Tunisie 2021 : Où en est la Révolution ?

Une soirée du LIRISS, le 01.04.21 (ce n'est pas un poisson) : rejoignez-nous à partir de 17h sur https://zoom.us/j/95095264263?pwd=YThITWZpcTg4ODhoLzZMVXVHT2hjQT09

Dix ans après le début de la Révolution et alors que la reconnaissance des premiers de ses « martyrs » vient tout juste d’intervenir où en est la Tunisie ? Quelles forces contre-révolutionnaires peut-on identifier en son sein et peut-on définir avec une certaine précision la « séquence » dans laquelle la Révolution est entrée avec les émeutes de janvier 2021 immédiatement réprimées avec une grande violence par les forces gouvernementales ? Et ​en quoi la compréhension du processus révolutionnaire que la France a elle aussi connu (et dont certain.e.s appellent la renaissance de leurs vœux) peut-elle contribuer à éclairer de ses lumières l’actualité de la situation tunisienne ? 

Nous aborderons cette question avec plusieurs personnalités, activistes de la cause démocratique depuis les deux rives de la Méditerranée : 

Samia Frawes, secrétaire générale adjointe du Réseau Euromed France et référente genre à Solidarité laïque, qui a travaillé avec des organisations féministes tunisiennes sur toutes les thématiques liées à l’égalité de genres, et internationales sur les droits socio-économiques, l’éducation et la lutte contre la torture. 

Tarek Ben Hiba, président de l’association Citoyenneté, développement, cultures et migrations de deux rives, ancien responsable syndicaliste (en France et en Tunisie), ancien prisonnier politique, ancien conseiller régional (Île-de-France), ancien membre de la Haute instance pour les objectifs de la Révolution, la réforme politique et la transition démocratique (au titre des associations des immigrés tunisiens). 

Hamadi Jeljeli, président de l’association Création et créativité pour le développement et l’embauche, association fondée en août 2011 à Ras Jebel et « enfantée » par la Révolution. 

Nos échanges seront éclairés par la présence de :

la très grande historienne de la Révolution française, Sophie Wahnich, directrice de recherches au CNRS, pratiquante de « l’anachronisme contrôlé » (Nicole Loraux), membre du comité de rédaction de la revue Vacarme (numéro 84 : « La démocratie prise en étau », juin 2018, https://vacarme.org/rubrique519.html ; numéro 89 : « Habiter Marseille », février 2020, https://vacarme.org/). 

Ainsi que par celle de Jean-Marc Salmon, sociologue, auteur notamment de « 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien, 17 décembre 2010 - 14 janvier 2011 », Paris, Les petits matins, 2016), associé à la constitution du fonds des Archives nationales de Tunisie sur la révolution https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/03/14/en-tunisie-la-premiere-revolution-facebook-entre-aux-archives-nationales_5094323_3212.html 

En espérant que cette rencontre entre l’« intellectuel collectif » et le monde la recherche éclairera de ses feux et de ses ardeurs la (relative) nuit intellectuelle dans laquelle nous sommes tous et toutes plongé.e.s depuis un peu plus d’un an, tandis que commencent à poindre dans des salles rendues obscures les lueurs allumées un peu partout par la mobilisation - tant attendue - des mondes de l’art et de la culture !! 

Rejoignez sur Zoom le 01.04.21, à partir de 17h à l'adresse suivante : https://zoom.us/j/95095264263?pwd=YThITWZpcTg4ODhoLzZMVXVHT2hjQT09 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.