Yves Charpak
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 août 2015

Les Témoins de Jéhovah au secours des bonnes pratiques en transfusion ?

Yves Charpak
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nos sociétés modernes, nos chercheurs, et beaucoup de ceux dont le cerveau est l’outil de travail de base sont souvent par moment limités par des réflexes tribaux, des impossibilités de «sortir de la boite » pour prendre un peu de recul.

En transfusion sanguine, il est dit qu’on sauve des vies et que tout est fait pour que l’utilisation des produits sanguins soit limitée strictement à ce qui est nécessaire. C'est effectivement l'intention de tous ses acteurs, tous motivés.

Pourtant, ces dernières années, les voix se font nombreuses pour suggérer que ça n’est pas tout à fait vrai en pratique et qu’on pourrait consommer beaucoup moins de ces produits « précieux » puisque prélevés chez des donneurs qui n’en tirent aucun bénéfice autre que celui de « rendre service» alors qu’il y a un risque, minime mais pas nul, à le faire.

En particulier, les différences de consommations entre pays de niveaux de développement similaires ou dans un même pays entre services médicaux traitant des mêmes maladies, posent des questions… mais qui peinent à pénétrer les milieux les plus concernés, ceux qui prescrivent ou ceux qui contrôlent la prescription. « Circulez, il n’y a rien à voir, nous faisons au mieux ».

Il faut dire que ça n’est pas facile car la recherche sur l’optimum d’utilisation pour une maladie donnée est complexe. Elle demanderait de comparer le devenir de groupes de malades « tirés au sort » qui auraient plus ou moins de transfusion dans des circonstances similaires. C’est faisable et fait (et obligatoire) pour les médicaments, pour certaines interventions médicales, avec des conditions strictes encadrant ce type d’expérience, en particulier autour de l’éthique et du consentement. Ce serait  donc possible et nécessaire en transfusion, mais rarement fait pour l'instant et bien sur pas facile.

En attendant de s’y mettre vraiment, une source extraordinaire de connaissance pourrait être tirée de l’analyse comparative de groupe de malades qui refusent la transfusion à tout prix : les témoins de Jehovah. Ils sont mêmes prêts à mourir plutôt que d'être transfusés.

Ils ont passé avec certains hôpitaux et des médecins, aux USA en particulier, des accords pour développer une « médecine sans transfusion ». Du coup, les enseignements que l’on peut en tirer pourraient nous éclairer, a condition de passer la barrière "infranchissable" de reconnaître que la médecine peut apprendre de particularités que nous rejetons « moralement ».

L’article ci-dessous du New Yorker est le premier d’une série consacrée à ce sujet. Il est clair que ça ne peut pas remplacer l’approche scientifique classique, mais pourquoi refuser cette connaissance si elle existe. D'ailleurs, pour le méthodologiste de la recherche clinique que j'ai été à une époque professionnelle de ma vie, il s'agit d'une opportunité extraordinaire d'étude "quasi-expérimentale", dont j'aurais rêvé à l'époque ?  L’une de mes amies travaillant à Paris dans une clinique qui accepte d’opérer les témoins de Jéhovah français m’a confirmé qu’il y a beaucoup a apprendre à être obligé de travailler sans le filet de sécurité de la transfusion. Elle m’a aussi dit que du coup ces malades là sont souvent refusés par les autres hôpitaux, publiques comme privés.

Alors pourquoi continuer à refuser cette connaissance si elle existe ? 

http://www.newyorker.com/news/news-desk/how-jehovahs-witnesses-are-changing-medicine

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau