En regardant un des devoirs d'histoire de mon fils en classe de troisième qui traitait en détail la terreur stalinienne et les ravages de la collectivisation dans les campagnes entre 1928 et 1937, j'ai commencé à lui parler de la crise de 29, contemporaine de ces évenements.

Quelle ne fut pas ma surprise de constater que celle-ci est aujourd'hui pour nos collégiens un détail de l'histoire. Détail tellement mineur qu'elle a tout bonnement disparue des programmes. Vérification faite dans les programmes officiels de 2012, il n'en est pas fait mention une seule fois. La montée du nazisme en Allemagne est expliquée par des aspects purement idéologiques, sans dire les ravages dus à  la crise, qui ont permis l'ascension des Nazis vers le pouvoir.

Ainsi est passé sous silence un des événements les plus importants du 20ème siècle qui a conduit aux premieres régulations financières fortes aux Etats-Unis, aux début de l'Etat social (ou de l'Etat providence), à des impositions sur le revenu digne de ce nom, etc... Dans un contexte de crise financière depuis 2008, où la référence à 1929 est constante, que peuvent espérer comprendre au monde actuels ceux qui vont s'arréter au brevet.

Le capitalisme pour eux est un horizon indépassable, qui n'est jamais entré en crise systémique, contraiement aux dangereuses utopies des communistes, dont on analyse en détails les agissements liberticides et irresponsables. Les extrème droite sont arrivées au pouvoir car les gens sont méchants et pas à cause d'une crise atroce qui a détruite et radicalisé la société allemande.

Au delà du simple parti pris idéologique de nos gouvernants réactionnaires de tout bords (PS/UMP) -  le libre marché est le seul horizon et il ne faut pas trop faire réfléchir nos chers ados - une telle occultation est potentiellement facteur de radicalisation.

Ceux qui, et ils sont nombreux, s'arrêteront au brevet, découvriront qu'on leur a caché la crise de 29  sur le Net. Et c'est  - au hasard - Alain Soral et consort, qui pouront leur démontrer à quel point les fascistes avaient trouvé la bonne solution socialiste et nationale à tous les dysfonctionnements du capitalisme, que les vilains spéculateurs de  wall street avait contribué à déchaîner. Spéculer sur l'imbécilité des masses donne toujours des résultats tragiques.

Je suis extrêmenet surpris qu'aucun professeur d'histoire ne se soit violemment élevé contre une telle censure - il n'y a pas d'autre mot - de l'histoire du 20 ème siècle.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Ccei dit, votre cri d'alarme est très très très pertinent!!!

Au secours!!

Mais on a une alternative, un remède: le journal Fakir