Le «destin arctique» de Strasbourg

Le «destin arctique» de Strasbourg…

28. Mai 2013

 

 Un grand défenseur de la planète - le Professeur Jean Malaurie. Foto: Claude Truong-Ngoc

 Un grand défenseur de la planète - le Professeur Jean Malaurie.

Foto: Claude Truong-Ngoc

Suggéré par le Professeur Jean Malaurie

(Yveline Moeglen) – Strasbourg, dans le cadre «des rencontres de Mai» qui, en cette année 2013 avaient pour thème : Cultures de Paix, a tout particulièrement été honorée par la présence du professeur Jean Malaurie.

Célébrer la vie et les hommes dans toute leur diversité ainsi que leur avenir trop souvent compromis par l’ignorance et la recherche d’un profit de quelques meneurs, c’est le but fixé parAnnick Le Ny, l’organisatrice de cette semaine qui au-delà de la défense des droits de l’homme mit en relief la question majeure de la survie de notre planète : «Le changement climatique» : Menace ou simple évolution ?

Le changement climatique, réalité ou fiction ? Peut-on encore avoir des doutes sur la question, après l’un des mois de mai (2013) les plus arrosés depuis des décennies ? Les explications et les recommandations nous vinrent de notre invité d’honneur, le professeur Jean Malaurie, né le 22 décembre 1922 à Mayence en Allemagne, docteur d’État de Géographie à l’Institut de Géographie de la Faculté des Lettres de l’Université de Paris, directeur et fondateur dela collection Terre Humaine aux éditions Plon, ambassadeur de bonne volonté à l’UNESCO pour l’Arctique, premier homme à diriger pour le CNRS la première mission géographique / ethnographique française dans le nord du Groenland et spécialiste en géomorphologie et dont le sujet de la thèse est «Thèmes de recherche géomorphologique dans le nord-ouest du Groenland».

Notre ethno-historien, géographe, physicien et écrivain qui a voué sa vie à la recherche de l’absolu meilleur pour la planète et pour l’homme confirme que l’occident est face à un grand problème qu’il appréhende avec beaucoup de difficulté dans son ensemble !

L’avenir arctique préservé par le froid, ces espaces continentaux «toundra», déserts et océans glacés toute l’année, longtemps considérés stériles, se révèlent très riches en pétrole et en gaz et sont de fait devenus la plus grande réserve pétrolière et gazière de la planète.

Selon le Professeur Malaurie, le réchauffement qui pour des raisons complexes s’accentue, a pour conséquence majeure le déglacement de l’océan glacial… Mais faut-il considérer cette nouvelle étape comme un drame sachant que l’histoire de l’homme a déjà été traversée par des changements climatiques entre 1600 et 1800 et que l’Europe a connu le «petit âge glacière» avec des phases de réchauffement ?

Ce changement climatique plus sensible pour les grandes nations industrielles (Russie, Canada, Alaska) libérera de leur glace les grands espaces et transformera la toundra en une plaine immense où les bœufs, les rennes, les moutons et les vaches éliront domicile.

Grâce au passage plus facile en été, les bateaux venant du Japon ou de Chine par la Sibérie pour rejoindre Hambourg, Anvers, Rotterdam, l’Europe ou l’Amérique du nord, imposeront la civilisation occidentale et l’exploitation rapide du pétrole et du gaz qui, si les moyens techniques importants n’étaient pas mis en place, fragiliseraient rapidement l’écosystème !

Il faut bien être conscient qu’on n’est jamais à l’abri d’une catastrophe écologique inattendue… – Les congrès de Rio, Johannesburg, Tokyo, quoique peu révélateurs pour les bonnes solutions, rappelaient quand même qu’il fallait être prudent, vigilant sans pour autant tomber dans un catastrophisme pathologique…

«L’appel de Strasbourg» :

Oui… la population arctique veut continuer à vivre selon ses traditions et préserver ses espaces… Le professeur Jean Malaurie propose de leur apporter un enseignement spécialisé qui leur permettrait à l’aide de pédagogie nouvelle d’approfondir la connaissance de tout ce qui concerne leur patrimoine et former des élites sibériennes indiennes pour collaborer et surveiller l’évolution climatique et ses conséquences avec le concours des meilleurs chercheurs du monde.

Déjà, certains savants du CNRS sont prêts à travailler étroitement avec les autochtones.

Oui… Strasbourg sous l’égide du Parlement Européen et du Conseil d’Europe, s’associant aux grandes nations déjà prêtes à collaborer, pourrait pour la première fois dans son histoire, participer à une étude internationale sur la situation écologique mondiale actuelle à laquelle l’occident devra faire face avec prudence car l’avenir arctique est l’enjeu majeur des années à venir.

Le professeur Jean Malaurie, accompagné de Monsieur le Consul Général de Russie à Strasbourg qui a joué un rôle prédominant dans les relations entre l’ENA et l’Académie Polaire d’état de St Petersbourg et de Madame le Recteur Kermen Maratovna Bassangova et son directeur des affaires internationales, a profité de son court séjour pour d’ores et déjà mettre en relation la direction de l’ENA et l’Académie Polaire d’Etat de St Petersbourg (dont le français est la 1ère langue étrangère obligatoire) pour organiser des échanges d’étudiants.

Oui ….Strasbourg, ville mythique par son histoire devrait rapidement constituer une équipe restreinte accompagnée d’un échéancier précis, pour arbitrer notamment les multinationales sourdes et aveugles…

Oui, la machine est en marche selon notre «Ambassadeur de bonne volonté pour les régions arctiques (domaines des sciences et de la culture) à l’UNESCO» puisqu’après avoir obtenu l’appui favorable du conseil scientifique de la présidence de la République française , rendez-vous est pris avec notre Président : François Hollande !

La remise de la médaille de la ville de Strasbourg à l’un de nos savants français, consultant des quatre capitales : Washington, Ottawa, Copenhague, Moscou a été un «grand moment» et a permis aux strasbourgeois de faire la connaissance avec un homme d’exception qui, pour convaincre de la nécessité d’un changement de cap «civilisationnel» incontournable…, n’hésite pas à dénoncer un certain vice intellectuel français de personnalités qui imposent leurs certitudes sur des théories qui restent à démontrer…

Il lui plait de rappeler que «c’est un honneur de vivre», bien qu’il soit lui aussi à la fois dans le doute et la certitude…

Ce Monsieur, si jeune d’esprit, qui a dit lors d’une interview : «Je me suis inventé» a des liens très forts avec la Russie puisqu’en 1990 à la suite de la requête du gouvernement soviétique et de l’académicien Dimitri Likhatchev, conseiller scientifique de Mikhaïl Gorbatchev , il dirigea la première expédition soviéto-française en Tchoukotka sibérienne, puis fonda en 1992 l’Académie Polaire d’État à Saint-Pétersbourg, dont il est le Président d’Honneur à Vie.

Madame le Recteur Kermen Maratovna Bassangova qui dirige cette école des cadres sibériens d’environ mille élèves internes, cinq facultés, quarante-cinq ethnies avec l’obligation de pratiquer la langue française en tant que première langue étrangère et son directeur des affaires internationales, ne manquèrent pas ce rendez-vous.

Madame le Recteur Kermen Maratovna Bassangov a lors de la réception du 24 mai 2013 à Strasbourg transmis un message du conseiller polaire du Président Poutine et rappelé que devant l’Académie Polaire d’Etat de St Petersbourg lors de la journée consacrée aux grands savants polaires, des arbres portant chacun le nom d’un savant polaire avaient été plantés et que le premier «arbre» de la lignée, un érable à feuilles rouges, porte le nom de : Jean Malaurie.

Depuis le 24 mai 2013, Strasbourg est au rendez-vous de sa destinée. Au-delà du mythe de la réconciliation franco-allemande garantissant la paix en Europe et colocataire du Rhin qui coule vers le Nord, Strasbourg a maintenant la mission de répondre à la nécessité d’une écologie humaine qui reste à inventer pour participer à la sauvegarde de l’environnement de la planète !

Pour tout connaitre du Professeur Jean Malaurie, Commandeur de la Légion d’Honneur, ses expéditions, ses publications scientifiques, ses ouvrages, les livres qui lui sont consacrés, ses distinction scientifiques, étrangères et ses décorations : www.jean-malaurie.fr

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.