Yves Charpak
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 oct. 2014

Fabrication d’anticorps anti-Ebola : pour les Africains, des brèches dans les règles de sécurité et de production ?

Yves Charpak
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les patients qui sont malades d’Ebola pourraient bénéficier, c’est encore expérimental, des anticorps des malades qui ont guéri de la maladie.

 Mais il faut pouvoir soit directement transfuser ce plasma prélevé sur les patients guéris, après avoir a minima testé qu’il n’est pas porteur d’autres maladies (en France avant de transfuser du plasma, on teste le VIH, les hépatites B et C et quelques autres virus parfois), soit le transformer pour en extraire les anti-corps, ce qu’on appelle le « fractionnement ». En France, depuis l’affaire du sang contaminé, on a séparé le collecteur du produit, aujourd’hui l’Etablissement Français du Sang, de l’industriel qui fabrique les produits extraits du plasma, aujourd’hui le LFB, société pharmaceutique dont l’Etat est actionnaire à 100%.

 Ainsi, si des expériences de traitement par des anti-corps anti-Ebola extrait du plasma de patients guéris devaient être menées en Afrique de l’Ouest dans le cadre de la coopération Française, on pourrait s’attendre à voir se maintenir cette exigence de collecte sécurisée d’un côté et de compétence en production industrielle de l’autre, pour ne pas rajouter au risque d’un traitement « expérimental » et pas démontré celui d’un apprentissage de la fabrication des produits.

Or les récentes annonces faites sur l’implication de la France en matière d’Ebola laissent planer un doute sur la question : deux journaux rapportent la même information, le Journal International de médecine et le Figaro :

http://www.jim.fr/en_direct/pro_societe/e-docs/ebola_un_test_de_diagnostic_rapide_tres_vite_mis_au_point_en_france_148272/document_actu_pro.phtml

et

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/10/21/22950-ebola-france-va-mener-tests-inedits-guinee

 On peut y lire que lors d’une conférence de presse du mercredi 22 octobre dernier, le professeur Jean-François Delfraissy (INSERM), nouveau « Monsieur Ebola » de la France, a annoncé plusieurs mesures dont celle de l’expérimentation  du sérum de convalescent, « un challenge majeur mais exaltant ».

Il aurait annoncé que la purification du plasma de patients guéris va être confiée à l’Etablissement français du sang (EFS), pour "en récupérer des anticorps neutralisants" et les réinjecter à des malades. Il en souligne les difficultés prévisibles pour assurer la sécurité des donneurs et des receveurs, et pour recruter des volontaires parmi les survivants («ils préfèrent oublier ce qui leur est arrivé» constate-t-il).

Mais il oublie curieusement de mentionner qu’extraire les anti-corps est une activité pharmaceutique industrielle et réglementée dont l’EFS n’est pas en capacité technique actuellement : qui va donc le faire en pratique ? Le LFB, laboratoire pharmaceutique en charge du monopole de la production de ce type de produit à partir du plasma français collecté par l’EFS, n'est-il pas impliqué ? L’urgence africaine justifie-t-elle de revenir  à une situation de moindre technicité de fabrication des années 90 et la modalité choisie est-elle réellement plus efficiente et plus rapide ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin