Yves POEY
Abonné·e de Mediapart

77 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 nov. 2010

Yves POEY
Abonné·e de Mediapart

Yves Jégo se dote d'un étonnant "Label vert"...

Yves POEY
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Oh ! Label vert !

.

Ainsi donc, ça y est ! C'est fait ! Ouf !

L'agence Arcet-Notation vient de rendre ses conclusions !

Il faut dire que nous étions inquiets…

La ville de Montereau allait-elle se voir gratifier d'un magnifique label en matière de développement durable ? Cette société de notation décernant des labels allait-elle remettre le tellement important logo “Terre durable”, valable deux ans ?

Suspens intolérable…

La société Arcet-Notation, je vous le rappelle, se propose en effet d'évaluer les collectivités locales, car, comme ils le disent eux-même, chez Arcet-Notation, “se situer, c'est déjà progresser” !

La société Arcet-Notation, je vous le rappelle également, a la chance d'avoir à sa tête, en tant que directeur du développement Michel Vital-Aët, alias Michel Vialatte, qui fut condisciple à Besançon de notre Député-Maire-encore-Conseiller-régional-désormais-Avocat-UMP-PR-346-544, ainsi que le témoin de son premier mariage…

Ah ! Les faits, rien que les faits… Je vous avais raconté tout ça ici :

http://yvespoey.unblog.fr/2010/03/02/mais-qui-est-donc-michel-vital-aet/

http://yvespoey.unblog.fr/2010/03/03/le-retour-de-michel-vital-aet/

Donc, pour nous résumer, l'agence dans laquelle le développement est dirigé par le témoin du mariage d'Yves Jégo allait-elle décerner le fameux logo ?

La réponse est OUI, fidèles lecteurs flambergiens qui ne vous y attendiez certainement pas…

Une petite cérémonie avait en effet lieu vendredi dernier, au Prieuré Saint Martin, qui devait démarrer à 10h10, après le café…

Il fallut attendre en fait 10h35 pour que les débats fussent ouverts.

Voici ce que promettait le carton d'invitation :

—–
Il faut décrypter déjà un peu tout ça…

Sur l'estrade, donc, on trouvait le Préfet Lacroix.

Le préfet Lacroix n'est autre que l'ex-préfet Edouard Lacroix, qui exerça notamment en tant que directeur de cabinet d'un certain Charles Pasqua.

Edouard Lacroix fait partie du comité scientifique d'Arcet-Notation.

Enfin… Il se présenta en disant que pour la partie scientifique, il fallait surtout s'adresser à ses deux voisines d'estrade, consultantes chez Arcet-Notation.

Pour la petite histoire, le préfet Lacroix est aussi membre du conseil d'administration de la fondation Singer-Polignac.

http://www.singer-polignac.org/fr/le-conseil-dadministration-mainmenu/actuels-mainmenu/150-edouard-lacroix

Une petite question, au passage : parmi les quatre autres membres du comité scientifique d'Arcet Notation, qui possède des compétences en matière de science du développement durable : l'écrivain Prix-Goncourt, le banquier, le prof ou l'ingénieur des eaux et forêts ?

En ravanche, sur l'estrade, on ne trouvait pas le célèbre architecte-urbaniste Michel Cantal-Dupart, qui, apprit-on, était retenu à l'étranger.

(Michel Cantal-Dupart a été chargé de travailler parallèlement sur un projet “Montereau Ville durable”. Nous en reparlerons demain.)

Sur chaque chaise, dans la salle, on avait pris soin de disposer un joli dossier sur papier très glacé, que je m'en vais vous détailler pas plus tard que maintenant.

Dans cette plaquette, après les inévitables édito et photo jégoïstes, on trouve dans un premier temps cinq pages concoctées par Arcet-Notation.

La première comporte le titre. Il faut ce qu'il faut…

Le deuxième page est consacrée à la méthode utilisée…

Que dis-je méthode… Je devrais parler plutôt de “mesure de capacité de l'entité“, de “phasage de la mission“, oui !

——–

Bien entendu, le plus important n'est pas indiqué. On ne sait pas quels sont les indicateurs retenus, les personnes qui ont été contactées pour répondre, on ignore ce que c'est qu'un coefficient de valorisation…

Bref, c'est le flou total.

Ensuite, vient une “analyse quantitative des principaux domaines de compétence communale“.

Je vous livre tout ceci en entier. Vous allez voir, c'est grandiose !

—–

—–
J'adore la collégialité managée directement par Yves Jégo…

Et bien entendu, les notes sont attribuées, en sachant que 1, c'est très bien et 5 c'est très mal.

—–
Cohésion sociale : 1,87 ! (C'est vrai que les expulsions locatives, les squats qui reprennent en ville haute, la discrimination en matière de transport urbain, la misère, le taux de chômage à presque 20 %, le niveau de vie l'un des plus bas de Seine-et-Marne, tout ceci permet d'obtenir une bonne note en matière de cohésion sociale.)

Gouvernance : 2,46 ! (Là, je me demande s'il n'y a pas eu comme une espèce de retenue… On arrive tout juste à la moyenne, on ne se mouille pas trop, a-t-on eu peur de quelque chose ?)

Loisirs culturels et sportifs : 1,3 ! (Est-ce la venue prochaine de Michele Torr, celle qui sait bien qu'elle s'appelle Michèle, est-ce cette venue-là qui a permis ce bon résultat ?)

Et la note finale est donc là : 2,35 ! C'est à dire un peu plus que la moyenne, 2,5 !

Qui correspond à BBB++

Le label est donc attribué pour deux ans !

Nous sommes ravis, nous sommes sauvés !

Peut-on décemment prendre au sérieux tout ceci ?

Comment ne pas penser à ce concept qu'est le greenwashing…

Mais voulez-vous parier que bientôt, aux entrées de la ville, le petit drapeau “Terre durable” sera affiché sur les pancartes, avec les petits logos rouges des villes fleuries ? (Mais pour deux ans seulement, je vous le re-précise… Après, il faudra recommencer une nouvelle “évaluation”…)

C'est ça qui sera beau !

Demain, nous décrypterons la deuxième partie de la plaquette.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop