Yves Charpak
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 août 2015

Yves Charpak
Abonné·e de Mediapart

Les Témoins de Jéhovah au secours des bonnes pratiques en transfusion ?

Yves Charpak
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nos sociétés modernes, nos chercheurs, et beaucoup de ceux dont le cerveau est l’outil de travail de base sont souvent par moment limités par des réflexes tribaux, des impossibilités de «sortir de la boite » pour prendre un peu de recul.

En transfusion sanguine, il est dit qu’on sauve des vies et que tout est fait pour que l’utilisation des produits sanguins soit limitée strictement à ce qui est nécessaire. C'est effectivement l'intention de tous ses acteurs, tous motivés.

Pourtant, ces dernières années, les voix se font nombreuses pour suggérer que ça n’est pas tout à fait vrai en pratique et qu’on pourrait consommer beaucoup moins de ces produits « précieux » puisque prélevés chez des donneurs qui n’en tirent aucun bénéfice autre que celui de « rendre service» alors qu’il y a un risque, minime mais pas nul, à le faire.

En particulier, les différences de consommations entre pays de niveaux de développement similaires ou dans un même pays entre services médicaux traitant des mêmes maladies, posent des questions… mais qui peinent à pénétrer les milieux les plus concernés, ceux qui prescrivent ou ceux qui contrôlent la prescription. « Circulez, il n’y a rien à voir, nous faisons au mieux ».

Il faut dire que ça n’est pas facile car la recherche sur l’optimum d’utilisation pour une maladie donnée est complexe. Elle demanderait de comparer le devenir de groupes de malades « tirés au sort » qui auraient plus ou moins de transfusion dans des circonstances similaires. C’est faisable et fait (et obligatoire) pour les médicaments, pour certaines interventions médicales, avec des conditions strictes encadrant ce type d’expérience, en particulier autour de l’éthique et du consentement. Ce serait  donc possible et nécessaire en transfusion, mais rarement fait pour l'instant et bien sur pas facile.

En attendant de s’y mettre vraiment, une source extraordinaire de connaissance pourrait être tirée de l’analyse comparative de groupe de malades qui refusent la transfusion à tout prix : les témoins de Jehovah. Ils sont mêmes prêts à mourir plutôt que d'être transfusés.

Ils ont passé avec certains hôpitaux et des médecins, aux USA en particulier, des accords pour développer une « médecine sans transfusion ». Du coup, les enseignements que l’on peut en tirer pourraient nous éclairer, a condition de passer la barrière "infranchissable" de reconnaître que la médecine peut apprendre de particularités que nous rejetons « moralement ».

L’article ci-dessous du New Yorker est le premier d’une série consacrée à ce sujet. Il est clair que ça ne peut pas remplacer l’approche scientifique classique, mais pourquoi refuser cette connaissance si elle existe. D'ailleurs, pour le méthodologiste de la recherche clinique que j'ai été à une époque professionnelle de ma vie, il s'agit d'une opportunité extraordinaire d'étude "quasi-expérimentale", dont j'aurais rêvé à l'époque ?  L’une de mes amies travaillant à Paris dans une clinique qui accepte d’opérer les témoins de Jéhovah français m’a confirmé qu’il y a beaucoup a apprendre à être obligé de travailler sans le filet de sécurité de la transfusion. Elle m’a aussi dit que du coup ces malades là sont souvent refusés par les autres hôpitaux, publiques comme privés.

Alors pourquoi continuer à refuser cette connaissance si elle existe ? 

http://www.newyorker.com/news/news-desk/how-jehovahs-witnesses-are-changing-medicine

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un Syrien menacé d’expulsion, victime d’un engrenage infernal
Mediapart a rencontré un Syrien de 22 ans enfermé en rétention près de Roissy. Alors que les relations diplomatiques sont rompues avec le régime Assad, des contacts ont été pris en vue de son renvoi, d’après nos informations. Son « obligation de quitter le territoire français » a été validée par la justice. 
par Céline Martelet
Journal
Corruption : le géant Airbus accepte de nouveau de payer pour éviter des procès
Affaire Sarkozy-Kadhafi, Kazakhgate : le groupe d’aéronautique échappe à toute poursuite grâce au paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros, selon un accord trouvé avec le Parquet national financier. Des associations anticorruption dénoncent les abus de la justice négociée à la française.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss
Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte