YounesBENKIRANE
Journaliste - Informaticien.
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 août 2017

Viol collectif dans un bus à Casablanca : Où va mon pays ?!

Premier fournisseur de terroristes au monde; tchermil; incivisme et agressivité... et maintenant viol collectif dans un bus à Casablanca. Où va mon pays ?

YounesBENKIRANE
Journaliste - Informaticien.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il ne s'agit pas de tout noircir au beau pays des contrastes, mais ces noirceurs sont particulièrement denses, de plus en plus nombreuses et, surtout, sont de ces noirceurs qui s'inscrivent dans la durée et la fonceur. Au point de pouvoir devenir multigénérationnelles, pour ne pas dire civilisationnelles. 
De cela les autorités marocaines portent une lourde, immensément lourde responsabilité. A commencer par Hassan 2 et Basri qui ont méthodiquement asséché l'instruction dans notre pays, et abandonné le petit peuple à l'anarchie du tibikha. 


Ces autorités là, gouvernement et administrations, sont à la fois criminelles de par le résultat de leur action, mais aussi et surtout, et ceci explique cela, incompétentes, corrompues, mafieuses. Et surtout à ce jour encore protégées par l'impunité qui sévit depuis Hassan 2. 
Nous attendions que sous M6 cette impunité des responsables au moins soit balayée. Que leurs lettres de noblesse soient redonnées à l'instruction, à l'enseignement et au droit. 
Mais fallait pas trop rêver.


Nous savons que l'initiative peut venir du roi seul. Qu'il a seul l'autorité et le pouvoir d'en décider et d'en assoir l'application et les structures. Mais d'évidence la question se pose, avant même de savoir s'il le veut : en est-il capable ?!
Notre pays semble s'inscrire cette fois de manière irrémédiable dans une pente de sous-développement dont il sera impossible de se relever. Ce n'est plus une question de petites politiques et calculs, de petits budgets ou de petites punitions. Ceux qui me connaissent savent que depuis la mort de Hassan 2 j'attends que soit proposé à ce peuple un grand dessein, un grand projet de civilisation qui implique toutes les structures et les force vives "de la nation", afin de remettre non point le seul pays, mais plus encore le peuple, sur les rails du sensé, de la cohérence, de la pensée, du civisme, de l'éducation, de l'instruction, de l'émancipation, du respect de l'autre, de la réflexion, de l'intelligence, du savoir, de la production culturelle; que cela commence par l'école... 
Et par la télévision qui est le compagnon numéro 1 du marocain lambda. 


D'évidence, ce choix n'a donc pas été fait. Et ne semble pas devoir l'être de si tôt. 
Rechercheriez-vous le chaos ? La révolution ? Le désordre ? L'anarchie ? Voire une guerre civile ? Car cela ne peut durer. La cocotte explosera nécessairement un jour si rien n'est fait. Or il n'existe pas aujourd'hui de structure politique en mesure de canaliser l'énergie dévastatrice qu'il en résultera. Ni pour proposer un cap, une méthode, des moyens, une éthique, un horizon. 
Majesté, votre père porte sur ses épaules la responsabilité d'avoir voulu et organisé l'obscurantisme dans lequel nage aujourd'hui le Maroc; vous en porterez, vous, la responsabilité d'avoir su et vu, d'en avoir palpé les résultats calamiteux, et de n'avoir pas fait, au delà des investissements d'infrastructure routière notamment, le nécessaire. D'avoir laissé votre plus proche cercle se sucrer aussi indécemment qu'imaginable aux dépends des intérêts vitaux de notre peuple. 


Quand un peuple se met au viol collectif, quand la moitié de son humanité -la femme- est bafouée, méprisée, mise de côté du point de vue de ses libertés, de sa rémunération, alors que sa productivité est en 1000 endroits supérieure a celle des hommes ; quand chaque fois qu'il y a un attentat le marocain s'effraie à la seul idée qu'il puisse encore s'agit d'un marocain... et que cela se confirme ; quand des filles se font agresser dans les rues du pays pour la seule raison qu'elles portent un jean et un tee-shirt ; quand des hordes se promènent dans les rues de la ville armées de sabres ; quand des taxis au vu et au su de tous arrêtent un véhicule et en rabaissent le chauffeur en toute impunité ; quand les mafias de l'immobilier réduisent des familles à la pauvreté en s'accaparant tous leurs biens ; quand le chômage vise la quasi majorité de la jeunesse ; quand juges et avocats sensés protéger les citoyens contre les injustices sont eux mêmes dans une très large proporttion corrompus ; alors il y a urgence avant que ça ne pète. 


Magnez-vous !
Il y a urgence. 


IL Y A URGENCE !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre