Youcef Benzatat
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 avr. 2019

Algérie: le deuxième temps du processus révolutionnaire

Nous entrons de plein pied dans la deuxième phase du processus révolutionnaire, caractérisée par l’exigence du peuple à une transition en dehors des symboles du système et sans le personnel de celui-ci, encore aux commandes.

Youcef Benzatat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Algérie : Le deuxième temps du processus révolutionnaire

Youcef Benzatat, Le 6 avril 2019

Il est évident que les millions d’algériens qui ont manifesté ce vendredi 5 avril partout dans le territoire national ne l’ont pas fait contre le 5° mandat, ni contre le départ de Bouteflika. Ce dernier ayant déjà démissionné et les élections annulées. Ces manifestations étaient plutôt contre les symboles et le personnel du système de pouvoir en vigueur depuis l’indépendance, comme cela a été clairement exprimé par les slogans des manifestants.

De ce fait, nous entrons de plein pied dans la deuxième phase du processus révolutionnaire, caractérisée par l’exigence du peuple à une transition en dehors des symboles du système et sans le personnel de celui-ci, encore aux commandes.

La première phase étant celle qui a permis en premier l’émergence du peuple dans l’espace publique, en s’affirmant en tant que force politique, inexistante auparavant. Pour ensuite provoquer une rupture dans les relations publiques habituellement consacrées, par laquelle le peuple a forcé cette relation vers un rapport pragmatique entre gouvernants et gouvernés, obligeant ceux-ci à céder à la première exigence, celle d’annuler le 5° mandat et de faire démissionner le Président de la République.

Traduit constitutionnellement, les symboles du système ne sont autre que la Constitution en vigueur elle-même et les institutions de l’Etat. A savoir, le conseil de la nation, le conseil constitutionnel, le parlement, le gouvernement et les instances locales élues (Wilaya et APC). Quant au personnel de celui-ci, il ne s’agit pas moins des présidents des deux conseils, de l’ensemble des parlementaires, du Gouvernement et des élus locaux. C’est donc tout l’édifice, du moins officiel, de ce système de pouvoir qui est rejeté par le peuple.

Cette deuxième phase se caractérise donc par l’exigence du départ du personnel de cet édifice, pour laisser place, dans une troisième phase, à un personnel choisi par le peuple, qui aura pour tâche la refondation d’un nouvel édifice républicain, négocié démocratiquement par les représentants légaux du peuple.

Comme tout processus révolutionnaire, il doit faire face à des forces contre-révolutionnaires et à des forces de reflux au sein même du peuple. Les uns instrumentalisant les autres dans une relation de complicité et de collaboration, où chacun trouve satisfaction au profit de ses intérêts, pour faire échouer la révolution.

On a pu observer pendant les manifestations de ce vendredi 5 avril, la provocation des forces armées de ce système de pouvoir, à vouloir empêcher le peuple d’exercer son droit de manifester librement. En l’empêchant de converger vers le centre d’Alger et former une force compacte, pour le diviser et l’affaiblir, par des barrages aux principaux accès à la capitale, tout en usant de gaz incapacitant. Au même moment de manifester son autisme aux exigences du peuple d’exercer souverainement son droit politique fondamental, celui de choisir ses propres représentants pour conduire la transition vers un nouveau système de pouvoir à son profit.

La contre révolution s’exerce aussi et surtout de façon sournoise. On a pu constater aussi dans ce moment critique de la vie politique nationale, le gouvernement inciter le peuple à créer des partis politiques, afin de provoquer la déviation des objectifs du processus révolutionnaire et en même temps d’atomiser l’unité du peuple et certainement dans l’intention de créer des faux partis politiques comme de coutume, qui lui servirons dans l’avenir pour une nouvelle façade démocratique, pour pallier à la disqualification de celle qui existait déjà auparavant.

On a assisté aussi, ces derniers jours, à un simulacre grossier de chasse aux lampistes dans les milieux corrompus avec fracas, pour tenter de duper les plus disposés à la crédulité dans la bonne foi du système parmi la grande masse du peuple, pour les isoler des « meneurs », cette classe moyenne cultivée, considérée comme le carburant de la révolution. Encore une tentation d’atomiser l’unité du peuple.

Dans cette deuxième phase cruciale du processus révolutionnaire, il y en aura certainement beaucoup d’autres tentations de division de l’unité du peuple et la déviation des objectifs de la révolution par d’autres biais. Notamment, les deux grands champs de manœuvre potentiels, propres au reflux au sein du peuple lui-même, que sont les tentations islamistes et séparatistes, voir, fédéralistes. Les uns s’appuyant sur les autres pour un partage du pouvoir au détriment de la révolution.

Y.B.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik