Accueillons-les! Un livre à ne pas manquer sur la question des migrants

Ce livre «témoignage» mais qui aborde également les questions de fond sur la politique migratoire en France et au delà à vocation à faire évoluer l'opinion publique sur cette difficile problématique.

Accueillons-les !

g-riffard

 

Ce livre écrit par un prêtre, est une véritable leçon d’humanité et de courage qui nous est donnée dans un monde où nous n’en trouvons plus beaucoup. Impliqué depuis près de 20 ans auprès des migrants, non pas par convictions politiques ou religieuses mais simplement parce qu’il les a rencontré sur son chemin : « Il m’aura fallu 50 ans pour que je découvre, m’éveille et accueille la « problématique » des migrants »… / ...La demande d’asile, moi, je ne savais pas ce que c’était, tout simplement parce que je n’avais jamais eu l’occasion de rencontrer des gens qui avaient quitté leur pays pour assurer leur sécurité en venant chez nous ; je ne savais pas. » C’est ainsi que, rencontre après rencontre, il va découvrir ces migrants dont il ignorait tout. C’est d’abord la rencontre avec Shahid un jeune pakistanais qu’il accueillera très vite dans son presbytère, mais aussi les liens qu’il va tisser avec les demandeurs d’asile résidant dans un CADA proche de son église, puis ce fut sa rencontre avec Camille, un congolais de Brazzaville qui lui raconte son errance.

« Camille était à la rue depuis déjà longtemps. Il était tombé malade, avait été soigné à l’hôpital, puis était retourné à la rue. » Quand ils se séparent en fin d’après midi, Gérard Riffard écrit : « Il a rejoint la rue. Je ne me suis pas senti très bien… J’en ai parlé avec Shahid. Nous pouvions lui trouver une petite place… »

C’est ainsi qu’a démarré l’aventure de ce curé singulier : « un désir d’aider, de faire respecter des dignités humaines. La source est là, et le petit cours d’eau, au fil des semaines a pris de l’importance. »

En effet, l’église Sainte Claire du père Riffard est devenue un lieu ressource pour nombre de migrants de la région stéphanoise. Constitué en association du nom d’Anticyclone un petit noyau de bénévoles s’est fédéré autour de Gérard Riffard. Pour finir, l’église va se transformer en un véritable centre d’hébergement sauvage qui pendant plusieurs années va pallier à la déficience des pouvoirs publics. Ces mêmes pouvoirs publics qui vont mettre fin à cet accueil au cours d’un long périple judiciairo-administratif. Étape après étape, ce parcours dans les méandres de la justice donnera à voir toutes les incohérences de ce dossier, de nos lois, du fonctionnement de la justice, des responsables administratifs et politiques.

Tout au long de son ouvrage, Gérard Riffard va nous conter de multiples histoires de vie de ces migrants et des liens tissés sur le quartier de Montreynaud, avec habitants et associations, et ceci dans une grande simplicité. Il nous fait entrer avec pudeur et respect dans ce monde inconnu qui suscite tour à tour émotion et colère. Le courage, la ténacité et la force de ces migrants est à chaque fois admirable. L’indigence des pouvoirs publics, l’injustice de nos lois ou la manière de les appliquer est effroyable.

Toutefois Gérard Riffard va bien au-delà de la simple évocation de son parcours avec les migrants et de l’épisode judiciaire qui a été médiatisé au niveau national. En effet, il pose les questions de fond sur la politique migratoire de notre pays et livre sa position de citoyen en toute indépendance avec fermeté et sans langue de bois.

 

Faut-il accueillir ? « Comment lutter sur les replis nationalistes, contre les idées reçues ?». Quel est notre rôle de citoyens ? La solidarité est-elle un délit ? Peut-on désobéir à la loi ? Quelle politique migratoire ?

Ce livre présente la problématique des migrations sous un angle humain, s’appuyant sur des récits de vie, il est sans concession et tout est dit posément, calmement, sans agressivité. Il faut le lire et le faire lire, il a vocation à faire évoluer l’opinion de chacun sur la question migratoire et peut-être, pourquoi pas, la politique migratoire de la France...

 A voir le reportage de France 3 en cliquant ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.