Ah ouais ! Le féminisme radical c'est un truc de raciste blanche!

Alors comme ça, le féminisme radical, dont l'objet est la défense des droits des femelles de l'être humain, c'est un truc de suprémaciste blanche. Je relaie ici la réponse d'une femme noire, comme moi, qui, comme moi, en a marre qu'on la prenne pour une...

Décidément, quand on veut tuer sa chienne on dit qu'elle a la rage.

Les feministes radicales, en plus d'être traitées de TERF, insulte visant à les réduire à l'état de nuisibles à exterminer (TERF au bûcher...etc), sont en fait des moutons au service du patriarcat blanc, lesbophobes et raciste.

Ben voyons.

Tout ça écrit par un homme blanc, de la gauche éveillée, qui adhère à une idéologie qui explique qu'une femme ça n'a pas de corps particulier, donc pas de vécu particulier et qui est capable d'applaudir l'éviction de lesbiennes de la marche des fiertés ! Ben ouais, elles ne veulent pas de zizis... de femmes ( alors que c'est presque pareil qu'un clitoris)

Voici le lien vers l'article intitulé : JK Rowling et l'histoire suprémaciste blanche du sexe biologique.

Et maintenant la réponse. Elle vient d'une britannique, Marie Lagouste, femme, noire, mère, comme moi. Et, comme moi, elle commence à trouver que les chantres du féminisme éveillé inclusif intersectionnel se foutent vraiment de notre mélanine...

Retranscription (à partir de l'anglais).

Après avoir lu un autre article d'un frère éveillé rejetant à la fois JK Rowling et le mouvement féministe radical comme des «suprémacistes blancs», ma colère monte en moi. Je vais y faire un lien ci-dessous, mais voici d'abord mes pensées.

L'article déclare que Rowling a choisi ce moment - l'émergence du mouvement BLM et l'exigence d'un changement social aux États-Unis - pour " faire des déclarations transphobes '' citant sa préoccupation pour les droits des femmes, le fait que le sexe est réel et que le féminisme doit toujours être au centre femmes.

BZZZZT. Faux. Rowling a en fait donné pour la première fois une idée de l'endroit où son féminisme est centré lorsqu'elle a commencé à suivre des féministes radicales sur Twitter.

Elle a tout donné avec son soutien à Maya Forstater, et elle n'a jamais regardé en arrière. Le mouvement actuel Black Lives Matter n'a rien à voir avec cela, et c'est une fausse représentation.

L'article déclare que le «sexe biologique» et la «différence sexuelle» ont été créés au fil du temps pour protéger, promouvoir et contrôler les limites de la blancheur. Faux. Ni l'un ni l'autre n'a été créé. Les deux sont basés sur les faits et la science.

Vous avez des biologistes qui vous disent cela; vous avez des scientifiques qui nous soutiennent. Seulement, vous pouvez pleurer ou frapper du pied comme vous voulez, les êtres humains ne peuvent pas changer de sexe. C'est un fait.

`` Maintenir les limites de la blancheur '' est une pure foutaise et ne tient pas compte des voix puissantes des femmes noires et brunes qui embrassent et luttent pour les droits et les voix des femmes dans le mouvement féministe radical. Regardez un peu par ici. Nous sommes légion.

Cela signifie-t-il que le racisme n'existe pas dans le mouvement féministe radical? Non, bien sûr. Mais dans l'ensemble, mes sœurs blanches m'ont soutenu, accueillantes et bruyantes tout en luttant pour mes droits en tant que femme noire.

Mes sœurs blanches ont élevé ma voix et la voix d'autres femmes de couleur. Cela a été mon expérience personnelle. Vous pouvez nier tout cela à votre guise, mais ma vérité est ce qui compte, et je vous dis que vous avez tort.

L'article affirme que "les déclarations de Rowling sont également ancrées dans une histoire d'anti-lesbianisme", alors que c'est manifestement faux, encore une fois. Rowling prend la parole et se bat pour les lesbiennes.

Les lesbiennes du monde entier sont attaquées et traitées comme transphobes si elles ne veulent pas prendre un amant trans complètement intact. Newsflash: les lesbiennes n'aiment pas les bites. Cela ne les rend pas transphobes pour autant.

Un mouvement qui peut attaquer les femmes comme il le fait, qui va jusqu'à pousser les femmes à coucher avec des personnes avec lesquelles elles ne veulent pas coucher au nom de l'égalité des droits et de l'acceptation, est un mouvement dangereux.

Vous voulez vivre et laisser vivre? Bien. Vous voulez forcer les femmes à coucher avec vous? PAS BIEN.

Ce n'est pas sorcier.

L'article prétend que "les déclarations de Rowling réitèrent toutes sortes de tropes historiquement racistes / anti-lesbiennes", mais ne parvient même pas à s'expliquer là dessus. Passons, donc. 

L'article cite un certain nombre d'études menées par des médecins européens sur le corps des femmes noires pour affirmer que la biologie est imparfaite. Mais non. Ces études menées par ces médecins racistes étaient erronées et racistes et assujetties aux femmes noires. Ils étaient un produit de leur temps.

De meilleurs médecins et scientifiques depuis ont rejeté ces études et expliqué pourquoi le sexe et la biologie sont importants. Ce conflit entre une chose et une autre n'a aucun sens.

Ensuite, il y a un long discours sur la morale victorienne, la police du lesbianisme dans la société victorienne, la volonté de garder les prostituées loin de la vue, de s'assurer que les femmes restent dociles, sur l'activisme des féministes lesbiennes noires de l'histoire qui s'opposeraient apparemment à Rowling et d'autres féministes critiques de genre aujourd'hui (merci de parler en leur nom, d'ailleurs), que l'auteur utilise pour essayer de consolider son point de vue de l'auteur sauf que cela ne va nulle part.

Ensuite, l'auteur conclut que BLM est centré sur les vies trans noires. Oui, nous le savons. Et c'est au prix de la vie des femmes. Les femmes noires, qui méritent d'être protégées et pour lesquelles il faudrait se battre, sont laissées pour mortes dans ce mouvement. Mais nous comprenons. Les femmes noires ne comptent pas.

L'article déclare que «la libération des personnes transgenres est intimement liée à la libération de toutes les personnes opprimées» et là je rigole.

 Dites cela aux femmes yézidies qui ont été brutalisées, violées et vendues comme esclaves sexuelles.

Dites cela aux femmes ouïghoures qui sont stérilisées de force.

 Dites cela aux petites filles afghanes qui se font voler des bras de leur mère et qui sont mariées de force à des hommes beaucoup plus âgés.

Dites cela aux Indiennes qui luttent toujours contre le système de dot.

 Dites cela aux centaines de femmes qui meurent aux mains d'hommes dans des crimes d'honneur dans le monde.

 Dites cela à des milliers de femmes mariées et à la merci de leurs agresseurs.

Dites cela aux petites filles qui sont victimes de trafic sexuel dans le monde.

 Dites cela aux femmes dont le viol et les abus sont vendus par clic sur Porn Hub.

Dites cela à toutes les femmes et filles du monde entier dont le pouvoir est inexistant, dont les voix ne sont pas entendues, dont les ecchymoses ne guérissent jamais.

Je pleure des larmes de rage.

 Vous nous avez oubliés. Vous nous avez laissés derrière. Et maintenant, quand nous nous levons et disons que nous en avons assez, vous nous dites que nous n'avons pas d'importance. Que notre oppression ne sera levée que lorsque la soi-disant oppression des hommes privilégiés sera levée.

Ma fureur n'a pas de limites.

 Vous ne nous réduirez pas au silence cette fois.

 Les femmes de tous les pays, de tous les milieux et de toutes les couleurs en ont assez.

 Tu m'entends? Nous en avons assez.

 

 

Ouaip ! Ça commence à faire beaucoup niveau foutage de gueule.

Pour compléter le propos, et enlever le moindre doute sur le fait que le féminisme radical n'est pas composé de femmes blanches luttant pour des femmes blanches avec   voici un lien vers la lettre de soutien à JK Rowling de la part du réseau Européen des femmes migrantes.   Où, devinez quoi, elles font référence à leur corps de femme quand elles évoquent les problèmes spécifiques qu'elles rencontrent..

La prochaine fois, ce seront les Radfem qui seront responsables de l'Holocauste... 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.