Amour , sexe et chasteté !

J. Krishnamurti, penseur à contre-courant des idées reçues de son époque, n’hésita pas, dès 1948, à jeter un regard lucide sur des institutions telles que le mariage ou le célibat des moines. Pour lui, le noeud de toute société tient d’abord dans la relation qu’établissent les hommes entre eux au niveau le plus élémentaire : celui du couple. Ce qui pose la question des rapports de domination, du rôle de l’amour et du sexe dans la relation.
Le sexe, loin d’être diabolisé, est soumis à une observation approfondie : il ne s’agit pas de nier la pulsion sexuelle, mais d’éviter que l’assouvissement d’un besoin naturel ne tourne à un rapport de domination ou à une obsession.

Le sexe mérite sa place dans notre vie, mais seul l’amour lui permet de s’exprimer de façon pleine et entière.

La liberté est le cœur, et le but.

Ainsi l’amour n’est ni dépendance affective, ni désir, ni mariage mais suppose la responsabilité entre ceux qui s’aiment, partenaire, enfants, voisin, société... De même, la chasteté ne devrait pas être une question de contrainte mais de contexte, libre de son idéalisation par la pensée. Car c’est la pensée qui est à l’origine de nos clivages. Réaliser cela offre un accès à la perception directe de ce qui est. Et c’est dans le silence de cette « conscience sans choix » qui ne juge ni ne condamne que jaillit l’amour.

 

41v8JC6CayL._SX321_BO1,204,203,200_.jpg 

Krishnamurti - Amour, Sexe et Plaisir. vostfr © Krishnamurti's Teachings

Quand l’amour est là, le sexe n’est jamais un problème !

Le monde extérieur — l’environnement, la société, la politique, l’économie, etc. — a fait l’objet d’une multitude d’ouvrages, mais bien peu ont réellement creusé en profondeur la question de savoir ce que nous sommes réellement, et pourquoi les êtres humains se comportent comme ils le font — pourquoi ils s’entre tuent, pourquoi ils sont en proie à de perpétuels problèmes, soumis à l’autorité sous diverses formes, celle d’un livre, d’une personne, d’un idéal, sans jamais établir de vraie relation avec leurs amis, leurs conjoints, leurs enfants ; pourquoi enfin, après des millénaires, les êtres humains sont devenus à ce point vulgaires; brutaux et dépourvus d’égards, d’attention, de considération envers autrui, niant par là même tout le processus qu’est censé être l’amour. Sur le plan extérieur, l’homme côtoie la guerre depuis des milliers et des milliers d’années. Nous essayons actuellement de faire barrage à la guerre atomique, mais jamais nous n’arrêterons les guerres. Il n’y a pas eu, de part le monde, de manifestations visant à mettre fin à la guerre, mais des manifestations ont lieu contre des guerres spécifiques ; or, elles ont continué, ces guerres où les populations sont exploitées, opprimées, et où l’oppresseur devient à son tout l'opprimé. Tel est le cycle de l’existence humaine, avec son cortège de solitude et de chagrins, cet immense sentiment de dépression, cette angoisse qui monte, et ce manque total de sécurité. Il n’existe pas de relation avec la société ou avec l’intimité de notre être profond, pas de relation exempte de disputes, de conflits, de querelles, d’oppression, etc. Tel est le monde dans lequel nous vivons, et qui, j’en suis sûr, est bien connu de vous tous.

https://fr.krishnamurti-teachings.info/livre/amour-sexe-et-chastete.html

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.