Yves Tripon
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 avr. 2021

L'Europe pour l'Écosse

L'Écosse doit élire un nouveau Parlement la semaine prochaine. Le SNP y sera certainement majoritaire. Il s'est engagé en cas de victoire à mettre en place un référendum sur l'indépendance de l'Écosse. 62 % des Écossais s'étaient prononcés pour rester dans l'UE, d'où l'appel qui suit.

Yves Tripon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 L’Europe pour l’Écosse

Nous sommes des Européens de tout le continent et du monde entier.

Nous voulons que le peuple écossais sache que les Européens, où qu’ils soient, seraient heureux de les accueillir à nouveau dans l’Union européenne si tel était encore leur souhait démocratique.

Chers chefs d’État et de Gouvernement de l’Union européenne, cher Président du Conseil européen, chers Président et membres du Parlement européen, chère Madame la Présidente et membres de la Commission,

Nous sommes des Européens de tout le continent et du monde entier. Naturellement, nous ne sommes pas d’accord tout. Mais nous sommes tous d’accord sur ce point : Nous voulons que le peuple écossais sache que les Européens, où qu’ils soient, seraient heureux de les accueillir à nouveau dans l’Union européenne si tel était encore leur souhait démocratique.

Lors du référendum du Brexit en 2016, pas un seul district écossais n’a voté pour le départ, et l’Écosse dans son ensemble, a voté à une majorité de 62% pour rester dans l’UE. Au cours des années suivantes, le Parlement écossais a rejeté le processus de retrait à chaque étape. Pourtant, en 2020, l’Écosse a dû quitter l’Union européenne aux côtés du reste du Royaume-Uni.

Lorsque les Écossais ont voté pour rester dans l’UE, ils l’ont fait en tant que partie du Royaume-Uni. Se séparer du Royaume-Uni afin de devenir membre de l’UE est une autre affaire. Celle-ci exige son propre référendum, que le Parlement et le gouvernement écossais ont officiellement demandé. Actuellement, le gouvernement britannique refuse son autorisation.

Nous ne devons pas rester inactifs tant que cette impasse dure. Il s’agit d’une évolution sans précédent qui exige des réflexions nouvelles de la part de l ‘UE.

C’est pourquoi nous vous demandons de veiller à ce que l’UE indique clairement à l’Écosse la voie à suivre pour devenir un membre avant tout référendum sur l’indépendance.

La procédure habituelle est que l’UE ne répond à une demande d’adhésion que lorsqu’elle émane d’un pays indépendant.

L’Écosse mérite un processus différent. Bien qu’elle fasse légalement partie du Royaume-Uni, le gouvernement écossais ne peut pas négocier avec l’UE. Mais l’UE peut déclarer que, parce que l’Écosse a déjà fait longtemps partie de l’UE, si elle devient juridiquement et démocratiquement indépendante, elle n’a pas besoin de présenter sa candidature en tant que “nouveau” candidat à l’adhésion.

L’UE et ses États membres devraient plutôt faire une offre d’adhésion unilatérale et ouverte : une proposition exceptionnelle pour répondre aux circonstances exceptionnelles de l’Écosse.

L’UE a déjà démontré qu’elle peut reconnaître la circonstance unique créée par le Brexit. Le Conseil européen a confirmé unilatéralement, lors de son sommet du 29 avril 2017, que l’Irlande du Nord ferait immédiatement partie de l’UE si jamais elle votait à l’avenir pour rejoindre la République de l’Irlande.

L’UE devrait offrir des garanties similaires à l’Écosse également. Pour cela, il faut faire preuve de créativité et d’esprit pratique.

Personne ne connaît les coûts à court et à long terme du Brexit pour l’Écosse, ni ceux liés à la rupture avec le Royaume-Uni – y compris l’émission d’une nouvelle monnaie si les Écossais le souhaitaient (qu’ils finissent ou non par rejoindre l’Euro). Dans ce contexte, des conditions généreuses devraient être offertes pour soutenir le budget de l’Ecosse dans les mois difficiles de la transition avant de réintégrer l’UE.

Ces questions sont importantes car elles permettront à tout référendum d’être un choix clair, pratique et démocratique pour l’Écosse entre deux unions : l’UE ou le Royaume-Uni.

Les Européens doivent toujours défendre la démocratie et la solidarité. En conséquence, nous vous demandons d’exprimer notre solidarité avec les citoyens écossais et de soutenir une décision démocratique sur l’avenir de l’Écosse.

***

Amis européens, rejoignez-nous et ajoutez votre nom à notre lettre ouverte. Demandons aux dirigeants de l’UE et de ses États membres d’offrir à l’Écosse un moyen attrayant de rejoindre l’UE!

*Européens=> toute personne qui vit et travaille dans un pays européen, que ce soit ou non dans l’UE, toute personne qui est née ou vient d’un pays européen, ou qui a la citoyenneté européenne, où qu’elle vit actuellement dans le monde.

https://europeforscotland.com/french/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Mélenchon et Marseille : l’histoire d’un rendez-vous manqué
Il y a cinq ans, son élection comme député dans la deuxième ville de France avait généré beaucoup d’espoir au sein d’une gauche locale en mal d’incarnation. Mais entre désillusions réciproques et choix stratégiques divergents, la greffe de l’Insoumis au sein de la gauche marseillaise n’a pas pris. Récit en trois actes.
par Pauline Graulle et Coralie Bonnefoy (Marsactu)
Journal — Europe
Bruxelles vole au secours des travailleurs « ubérisés »
La Commission européenne propose de considérer que les chauffeurs VTC et autres livreurs à vélo ne sont pas des travailleurs indépendants, mais des salariés des plateformes numériques avec qui ils travaillent. Une prise de position puissante, et opposée à celle de la France, qui prend en janvier la présidence de l’Union européeenne.
par Dan Israel
Journal
Attendre les vaccins français (Sanofi ou Valneva) : pourquoi c’est une fausse bonne idée
Plus d’un an après les premiers vaccins contre le Covid-19, ceux des firmes françaises devraient arriver sur le marché début 2022. Pas sûr que leur composition convainque les plus réfractaires à recevoir leur première injection.
par Rozenn Le Saint
Journal — Industrie
Colère à la SAM, fonderie abandonnée par Renault et l’État
Lâchés par le constructeur automobile, qui a refusé de soutenir un ultime plan de reprise, et par le gouvernement, qui avait promis des millions d’euros, les 333 ouvriers de la fonderie de Viviez-Decazeville s’apprêtent à passer les fêtes dans leur usine occupée. Un baroud d’honneur.
par Nicolas Cheviron

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin