Youssef Chaoui.
Membre du conseil national du Parti Socialiste Unifié
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 sept. 2019

Laïque toi-même !

La laïcité est la première chose qui vient à l’esprit quand on parle de la relation entre le discours religieux et le discours politique, l’imagination du lecteur musulman navigue rapidement vers des contrées lointaines, en Europe, en France en passant par l’ensemble des pays occidentaux, et finalement finit par s’échouer sur les rochers du rejet, des stéréotypes et des idées préconçues.

Youssef Chaoui.
Membre du conseil national du Parti Socialiste Unifié
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette dernière décennie, le débat sur la séparation du discours religieux et politique est devenu omniprésent du fait des succès électoraux de certains partis islamiques qui de temps à autre n’hésitant pas à faire appel aux versets coraniques pour donner à leurs positions un pouvoir sacré, réussissant par la même à transformer leurs militants en disciples, prêts à se sacrifier pour leurs convictions, immobilisant ainsi l’opposition et compliquant la vie politique, mais ce même discours empreint de sacré est devenu la cause de leurs échecs futurs.

L'action politique est une action variable et vulnérable en constante évolution et qui nécessite parfois de faire des choix cornéliens entre les options les moins mauvaises, mais la lecture religieuse, en particulier celle basée sur le texte du Coran est explicitée et invariable, et donc relier la position politique éphémère basée sur le changement d'intérêt et de circonstances aux versets coraniques ou aux saints Hadiths, confère clairement  à celle-ci un statut divin, alors quand après un certain temps l'appréciation politique change entraînant un changement de position politique, le militant « disciple » a le droit de se poser la question :Pourquoi hier c’était haram et aujourd’hui c’est halal ? ou vice-versa.

La laïcité s’oppose à l’état religieux et n’a nullement pour objectif de s’opposer à la religion, quelle qu'elle soit, c'est un cadre qui permet à toutes les idées et les religions de coexister en son sein.

Alors pourquoi une grande frange de la société s’y oppose-t-elle ? Pourquoi la laïcité est souvent synonyme d’athéisme au Maroc ?

Nous sommes ici dans un degré indicible d’hypocrisie et de contradictions flagrantes, ce n’est pas une question de principes comme le prétendent certains, mais une question d’intérêts, lorsque la laïcité est dans l’intérêt des musulmans, ses valeurs sont les plus belles et les plus magnifiques, mais quand la laïcité donne des droits égaux aux non-musulmans dans les sociétés musulmanes et empêchent les partis islamiques de mettre la main sur le pouvoir,  elle est qualifiée souvent du premier ennemi de l'islam et des musulmans.

Les hommes de foi ont parfaitement le droit de s’exprimer, mais n’ont nullement le droit de s’imposer ou d’imposer leur idéologie souvent binaire Haram-Hallal à une société complexe multiconfessionnelle et multiculturelle.

En définitive, Ceux qui s’opposent à la laïcité le font généralement par ignorance ne comprenant pas la signification de celle-ci, d’autres s’y opposent parce qu'ils ne souhaitent pas séparer la religion de la politique pour des intérêts propres mais sont les premiers à la défendre à l’étranger pour garantir les droits des musulmans dans ces pays.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes