Henri Weber, la fondation Jean Jaurès et la déchéance intellectuelle du PS

Quand Henri Weber reprend, dans l'Obs, tous les clichés de l'économie néolibérale pour critiquer le programme économique de Mélenchon (hausse des taux, dépenses publiques, indépendance de la BCE remise en cause, etc...) et nous affirme que l'union bancaire est une chose formidable alors que n'importe quel économiste sérieux sait qu'elle ne servira pratiquement à rien en cas de crise, c'est vraiment que la crise intellectuelle du PS est profonde...Reprendre ainsi les éditoriaux de Capital et des Echos sans se poser de questions, c'est le signe d'une abdication complète devant la pensée la plus conservatrice. Ce n'est certainement pas digne de Jaurès.

Et pourtant, même d'éminents membres de la fondation Jean Jaurès se font les relais de cette critique. A 2 jours du premier tour, ils ne trouvent ainsi rien de mieux à faire que d'attaquer Mélenchon. Bien évidemment. Fillon ou Macron, sans parler de Le Pen, ne représentent donc pas un danger plus important à leurs yeux pour le pays.

C'est profondément ignoble. Il n'y a pas d'autres mots pour qualifier cette attitude. Ont-ils conscience de la casse sociale qu'il y aura dans ce pays si Fillon ou Macron passent ?

Pour cela, comme pour d'autres choses, le PS doit disparaître. Il est devenu un obstacle à l'émancipation et au progrès. Il vaut d'ailleurs mieux qu'il disparaisse avant que tout le capital historique de ce qui fut un grand parti progressiste ne soit complètement dilapidé et sali par ceux qui le représentent aujourd'hui. Aidons-le dans son enthanasie, qu'elle soit rapide et sans douleur, mais nette et définitive.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.