Yves Charpak
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2014

Atteinte au don de sang «éthique»: pétition des donneurs et des syndicats de l’EFS

Une pétition électronique circule depuis quelques semaines, pour alerter la population française sur une menace concernant le  modèle actuel de don du sang, menace liée à l’arrivée sur le marché du plasma de transfusion d’une multinationale pharmaceutique qui a gagné son procès contre la France. Alors j’ai signé

Yves Charpak
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une pétition électronique circule depuis quelques semaines, pour alerter la population française sur une menace concernant le  modèle actuel de don du sang, menace liée à l’arrivée sur le marché du plasma de transfusion d’une multinationale pharmaceutique qui a gagné son procès contre la France. Alors j’ai signé : http://www.mesopinions.com/petition/sante/fin-don-ethique-france-marchandisation-sang/13251

Mais je suggère à ceux qui ne l’ont pas fait de relire mon billet du 28 septembre dernier qui donnait le contexte et annonçait des troubles à venir : http://blogs.mediapart.fr/blog/yves-charpak/280914/transfusions-de-produits-sanguins-un-monopole-public-en-erosion

La vérité est bien sur comme toujours entre deux, entre un modèle de don qui ne serait que Français et qu’on dit « éthique » et celui des grandes multinationales des produits sanguins qui « rémunèrent » les donneurs (eux disent « indemnisation»).

Pour mémoire, la grande majorité des pays européens ont exactement les mêmes valeurs que nous autour du don de sang, mais comme ils ne l’appellent pas comme nous, en France nous pensons être les seuls à défendre un modèle « pur » contre le reste du monde : ailleurs, ça s’appelle le don volontaire et non rémunéré, ou VNRBD (Voluntary Non Remunerated Blood Donation).

Le problème est que pour le plasma qui est évoqué dans cette pétition, le plasma qui est directement destiné à des transfusions, il y a aujourd’hui ambiguïté de statut, car la production de plus en plus industrielle en fait juridiquement un médicament. Et c’est bien un médicament enregistré au niveau européen que propose la multinationale en cause, Octapharma, qui a raison du point de vue réglementaire, alors que chez nous, fabriqué par l’EFS, c’est un produit sanguin qui ne répond pas aux mêmes normes de fabrication.

Alors, certes nos dons sont garantis « éthiques » ce qui n’est pas le cas de ceux d’Octapharma, mais eux garantissent des procédés de fabrication de « qualité pharmaceutique », que ne peut garantir l’EFS, ce qui a contribué à la fermeture de son usine de Bordeaux.

Du coup voilà l’EFS obligé de distribuer un produit d’origine plus « douteuse » en termes de paiement des donneurs, alors que la France aurait pu se doter d’une capacité productive « aux normes » pharmaceutiques. Et ce tout simplement en renforçant ce qui existait déjà à Bordeaux, attitude raisonnable en ces temps de cocorico continu pour rebooster notre industrie nationale. Mais pour ça il faut des dirigeants courageux et visionnaires et pas des gestionnaires qui circulent d’un poste à l’autre comme s’il ne s’agissait que d’administrer sans danger pour leur nomination au prochain poste.

Alors oui je soutien cette pétition, car effectivement les produits sanguins dans le monde sont relativement menacés par la pression conjointe de multinationales des produits collectés dans le monde entier mais aussi par le fait que notre modèle très cher de transfusion n’est aujourd’hui pas adapté à une généralisation dans le monde entier : selon l’OMS, le principal problème pour 80% de la population mondiale n’est pas une mauvaise qualité des produits mais bien l’absence des produits qui pourraient sauver des patients, ce qui tue beaucoup plus de monde que ne le feraient même des produits très « bas de gamme ».

Mais de grâce, apprenons aussi à travailler avec les autres pays développés, nos voisins européens en particulier, ceux qui ont les mêmes valeurs que nous et qui ne comprennent pas notre acharnement à leur dire que seul notre modèle français est éthique et acceptable. Et comment les convaincre si nous ne les côtoyons pas ? Lorsque j’étais directeur de la prospective à l’EFS, et comme tel représentant de l’EFS à l’alliance des opérateurs de la transfusion européenne (EBA), l’un de mes supérieurs hiérarchique m’a dit qu’il ne voyait pas en quoi mon élection au poste de vice-président de cette alliance avait la moindre valeur ajoutée !!

Car n’accablons pas l’Europe, elle n’est que ce que nous en faisons collectivement, d’où l’importance de bien travailler avec les autres.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI