Les dessous du phénomène médiatique Kamel Daoud

Tout le monde connaît aujourd’hui ceux qui instrumentalisent le bigotisme religieux, que ce soit à l’intérieur ou par les oligarchies impérialistes sionistes occidentales. Ce qui est reproché à Daoud c’est d’évacuer tout cela pour s’acharner sur la victime, que sont le peuple musulman, palestinien, algérien dans un autisme méprisant.

Charles Sanders Peirce avait fait école à la fin du XIXe siècle sur la question de la communication et des multitudes de point de vue. Certains avaient raté le train au passage, comme Picasso qui s'entêta dans son cubisme avec la multitude des perspectives et donc de points de vue, les culturalistes se sont également égarés dans la théorie multiculturaliste et leur atomisation de l'humanité en groupuscules ethniques et culturels au détriment de l'universalité de l'humanité, de sa culture et de son intérêt commun. D'autres se sont saisis de cette révolution de la pensée et l'ont porté jusqu'à nous, tels, Jacques Poulain, François Lyotard, pour ne citer que les Français. Les Allemands, à travers Jürgen Habermas, avaient essayé sans trop de conviction, mais ils ont contribué tout de même à discuter cette théorie et l’approfondir à leur compte. Le Pragmatisme qui en découla de cette théorie, c'est la recherche de l'accord dans le différend, à condition d'être de bonne foi et ne procéder à aucune censure dans la collecte de l'information et de l'exposé des arguments. Pensez-vous que Kamel Daoud procède de la sorte ?

 Eh bien non, car il évacue d'emblée une part importante de l'information sur laquelle il construit ses arguments, tels que les lobbys qui instrumentalisent l'islam pour pousser les populations musulmanes vers la régression, pour les endormir et pour mieux les exploiter. Il s'agit bien évidement des dictatures et monarchies arabes ainsi que les oligarchies impérialistes Américaines et européennes, ainsi que l'Etat d'Israël, qui ont tout intérêt que ces populations ne puissent pas accéder à la modernité, à la laïcisation de leur Etat et de leur école, pour ne pas accéder à la conscience politique citoyenne du monde et d'être incapable de contestation de l'ordre capitaliste mondial, dont les dictatures et les monarchies arabes en sont les supplétifs. Ces Lobbys ont besoin de supplétifs à l'image de Daoud pour faire une caution alibi à leur rhétoriques sournoises de culpabilisation de ces peuples en les tenants responsables de leurs comportements moyenâgeux et intolérants pour justifier leur mise au banc. C’est exactement ce que fait Kamel Daoud, en reprenant leurs rhétoriques à la lettre en rajoutant de la surenchère par le mépris de ces peuples.

Kamel Daoud devrait tenir compte et dénoncer ceux qui instrumentalisent l’islam et l’arabité pour réduire notre peuple à des aliénés dans l’imaginaire mythologique religieux et les structures mentales patriarcales, ramenant son comportement aux canons du moyen âge. Au lieu de cela, il culpabilise notre peuple jusqu’au mépris, fermant les yeux volontairement sur ceux qui les manipulent avec ces valeurs d’un autre âge. Le peuple algérien, arabe et musulman en général sont comme tous les autres peuples. Il suffit de fonder un État laïc et introduire la laïcité à l’école pour que dans une génération la courbe de la régression ne s’infléchisse. Tout le monde connaît aujourd’hui ceux qui instrumentalisent le bigotisme religieux, que ce soit à l’intérieur ou par les oligarchies impérialistes sionistes occidentales. Ce qui est reproché à Daoud c’est d’évacuer tout cela pour s’acharner sur la victime, que sont le peuple musulman, palestinien, algérien dans un autisme méprisant sur les véritables causes du reflux de ces peuples. Nous aspirons tous à la modernité, aux lumières, aux libertés de conscience, à l’Egalite Homme femme et à toutes les valeurs de contemporanéité du monde. Cela ne fait pas de nous pour autant des supplétifs de la pensée néocolonialiste.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.