Yves Gigou
Infirmier désaliéniste
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 juin 2022

Histoire d'un infirmier en psychiatrie

C'est à travers mon parcours d'infirmier de secteur psychiatrique que je souhaite évoquer plus d'un demi siècle d'évolution de cette histoire - 1966 à 2016.

Yves Gigou
Infirmier désaliéniste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon métier d’infirmier. Éloge de la psychiatrie de secteur

7Yves Gigou avec Patrick Coupechoux
Éditions d’Une, 2019

8C’est à la fois le livre d’une histoire personnelle, d’un parcours, d’un métier ; c’est aussi un livre sur l’histoire de la psychiatrie, celle d’une époque qui peut paraître lointaine aux jeunes générations et celle plus récente, qui au fil des pages dessinent les évolutions de l’accueil de la folie dans la société. Et c’est l’histoire de l’engagement d’un homme, un engagement qui s’est forgé au fil du temps à la fois sur le plan professionnel et sur le plan personnel comme homme et citoyen. Un livre plus actuel qu’il n’y paraît, qui résonne en écho aux luttes et aux revendications de nombre de soignants dénonçant cette psychiatrie d’aujourd’hui qui a relégué ses valeurs essentielles depuis trop d’années, celle du soin au sens le plus strict, prendre soin de l’autre, celui qui souffre dans son intimité et sa dignité d’homme, au profit d’une conception gestionnaire et comptable des maladies.

9« Le savoir secret des infirmiers », ce savoir-faire irremplaçable dont a souvent parlé Lucien Bonnafé, Yves Gigou l’a incarné tout au long de sa carrière. Lui le fils de prolo qui par le hasard (quoique ?) des rencontres est devenu infirmier psychiatrique, alors que rien ne le prédestinait à cette carrière, a connu cette psychiatrie de secteur qui s’est inventée dès les années 1950. Une psychiatrie qui se voulait au plus près des personnes en souffrance dans leur expression pathologique mais au plus près aussi de leur milieu de vie. Une psychiatrie du désaliénisme et du dépérissement de l’asile, animée par des médecins progressistes après l’hécatombe des patients morts de faim pendant l’occupation et voulant détruire un univers concentrationnaire. Pour soigner la folie, il faut soigner cette double aliénation personnelle et sociale et agir simultanément sur le potentiel soignant des personnes elles-mêmes et sur les ressources du milieu, de l’hôpital, de la ville, de la culture. Commencer d’abord par considérer l’autre, la personne en souffrance psychique, comme son égal et ne lui prodiguer aucun soin qui toucherait à sa dignité d’homme ; tel Jean-Baptiste Pussin, pendant la Révolution, préfigurant l’infirmier moderne, qui a détaché les fous et qui leur a rendu leur part d’humanité. La carrière de Yves Gigou est balisée par cette obsession et le savoir infirmier qui est le sien s’est construit sur cette permanente attention. Attention qui demande d’entretenir une forme de rébellion toujours en veille pour déceler les tentations de recul et de facilités. Il faut reconnaître qu’il a bien été aidé dans ses rencontres en psychiatrie ; travailler dans le service de « Madame » Amado, comme il l’a toujours appelée, a été une école extraordinaire pour l’infirmier qu’il était. Ce service, créateur du premier cac (centre d’accueil et de crise) ouvert de jour comme de nuit, où il était impératif de penser le soin, où chaque patient était connu de tous et où la psychiatre qui le dirigeait, toujours là, considérait les infirmiers comme des soignants à part entière, capables d’initiatives et encouragés à se former et à élaborer des projets. Pourrait-on imaginer par exemple aujourd’hui fermer un pavillon et partir en vacances avec les patients pendant quinze jours dans le Morvan ?

Militant à la cgt et adhérent du pc, ses engagements syndicaux et politiques lui ont aussi permis de multiples rencontres, notamment de s’intéresser à la psychanalyse, de suivre un séminaire de Françoise Dolto, de fréquenter les théâtres, lui le petit gars de banlieue, de jouer même. Mais « la » rencontre qui a marqué Yves Gigou, c’est celle des ceméa. Depuis 1949, les ceméa animaient des stages pour les infirmiers psychiatriques. Ainsi, après sa formation initiale d’infirmier, les stages sont devenus pour lui un lieu de formation permanente et d’ouverture aux idées de Freud, Lacan, Tosquelles ; de réflexions partagées sur la psychothérapie institutionnelle, les séjours thérapeutiques, la mixité…Tous ces moments qui structuraient le travail de base de l’infirmier, « la vie quotidienne comme creuset de la clinique » et qui l’ont à jamais déterminé « comme ennemi du système asilaire et de l’enfermement ». Son engagement aux ceméa est devenu de plus en plus régulier, au point un jour de rejoindre ce mouvement et d’y occuper des responsabilités d’instructeur permanent par un détachement de son hôpital auprès de ce mouvement d’éducation populaire, événement impensable aujourd’hui !

11En charge avec un autre collègue de l’organisation des stages, Yves Gigou a ainsi pu perpétuer les innovations de formation collective autour des questions de la famille, de la santé mentale dans la cité, des activités comme le packing ou le jeu dramatique. Des travaux avec d’autres associations comme l’unafam, des voyages en Italie, en Algérie et de grands événements comme « Psychiatrie en chantier » en 1982 ont alimenté les formations. Les ceméa, en 1957, avec le « groupe de Sèvres », ont accueilli la gestation de la psychiatrie de secteur et affirmé la fonction thérapeutique des infirmiers. Dans les années 1980, les ceméa ont été le lieu où continuait de s’inventer la nouvelle psychiatrie avec Lucien Bonnafé, Guy Baillon, Tony Lainé, Jean Oury, Pierre Delion et tant d’autres. vst, la revue de la psychiatrie des ceméa, était le point d’appui régulier des écrits des soignants, Yves Gigou en a été le rédacteur en chef pendant plusieurs années. vst, avec son comité de rédaction, était également le lieu de la mesure des ambiances dans les institutions, le lieu des anticipations des évolutions, et il faut dire que les échanges allaient bon train avec des soignants engagés, des Roger Gentis, Lucien Bonnafé, Guy Baillon, Jean-Luc Roelandt.

12Les années 1990 ont été le début d’un virage de la psychiatrie, vers cette psychiatrie de l’efficacité et de la rentabilité qui a atteint son sommet aujourd’hui ; les impacts ont été importants dans les formations en diminution et les ceméa ont à l’époque opéré eux aussi des changements. Yves Gigou est retourné vers l’hôpital et fort de ses expériences a poursuivi sa carrière dans des postes à responsabilité de la filière infirmière, dans le service de Guy Baillon notamment, toujours avec le souci de préserver les patients et d’entraîner les équipes à pratiquer « l’art de l’écoute et de l’écho ». Cette formule de Bonnafé résume bien la position du soignant, une position congruente qui maintient le désir de la relation et la place de l’intégrité du sujet souffrant. Psychiatre hors norme, clinicien et poète, militant jusqu’à son dernier souffle, Bonnafé fut un repère pour Yves Gigou ; il devint son ami et les pages qui lui sont consacrées disent toute son admiration et son respect. 

13La fin de la carrière professionnelle ne signifie pas la fin des engagements, ceux de la formation avec les ceméa par exemple. Et puis en 2008, la visite de Nicolas Sarkozy, président de la République, à l’hôpital d’Antony et son discours sur la dangerosité des malades crée un électrochoc. L’état de sidération passé, Yves Gigou et d’autres réagissent dans les médias par des articles pour dénoncer cet amalgame qui vient par ce surgissement mettre à bas des années de travail pour restaurer l’image de la folie et la professionnalité des soignants. Quelques jours plus tard, rue de Charenton à Paris, se réunissent une cinquantaine de personnes, infirmiers, psychologues, psychiatres, responsables des ceméa, tous fervents défenseurs de cette psychiatrie humaniste et désaliéniste. Le Collectif des 39 était né. Pendant dix ans, ce collectif a été l’aiguillon de la défense des convictions non négociables pour l’hospitalité de la folie dans une société démocratique. Les luttes actuelles, le printemps de la psychiatrie ont pris le relais et la rébellion soignante qui n’a jamais quitté Yves Gigou est reprise par les jeunes générations. Espérons qu’ils arrivent à contrarier les tendances d’abandon de la folie comme dimension de l’existence humaine ; c’est en cela que ce livre n’est pas nostalgique d’une époque, mais bien utile pour comprendre les enjeux actuels. 

14Dominique Besnard

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie