JK Rowling est casse- couille. Une Cassandre casse- couille.

Et quelques soit le bout par lequel on prend ses déclarations, une Cassandre a toujours raison.

Quel étrange spectacle que celui d’une femme qui relève des problèmes, pose des questions, relaie des témoignages de gens en détresse et qui se fait littéralement étriller sur la place publique. En l’occurrence par les grands groupes médiatiques et sur les médias sociaux.

Quelle drôle d’idée, de la part de ses détracteurs, de s’être imaginé que les violentes injonctions au silence, les menaces de meurtre et de viol lui donnerait envie de se traire. (ben, oui, quelle idée!)

Ça marche sur les gens qui risque de perdre leur emploi ou leur moyen de subsistance ou encore qui ont peur d’être ostracisé socialement. Mais sur quelqu’un avec une telle notoriété et autant de moyen… ben non.

Dans la mythologie grecque, Cassandre, doté du pouvoir de prédire l’avenir était aussi affublée de la tare de n’être crue par personne.

Ils y étaient presque. Ils avaient presque réussi à renvoyer dans son trou celle-qui-a-parlé-de-chose-dont-il-ne-faut-pas-parler. Presque.  

Il avaient presque réussi à faire valider l’idée qu’une femme qui dénonce la volonté d’un groupe culturel, idéologique et politique de se créer des droits en écrasant ceux des autres (rejeter le droit à une orientation sexuelle basée sur le sexe de son partenaire, faire supprimer la parité en politique, exiger l’accès aux espaces intimes réservés aux femmes sur une simple auto déclaration verbale d’identité de genre), de décider, à la place des autres, de comment ils doivent penser (le sexe biologique n’existe pas), parler (gare au bon pronom), se désigner (vous êtes des cis et des personnes qui menstruent et gare à vous si ça vous dérange d’être appelés comme ça) et même comment ils doivent envisager leur sexualité (appeler une lesbienne transphobe juste parce qu’elle dit non à un rapport sexuel avec quelqu’un qui a un pénis) n’était qu’une folle haineuse.  

Pourquoi haineuse ? Ben parce qu’en étant présentée comme haineuse, il devient impossible de la croitre. JK Rowling est transphobe donc tout ce qu’elle dit est de haine et c’est faux.

C’est la même technique que celle que l’on utilise dans les procès pour viol : détruire le témoin pour que le témoignage n’ait plus aucune valeur.

Raté.

Et même si dans les jours qui viennent une opération de dénigrement public fera rage, même si on essaiera de nier ce qu’elle dénonce, ou de nier qu’elle existe, JK Rowling vient de mettre sur la place publique des choses à propos desquels personne ne peut rester indifférent. Enfin, si on a ne serait-ce qu’une once d’intérêt pour la santé des enfants. Et une petite idée de ce que les groupes pharmaceutiques, entre autre, sont capables de faire pour gagner de l’argent.  

Que nous dit donc notre Cassandre des temps moderne ?

Et si… ?

  • Utiliser les bloqueurs de croissances et la chirurgie de transition chez les enfants et les ados en grande détresse mentale n’était pas une si bonne solution que ça pour soigner les problèmes mentaux ?

Et si… ?

  • Des milliers d’enfants avaient été poussé dans des parcours de transition juste pour des raisons homophobes ? Que ces parcours transgenre étaient, en fait, une nouvelle forme de thérapie de conversion ? (Un peu comme ce qui se passe en Iran : si tu veux aimer les hommes, tu dois être une femme.)

Et si… ?

  • Le reportage de la BBC sur les méthodes de la clinique Tavistosck, spécialisée dans les enfants transgenres, méthode qui consiste à déclarer à un ado en détresse qu’il est trans en à peine deux séances, était le premier d’une longue série ?

Et si… ?

  • Le procès que Keira Bell, une jeune femme, qui détransitionne à 23 ans, après avoir réalisé que ce qu’on lui a dit à 16 ans et ce qu’on lui a fait suivre un traitement pour enfant transgenre, lourd de conséquence, ne correspondait pas au mal être qu’elle vivait … était le premier d’une longue série ?

Et si… ?

  • La chirurgie ne soignait pas les tendances suicidaires chez les ados ?

Et si… ?

  • Les hormones qu'on prescrit aux personnes transgenre, enfant compris, pouvaient être nocives, à long terme, et que les gens n'étaient pas suffisamment informés pour choisir le meilleur traitement en connaissance de cause?

Et si… ?

  • Le fait de l’insulter en l’appelant TERF,
  • le fait de la menacer de mort,
  • de fantasmer sur les sévices sexuels qu’on pourraient lui imposer pour qu’elle souffre,
  • de se moquer et de dénigrer son parcours de survivante aux violences domestiques,
  • d’en arriver à la menacer de lui voler ses ovaires (qu’elle ne mérite pas d’avoir, en faisant référence aux expérience de transplantation d'utérus vers des corps d'hommes qui sont en projet)
  • et de dire que si des gens ont envoyé des images pornographiques aux enfants qui ont participé à son projet de livre en ligne, c’est parce que Elle soutient la pédo-criminalité…                                                                                                                                                                                                                                                                                                           étaient juste la preuve que ceux qui s’oppose à elle sans répondre à ses questions et à ses accusations… n’avaient aucun argument ?

Et que ça ne l'empêchera pas de continuer à être casse-couille. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.