ses "Notes sur la guerre civile", nous lisons : "Camarade. Ievguenia Bosch, qui est devenue secrétaire populaire des affaires intérieures de l'Ukraine, a ordonné, sans aucun accord préalable avec moi, de révoquer les commissaires nommés par moi ". En outre, Bosch a signalé l'arbitraire d'Antonov à Lénine, qui a été contraint de remettre Antonov à sa place : "Camarade. Antonov ! J'ai reçu une plainte contre vous de la CEC (Kharkiv). Je suis extrêmement désolé que ma demande d'explication ne vous soit pas parvenue. S'il vous plaît, contactez-moi dès que possible (par fil direct - un ou deux, via Kharkiv)... Pour l'amour de Dieu, faites tout votre possible pour éliminer toute friction avec la CEC (Kharkiv). Il s'agit d'archives en termes d'état. Pour l'amour de Dieu, faites la paix avec eux et reconnaissez leur souveraineté. Je vous demande de révoquer les commissaires que vous avez nommés", écrit Lénine le 21 janvier 1918.

Les points de vue d'Ievguenia Bosch sur la question nationale et la question ukrainienne en particulier sont généralement qualifiées de "luxembourgisme" dans la littérature historique. En effet, même en exil en 1915-1916, ensemble avec Georgy Pyatakov et Nikolai Bukharin, elle soutient la position de Rosa Luxemburg dans son débat avec Lénine sur le droit des nations à l'autodétermination. Je vous rappelle que Rosa Luxemburg considérait ce mot d’ordre erroné et même nuisible au prolétariat et bénéfique uniquement à la bourgeoisie, car, disent-ils, sous l'impérialisme, l'autodétermination des nations est impossible, et sous le socialisme, l'oppression nationale disparaît d'elle-même, donc ce mot d’ordre est superflu. Dans ses articles polémiques de 1915-1916, Lénine a consacré de nombreuses pages à critiquer ces points de vue, prouvant leur complet échec théorique et pratique, et soulignant le grand potentiel révolutionnaire des mouvements de libération nationale dans le monde, en particulier des mouvements coloniaux. En effet, l'histoire du vingtième siècle a confirmé la justesse de Lénine en la matière.

En particulier, lors du premier congrès régional des bolcheviks d'Ukraine les 3-5 (16-18) décembre 1917 à Kiev, le président du comité régional des bolcheviks du territoire du Sud-Ouest Ievguenia Bosch avait déclaré : "A l'ère du capital financier, le mouvement national cesse d'être révolutionnaire. Il cesse d'être populaire. En Ukraine, il n'est pas populaire. Avant le renversement du tsarisme, elle ne s'est presque pas manifestée... dès que l'oppression nationale est tombée, la bourgeoisie a commencé à lutter pour la libération nationale. Mais elle l'a repris non pas en raison d'objectifs révolutionnaires, mais en raison du désir de poursuivre sa politique de classe. La bourgeoisie d'Ukraine est sous l'influence de la bourgeoisie russe qui, expulsée de la Russie soviétique, se dirige vers l'Ukraine et, sous couvert de libération nationale, cherche à diviser le prolétariat d'Ukraine. C'est la politique de la bourgeoisie impérialiste dans toute l'Europe... L'Ukraine ne peut exister en tant qu'État séparé dans le système capitaliste. "

Ces points de vue ont été très clairement énoncés dans la brochure d'Ievguenia Bosch "Gouvernement national et pouvoir soviétique en Ukraine", publiée au début de 1919 à Moscou :

"La tragédie de l'Ukraine à notre époque de lutte des classes acharnée, de transformation socialiste et à la veille de la révolution mondiale est la tragédie de toutes les petites nations. Au moment où la vague de la révolution prolétarienne balaie la classe ouvrière des peuples opprimés, la bourgeoisie et les chauvins sociaux ont tenté et tentent encore - Ukraine, Finlande, Lettonie, etc. - de perturber le mouvement prolétarien en fomentant l'idée nationale, l'idée de leur national, qui n'appartient historiquement qu'à ce peuple.

...La Révolution russe, qui a renversé la bourgeoisie et fait le premier pas de géant vers la transformation socialiste de la société, a trouvé la réponse forte dans les masses ouvrières de toutes les nations opprimées habitant la périphérie, et a ainsi tué l'idée d'une unification nationale des peuples. Ayant fait l'expérience de l'autocratie en commun avec le prolétariat russe, ayant renversé ensemble Kerensky et ayant finalement combattu ensemble pour le pouvoir soviétique, le prolétariat de la périphérie s’est lié étroitement avec l'ensemble du mouvement révolutionnaire de la Russie. Il n'a pas de tâches spécifiques étrangères au prolétariat russe, il est inséparablement lié à lui par un seul désir irrésistible de fusionner avec la Russie soviétique ".

Comme nous pouvons le voir, l'autrice considère ici l'Ukraine exclusivement comme la périphérie de la Russie. Mais il est caractéristique qu'elle y associe la Finlande et la Lettonie - des pays qui venaient d'obtenir leur indépendance de l'Empire russe, et dans lesquels on a également tenté d'établir le pouvoir soviétique. Stepan Velychenko estime que les opinions d'Ievguenia Bosch étaient identiques à celles des monarchistes et nationalistes russes tels que Sergei Shchogolev, l'auteur de l'ouvrage "Le mouvement ukrainien comme stade moderne du séparatisme sud-russe" (1912). En fait, si l'on compare son point de vue à celui de ses contemporains, il convient de noter que, contrairement aux nationalistes russes de l'époque et aux dirigeants du mouvement blanc, elle n'utilise pas les termes de "Petite Russie" et de "Novorossia", mais reconnaît que les Ukrainiens se sont pleinement formés en tant que peuple distinct, malgré les tentatives de suppression de leur développement national par l'autocratie russe jusqu'en 1917-18. En outre, leurs positions de départ étaient très différentes. Ievguenia Bosch n'était pas guidée par les intérêts de la Russie, mais par ceux de la révolution mondiale.

Même Rosa Luxemburg, qui a écrit son célèbre "Manuscrit sur la révolution russe" dans une prison allemande à l'automne 1918, a catégoriquement nié l'existence d'un peuple ukrainien distinct :

"Le nationalisme ukrainien en Russie était, par exemple, complètement différent du nationalisme tchèque, polonais ou finlandais, rien de plus qu'un caprice, une lubie de quelques dizaines d'intellectuels petits-bourgeois, sans aucune racine dans les relations économiques, politiques ou spirituelles du pays, sans aucune tradition historique, car l'Ukraine n'a jamais été une nation ou un État, sans aucune culture nationale, à l'exception des poèmes romantiques réactionnaires de Chevtchenko. Comme si, un beau matin, les habitants de Wasserkant, à la suite de Fritz Reuter, voulaient former une nouvelle nation de Basse-Allemagne et créer un État indépendant! »

Ievguenia Bosch ne pouvait certainement pas se permettre une telle myopie. Cependant, sa position de l'époque, façonnée par les idées de Rosa Luxemburg, que Lénine appelait économisme impérialiste, contenait de nombreuses contradictions. Si les peuples ukrainien et russe s'étaient déjà constitués en nations distinctes, pourquoi considérait-elle que les frontières nationales entre eux étaient artificielles et contre nature ? Si les ouvriers et les paysans d'Ukraine ne voulaient que l'unification avec la Russie soviétique, pourquoi était-il nécessaire de créer un gouvernement soviétique ukrainien distinct ?

En fait, comme l'a noté le susmentionné Heorhiy Lapchynsky, le travail même de ce gouvernement a obligé ses membres, dont Ievguenia Bosch, à vérifier et à ajuster leurs points de vue dans la pratique. Les langues officielles des documents du Secrétariat populaire étaient l'ukrainien et le russe. Des circulaires du secrétaire populaire aux affaires intérieures, Eugenia Bosch, adressées aux Soviets locaux des députés des travailleurs, des soldats et des paysans, rédigées en ukrainien, ont été conservées. Est-il possible d'imaginer que cela aurait pu être fait par les gouvernements de Denikin ou de Wrangel ?

Il convient également de noter qu'Ievguenia Bosch a su admettre ses erreurs. Par exemple, pour protester contre la conclusion du traité de paix de Brest avec l'Allemagne par le gouvernement de la Russie soviétique dirigé par Lénine, Bosch démissionne de son poste au Secrétariat du peuple le 4 mars 1918 et se porte volontaire pour aller au front contre l'avancée des troupes germano-autrichiennes. Tout comme d'autres communistes de gauche partageant les mêmes idées. Après plusieurs mois de combats intenses, les troupes soviétiques se retirent en Russie. C'est là, à l'été 1918, qu'Ievguenia Bosch a reconnu publiquement son erreur concernant la paix de Brest.

Puis, en août 1918, à la demande de ses camarades, elle commence à rédiger une brochure intitulée "Gouvernement national et pouvoir soviétique en Ukraine". En 1922, dans une lettre à ses filles, Ievguenia Bosch se souvient : "En relisant ce que j'avais écrit, j'ai vu la nécessité d'une révision sérieuse et j'ai décidé, après l'avoir terminé au brouillon, de tout refaire. Mais les événements n'ont pas attendu. Une fois, Sverdlov m'a convoqué dans son bureau et m'a dit que je devais aller à Penza pour lutter contre la domination et le banditisme des Socialistes Révolutionnaires...

Trois jours plus tard, je suis parti, et mon travail en projet a été imprimé. Peut-être n'aurait-il pas été très bon, mais sous forme de projet, il était complètement mauvais et ce n'est pas en vain que mon propre peuple m'a blâmé ".

Cette brochure a été vivement critiquée dans le premier numéro du journal "Communiste Ukrainien". Dans la critique signée par G.K. (probablement Hryhoriy Klunnyi), l'auteur est accusé de barbarisme, de vision bureaucratique de la vie, d'ignorance de la question nationale et de chauvinisme de grande puissance. Probablement, les mêmes accusations (même avec des plus solides fondements) pourraient être portées contre les dirigeants bolcheviques d'Ukraine en 1919 - Heorhiy Pyatakov et Khrystian Rakovsky, comme l'ont fait Vasyl Shakhrai et Serhiy Mazlakh au début de 191923. Mais contrairement à eux, les bohraïstes tentaient de parvenir à un accord avec la direction du comité central du PC (B) U, de sorte que les dirigeants actuels du parti bolchevique n'étaient pas critiqués aussi vivement. Et Ievguenia Bosch, malgré ses nombreuses demandes, n'a jamais été autorisée par le comité central du PCR (B) à travailler en Ukraine.

En 1918, elle dirige le PCR (b) à Penza et Astrakhan, au printemps 1919, elle est membre du Conseil de défense de la RSS de Lituanie-Biélorussie, puis occupe plusieurs postes mineurs dans les commissariats populaires de l'éducation, de l'alimentation et de l'inspection des travailleurs et des paysans de la RSFSR. Mais Ievguenia Bosch ne peut pas s'intégrer dans la nouvelle élite dirigeante, qui sera plus tard appelée nomenklatura. Comme elle l'écrit dans ses lettres autobiographiques, elle a ressenti partout la formation d'un certain groupe d'intérêts spéciaux de la nouvelle bureaucratie, qui adoptait les pires traditions de la vieille bureaucratie russe en même temps que les nouvelles méthodes de l'"État-commissaire". Elle a remarqué ces traits de caractère même chez sa propre demi-sœur (du côté de sa mère) - Olena Rozmyrovych (fille de Fyodor Maish), qui a réussi à faire une carrière dans le parti et à vivre jusqu'en 1953.

Plus tard, peu avant sa mort, Ievguenia Bosch a écrit dans son livre "L'année de la lutte" : "la question primordiale pour l'Ukraine, son émancipation nationale, est restée dans l'ombre et n'a pas été pensée non seulement par le comité de Kiev, mais aussi par celui des régions. Le point de notre programme sur le droit des nations à l'autodétermination jusqu'à la séparation est resté un simple mot d’ordre, et le comité ne disposait pas d'un programme pratique qui indiquerait les formes de lutte des masses révolutionnaires dans un pays opprimé luttant pour sa libération nationale". Et elle considérait ce livre lui-même comme "la première étape de la collecte de matériel pour 1917-1918 ... pour le futur historien de l'Ukraine ". Il est intéressant de noter que, même dans l'édition de 1990, la remarque ci-dessus d'Ievguenia Bosch était accompagnée d'une note de l'éditeur : "L'auteur se trompe. La question de la libération nationale de l'Ukraine n'était pas une priorité, mais un dérivé de la question prioritaire de la victoire de la révolution socialiste, l'établissement du pouvoir soviétique en Ukraine ".

Dans la littérature historique récente, le nom d'Ievguenia Bosch est souvent associé à la Terreur Rouge, car elle faisait partie des destinataires du célèbre télégramme de Lénine à Penza du 11 août 191826. Toutefois, Viktor Kondrashin, l'un des principaux historiens de Penza traitant de la guerre civile, a dû admettre l'année dernière, dans sa correspondance avec nous, qu'il n'existe aucune preuve fiable de la participation personnelle d'Eugenia Bosch à la Terreur rouge dans la province de Penza (en particulier, elle a été accusée d’avoir elle-même tiré sur des paysans dans le village de Kuchki).

Un peu plus sur sa famille. Ses deux filles - Maria et Olga - ont rejoint le parti bolchevique à l'été 1917. L'aînée d'entre elles, Olga, est devenue l'épouse d'un bolchevik, fils du célèbre écrivain ukrainien Yuri Kotsyubynsky. Après son arrestation et sa condamnation en 1935 en tant que chef de la "conspiration trotskiste", Olga Bosch-Kotsiubynska a déménagé à Khabarovsk, où sa sœur travaillait, mais le NKVD l'a rattrapée là aussi. En 1937, elle est arrêtée et condamnée à cinq ans de goulag, auxquels s'ajoutent trois autres années. Yurii Kotsiubynskyi a été fusillé la même année en tant qu'"ennemi du peuple".

Il est intéressant de noter que dans le cas de l'enquête sur Yurii Kotsiubynskyi, il existe des « preuves » de la participation à sa "conspiration" de sa belle-mère - Ievguenia Bosch (je cite dans le langage original) :

"Étant le vice-président du Conseil des commissaires du peuple de l'Ukraine, le fils du célèbre écrivain Kotsyubynsky est marié à la fille de Yevgenia Bogdanovna Bosch - Olga Petrovna. Kotsyubinsky prend une part active aux intrigues de Bosch, qui prépare un coup d'État en faveur de Trotsky. La conspiration impliquait Pyatakov, Kotsyubinsky, Primakov, Antonov-Ovsiyenko. Le plan était d'arrêter les membres du Politburo et de renverser le triumvirat : Staline, Zinoviev, Kamenev. Après que Trotsky ait rejeté ce plan, Bosch s'est suicidé et les autres membres ont été envoyés à l'étranger : Antonov-Ovsiyenko à Varsovie, Primakov comme instructeur dans l'armée de Chiang Kai-shek, où il a travaillé sous le nom de Ei Lin".

Bien sûr, maintenant, connaissant les méthodes de travail du NKVD, il est difficile de croire à l'existence de cette conspiration. Mais il ne fait aucun doute qu'Ievguenia Bosch a réellement soutenu l'Opposition de gauche au sein du PCR (b) dans la lutte contre la clique stalinienne. En 1923, alors qu'elle est déjà gravement malade (les années de prison et d'exil sont passées en laissant des traces), Bosch signe la "Déclaration des 46", le premier document programmatique de l'Opposition de gauche. Et son suicide le 5 janvier 1925 (on dit que depuis la guerre civile Bosch dormait toujours avec un revolver sous son oreiller), a été perçu par l'opposition de gauche comme une protestation contre l'instauration du stalinisme.

En comparant Ievguenia Bosch aux ultérieurs dirigeants bolcheviques de l'Ukraine, on peut noter des traits communs et des traits distinctifs. Contrairement aux dirigeants ultérieurs de l'Ukraine soviétique, elle n'a pas été envoyée ou nommée par le Comité central du RSDLP(b) - Comité central du PCR(b) - Comité central du PCUS, mais a été élue comme dirigeante par les bolcheviks locaux. Même Mykola Skrypnyk, le successeur d'Ievguenia Bosch à la tête du Secrétariat du peuple, arrive en Ukraine fin décembre 1917 (ancien calendrier) avec le mandat du Comité central du RSDLP (b).

Le fait de rester à la tête du gouvernement soviétique ukrainien, a forcé beaucoup des ses membres, pas immédiatement mais progressivement, à se soucier des intérêts de l'Ukraine et à reconnaître la fausseté des vues centralistes et le mépris total de la question nationale et du mouvement de libération nationale du peuple ukrainien. Un exemple typique de ces cas est Christian Rakovsky. Envoyé en Ukraine en janvier 1919 par le Comité central du PCR(b), il a commencé comme un centraliste strict qui niait les différences entre l'Ukraine et la Russie, niait la nécessité de la langue ukrainienne. En 1922 - 1923, lors des discussions avec Staline pendant la formation de l'URSS, il a fermement défendu les intérêts de l'Ukraine, ses droits souverains, ce pour quoi il a été qualifié de "confédéré" et a finalement été rappelé d'Ukraine. Ievguenia Bosch n'est pas devenue une confédéraliste, mais l'évolution de ses vues vers la reconnaissance de l'Ukraine en tant que pays séparé est encore perceptible dans ses œuvres, et sa contribution à la formation de l'État soviétique ukrainien est indéniable.

25 Août 2019

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte