La bande extraconstitutionnelle qui prenait en otage l’Algérie doit être neutralisée

Le lieu du crime est une villa du chemin mackley, dit-on, où se situe le QG de Saïd Bouteflika, surnommé Lem’alem, le parrain, comme on dit dans d’autres lieux et d’autres mœurs. Une villa louée par Ali Haddad pour la circonstance. Un lieu de pouvoir et de débauche où se réunie périodiquement la bande. Au menu, alcool, prostituées, cocaïne, politique et surtout, business.

La bande extraconstitutionnelle qui prenait en otage l’Algérie doit être neutralisée

Youcef Benzatat, Le 05 avril 2019

Sous la pression de la marée humaine qui déferle comme un tsunami tous les vendredis dans nos villes et villages, rien ne résiste. Tout implose. Faisant dériver au crépuscule tous les nantis du système, en dénudant tous leurs secrets bien gardés à ce jour. Les langues se délient et les témoignages anonymes éclaboussent de leur force de vérité insolente « la bande » de toute part. Celle que l’on nomme la force « extraconstitutionnelle », qui faisait et défaisait les piliers du « système » au gré de ses humeurs et des intérêts de ses affaires.

Le lieu du crime est une villa du chemin mackley, dit-on, où se situe le QG de Saïd Bouteflika, surnommé Lem’alem, le parrain, comme on dit dans d’autres lieux et d’autres mœurs. Une villa louée par Ali Haddad pour la circonstance. Un lieu de pouvoir et de débauche où se réunie périodiquement la bande. Au menu, alcool, prostituées, cocaïne, politique et surtout, business.

Les principaux habitués de ces lieux, hormis les prostituées d’un jour et de toujours, se prénomment Saïd Bouteflika, alias lem’alem, Amine Djerbou, Noah Kouninef, Oulhadj dit Hdjidjou, Abdesslam Bouchouareb, Ali Haddad et toute la camarilla impliquée dans la main mise sur les marchés les plus importants du pays, où ils venaient négocier le partage.  

 Oulhadj dit Hdjidjou est le propriétaire de la promotion les Dunes et de la station de jeux à Chéraga. Abdesslam Bouchouareb, l’ancien ministre de l’industrie et directeur de la campagne de Abdelaziz Bouteflika pour le 4ème mandat. Amine Djerbou est l’associé de Mourad Oulmi, le propriétaire de Sovac. Amine Djerbou entretien aussi des relations importantes avec les personnalités les plus influentes du pays, en leur offrant des voitures de luxe. Noah Kouninef, aux tentacules de pieuvre, plus néfaste encore que les autres, fait et défait des ministres lors de ces soirées aux côtés de Lem’alem et même de prostituées sur les genoux, un snif de cocaïne dans les narines. Associé aujourd’hui à plusieurs entreprises grâce à Said Bouteflika qui lui a facilité les crédits et l’appui nécessaire. Notamment dans la construction de l’autoroute Est Ouest, CITIC Group, une entreprise chinoise spécialisée dans l’exploitation de gisement de phosphate, un bouquet télé en association avec Josephe Jed, ex patron de Ooredoo, ainsi que le marché de la satine avec la même personne, Joseph Jed. D’autres marchés également, obtenus grâce à Abdeslam Bouchouareb, ex ministre de l'industrie et des mines, qui lui facilité la tâche en lui remettant des dossiers ficelés déposés par d’autres entreprises qui postulaient aux appels d’offres, où il ne restait à Kouninef qu’à modifier l’entête du dossier et obtenir les marchés. A noter aussi que Kouninef avait obtenu des milliers d’hectares à travers tout le pays, notamment à Oran et Larbatache. D’autres marchés importants ont été également obtenus grâce à Houda Ferouan. Ali Haddad n’est plus à présenter. Il est le patron des patrons, que tout le monde connait comme étant un puissant oligarque. Devenu maître du BTB et de l’hydraulique. Il pouvait influencer la vie politique du pays en imposant la nomination des ministres et des cadres des différents ministères afin de lui faciliter l’obtention des marchés importants. Tebboune, l’ex-premier Ministre, en a fait les frais pour s’être aventuré à vouloir s’attaquer à lui au grand jour. Les prostituées qui fréquentaient les lieux avaient aussi leur part de marché. L’une des préférées de Lem’alem a obtenue à son tour une agence de voyage dans le quartier huppé de Hydra, rue douzia, où tous les habitués de la villa mackley ont reçu l’ordre de Lem’alem de travailler avec elle.

Saïd Bouteflika règne sur ce beau monde en maître absolu. Il accorde ou facilite l’obtention des marchés ou des appels d’offres au grès de ses calculs et des intérêts de la fraterie et du grand frère Président handicapé à protéger. Il repère et liste les responsables qui refusent de jouer le jeu, grâce à sa sœur qui dispose d’une armée d’indics dissimulés partout où le danger contre la famille pourrait advenir. Les cadres honnêtes qui bloquent leurs dossiers au niveau de toutes les institutions du pays, subissent sa foudre sur le champ et leur destitution se décide sans sommation.

Il est important aujourd’hui, au moment où l’étau commence à se desserrer sur la justice, que des enquêtes massives soient lancées contre toute cette bande avant que le gouvernement qu’ils ont mis en place ne parvient à faire disparaitre les preuves et les aider à sauvegarder leur butin, accumulé aussi bien en Algérie qu’à l’étranger. C’est pour cette raison qu’il faudra au plus tôt changer ce gouvernement et les cadres des différents services concernés susceptibles de leur faciliter la tâche. 
Y.B.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.