Transition énergétique, crise actuelle

Il serait peut-être important de rappeler que la "transition énergétique" a lieu actuellement : cela s'appelle la crise économique.

Discours d'Yves Cochet sur la crise financiere © eyes wideopen

Il serait peut-être important de rappeler que la "transition énergétique" a lieu actuellement : cela s'appelle la crise économique.

 

La crise mondiale actuelle est en effet aussi, si ce n'est avant tout, un monstrueux choc pétrolier qui hélas ne fait que commencer, dernière synthèse de Laherrère (ASPO France) :

http://goo.gl/LzmGp

Ce qui amène à (évolution prix du baril) :

bp-oil-price-2013.jpg

http://iiscn.files.wordpress.com/2013/07/bp-oil-price-2013.jpg

 

 Et que l'on soit quasi incapable de simplement nommer la chose (en préférant la valse des étiquettes financières) n'y change rien.

Un sérieux rééquilibrage entre taxer les carburants fossiles et le travail serait une vraie mesure.

La qualifier d'écologique, même si on peut considérer que c'est le cas, est aussi un symptôme de l'incapacité à montrer la situation actuelle.

De fait on "paye" aussi aujourd'hui la com uniquement axée sur les aspects CO2, alors que les mesures possibles sont tout simplement les -MÊMES- pour les deux aspects.

(diminution de la dépendance aux carburants fossiles et déficit commercial associé d'une part, émissions de CO2 d'autre part).

On remarquera aussi dans le graphique prix du baril ci dessus la légende classique : «premier choc pétrolier = Yom Kippour/embargo Arabe = évènement géopolitique = rien à voir avec les contraintes géologiques». Alors que le premier choc était surtout la conséquence directe du pic de production des Etats-Unis ayant eu lieu en 1970.

Il serait peut-être temps d'être au courant, non ?

Résumé en fin de post :

http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/
Voir en particulier les interviews d'Akins (ambassadeur US en Arabie Saoudite à l'époque) dans «la face cachée du pétrole» partie 2 à partir de 18:00 pour le premier choc.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.