Yves POEY
Abonné·e de Mediapart

77 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 déc. 2012

Le Sud-Seine-et-Marne n'a plus d'association d'aide aux victimes ! Merci Yves Jégo ?

Yves POEY
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici ce que j’écrivais le 4 juillet dernier à propos de ce dossier important que représente l’Association d’Aide aux Victimes et de Médiation du Sud-Seine-et-Marne.

Je prédisais la fin programmée de cette association.

C’est fait.

L’A.A.V.I.M sera dissoute à la fin de ce mois.

Rappel des faits, révision et fin d’A.A.V.I.M…..

——————————————-

Vous souvenez-vous des deux papiers que j’avais consacrés à l’A.A.V.I.M., l’Association d’Aide aux Victimes et de Médiation du Sud-Seine-Et-Marne ?

On se rappelle que notre Député-Maire-ex-ARES-PR-plus-UMP-Avocat-346-544 en avait repris très récemment la présidence, succédant ainsi à la surprise générale à Claude Eymard-Duvernay, son ami et mentor local.

La trésorerie de l’A.A.V.I.M. se trouvait alors en très fâcheuse posture.

C’était ici :

http://yvespoey.unblog.fr/2012/03/12/la-bourse-ou-laavim/

Extrait :

En 2011, une projection de trésorerie indiquait que fin juin 2012, on ne pourrait plus payer les salaires, il manquerait aux alentours de 30.000 €.

De fait, toujours en 2011, les débits sont supérieurs aux crédits !

Des membres de l’association, des membres de son bureau vont reprocher à Claude Eymard-Duvernay un manque d’anticipation concernant cette échéance qui arrivait.

En octobre 2011, l’ancien maire de Montereau annonce qu’il donnera sa démission à la fin de l’année.

Ce qu’il fera.

L’Association est au milieu du gué…

Le climat en son sein se détériore, trois démissions se produisent.

Il faut trouver des sous, un moyen de s’en sortir.

Claude Eymard-Duvernay va voir Yves Jégo qui décide de reprendre la présidence de l’association.

Certains pensent alors qu’il rend ainsi un signalé service à l’ancien maire de Montereau, lui évitant de se retrouver dans une situation très périlleuse…

Notre édilanous va trancher dans le vif :

- Il procède au licenciement d’une juriste, pilier de l’association, en passe de demander son congé de maternité.

- Il procède au licenciement de la secrétaire.

- Il supprime les indemnités de déplacement des délégués du Procureur, des indemnités pourtant prévues par la Loi…

- Il décide que l’A.A.VI.M. ne s’occupera plus des MAP, les Mesures d’Alternatives aux Poursuites.

Ce faisant, cette dernière décision met évidemment dans l’embarras le Procureur de la République qui est désormais obligé de travailler « en direct » avec ses délégués.

Et nous nous retrouvons devant un nouvel et véritable paradoxe :

Notre édilanous décide donc de supprimer une mesure voulue par le gouvernement !

De fait, de par la multiplication des casquettes jégoïstes, l’association se retrouve dorénavant gérée par le vice-président qui n’est autre qu’Alain Lafarge, ex-proviseur du lycée Malraux, grand ami d’Alain Drèze, tous deux désormais grands amis d’Yves Jégo…

Vous suivez ?

En tout cas, on aura bien compris le but de la jégoïste « reprise en mains » de l’AAVIM Sud 77 par notre DM-ex-ARES-PR-plus-UMP-A-346-544…

On pourrait même penser qu’il fallait à tout prix sauver le soldat Claude…

Quitte à procéder à des licenciements, quitte à amputer l’association de l’une de ses missions principales, et en faire surtout sans juriste une magnifique coquille vide !

—————

Revenons maintenant aux derniers développements en date…

Très récemment un Conseil d’Administration de l’A.A.V.I.M. avait lieu.

Ou peut-être aurais-je dû écrire  « de feu l’A.A.V.I.M. »… Nous allons voir pourquoi.

Au début de ce C.A., Alain Drèze tint à faire une déclaration, alors que le Président Jégo n’était pas arrivé !

L’ancien maire PS de Montereau, l’ancien premier Secrétaire fédéral du PS en Seine-et-Marne tint à déclarer que « contrairement à ce qui se dit dans une certaine presse, je ne suis pas trésorier de l’A.A.V.I.M.« 

On se rend compte probablement dans quel état se trouve la trésorerie de cette association pour qu’une telle déclaration liminaire soit prononcée…

Notre édilanous arriva en retard, et passera beaucoup de temps avec son smartphone préféré, mais ça, nous avons l’habitude…

Il fera au cours de ce C.A. une déclaration fracassante : « La fermeture de l’A.A.V.I.M. est programmée pour la fin 2012 ! « .

Vous avez bien lu : c’en est fini de l’Association d’Aide aux Victimes.

Cette annonce, il faudra attendre la fin de la réunion pour qu’Yves Jégo la fasse.

La séance se déroulera comme si tout devait continuer.

La Directrice de l’A.A.V.I.M, dont je vous avais longuement parlé, qui n’avait pas voulu me recevoir, développa dans un premier temps les activités de l’Association !

Comme si les membres du CA ne savaient pas à quoi servait l’A.A.V.I.M. !

Comme dirait un mien ami, quand on n’a pas grand chose à dire, il faut bien meubler…

Puis, vint même la présentation du budget prévisionnel, avec une ligne de produits surréaliste !

Mais jugez plutôt :

—-

A l’A.A.V.I.M. on considère pour équilibrer le budget qu’une recherche de financement d’un montant de 37.732 € fait partie des recettes à venir !

C’est écrit en tous nombres et en toutes lettres !

C’est un peu comme si vous décidiez d’acheter une voiture l’an prochain en vous disant que vous le pouvez forcément parce que peut-être une recherche d’argent vous le permettra.

Facile, non ?

Sans compter que les éventuels financeurs seront contents d’apprendre que des subventions en faveur des victimes seront faites alors que cette Association doit fermer.

A moins que ces subventions ne servent à financer que les derniers licenciements ?

A propos de licenciements, car il faudra hélas licencier le personnel restant si l’A.A.V.I.M. ferme, j’aimerais vous communiquer ce jégoïste courrier qui date de fin 2011.

Le voici :

——

Une nouvelle fois, les engagements jégoïstes doivent être pris pour ce qu’ils sont.

- Licenciements auxquels il ne peut se résoudre : fin 2012, on ferme la boutique !

- Rétablissement des finances : cf un peu plus haut… Et de toute façon, on arrête tout…

CQFD, une fois de plus !

Et puis, autre chose, au passage : Yves Jégo écrit que l’A.A.V.I.M. « est elle-même victime de son succès« .

Quel aveu ! Lui qui passe son temps à proclamer que le délinquance baisse, il constate que l’Association d’Aide aux Victimes tourne à plein régime !

Quel paradoxe !

Alors évidemment, not’ bon Maire essaye de justifier la fermeture de l’A.A.V.I.M. par le fait que l’I.N.A.V.E.M. la Fédération Nationale d’aide aux Victimes souhaiterait plutôt une une structure départementale plutôt qu’une association locale.

http://www.inavem.org/

Mais ne nous y trompons pas : ce qui va faire que l’A.A.V.I.M. fermera ses portes fin 2012, c’est bel et bien la gestion désastreuse des deux derniers présidents, responsables au passage et hiérarchiquement de leur Directrice.

Alors, là encore, des questions se posent :

- Que vont devenir les victimes prises en charge d’ici la fin 2012 ?

- Quel sera le suivi des dossiers ?

- Si une association départementale devait être créée, combien de temps cela prendrait-il et durant ce temps, qui s’occuperait des victimes ?

Durant ce dernier Conseil d’administration en date, Messieurs Eymard-Duvernay, Drèze, Jégo, tous se montrèrent apparemment satisfaits d’eux-mêmes.

Notre DM-ex-ARES-PR-UDI-plus-UMP-A-346-544 confia néanmoins qu’il n’avait guère eu de temps à consacrer à l’A.A.V.I.M. en raison de « l’intensité de la campagne électorale« .

Il a donc remercié le vice-président, Alain Lafarge d’avoir bien « mené la barque« …

Quand certains membres de l’A.A.V.I.M. faisaient remarquer à notre édilanous, avant son élection en tant que nouveau président de l’association qu’il n’aurait peut-être pas beaucoup de disponibilités, il s’était offusqué et avait déclaré que « ce n’était pas son genre de s’engager sans assumer« .

On voit par là et une nouvelle fois la justesse de la fameuse phrase tellement vérifiée dans notre territoire : les promesses d’Yves Jégo n’engagent que ceux qui y croient !

En tout cas, ce qui est certain, c’est qu’une nouvelle fois, une importante structure locale située à Montereau disparaît !

————————

C.Q.F.D ! 

—————————————-

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch