La mort ou tchi tchi?

Cette vidéo qui a fait le buzz il y’a quelques années, Tchi Tchi à ne pas confondre avec tchin-tchin la fameuse offre de lunettes d’un célèbre opticien français bien qu’on se fasse avoir dans les deux cas, c’est ainsi que le pouvoir en place veut nous présenter la situation actuelle du Maroc, la peste ou le choléra? L’OFPPT ou le chômage? La mort ou tchi tchi?

907f04fb-5658-4564-94f6-087fee36a784

 

L’OFPPT n’est certainement pas une voie de garage, mais le dénigrement voir le mépris qu’on a pu lire sur un grand nombre de publications sur les réseaux sociaux montre que c’est ainsi que les marocains vont désormais percevoir cette institution, un sous-diplôme, une contrainte et non un choix, une autre clé d’entrée vers le chômage.

Tout un chacun désire à un moment de sa vie monter dans ce fameux ascenseur social, et les études pour bon nombre de marocains restent un moyen qui certes rarement fonctionne mais le faite de fonctionner de temps à autre cela entretient l’espoir, sachant pertinemment que les étudiants en filières professionnelles sont rarement issue de familles aisées, le choix des bacheliers est souvent vite fait, tout sauf la formation professionnelle...

Le Maroc comme le reste du monde a besoin de main-d’œuvre qualifiée en nombre suffisant pour pouvoir accompagner son développement, mais comment rendre ce secteur intéressant et pourvoyeur d’emplois?

Transformer la formation professionnelle d’une voie de garage à une voie royale nécessite de transformer en profondeur ce secteur pour le rendre plus attrayant en revalorisant les métiers de l’apprentissage et en garantissant un taux très élevé d’employabilité à la sortie de la formation, tels sont les éléments de réponse qui peuvent être apportés rapidement faute d’une transformation plus en profondeur de l’ensemble du secteur de l’éducation nationale, et ce n’est sûrement pas en opposant la formation professionnelle à l’enseignement supérieur qui résoudra nos problèmes structurels, surtout que les deux excellent dans la fabrique des chômeurs.

Alors pourquoi y’a t’il eu volonté de les opposer? Est-ce une façon déguisée pour signifier aux futures diplômés de l’enseignement supérieur que leurs chance de trouver un emploi vont se rétrécir dans un avenir proche? La formation professionnelle est-elle mieux loti ? Permettra-t-elle une meilleure employabilité?

La réponse, malheureusement, est non. Le haut-commissariat au plan a annoncé des statistiques édifiantes, le pourcentage de chômeurs oscille entre 22 et 32% selon les spécialités.

Aujourd’hui la seule question qui vaille, est comment faire baisser le chômage dans notre pays, malheureusement le constat est sans appel, il faut refondre notre système d’éducation nationale, car tout le reste n’est qu’une fuite en avant pour masquer l’état de ruine de celui-ci, l’éducation nationale doit devenir une priorité nationale comme ne cesse de le répéter le Parti Socialiste Unifié et la Fédération de la Gauche Démocratique, sinon ça sera la mort et tchi tchi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.