Mar.
28
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Grâce à la crise de la zone euro, l'Etat allemand a économisé 193 milliards d'euros depuis 2008

De nouveau, un très bon billet d'alterecoplus sur la crise de la zone euro et sur la politique libérale du gouvernement Merkel.

 

 ---------

Le comportement du gouvernement allemand dans la crise grecque a surpris – et inquiété – beaucoup d’observateurs : comment se fait-il qu’il soit, avec le soutien manifeste de son opinion publique, d’aussi mauvaise volonté ? Pourquoi n’est-il prêt à aucune concession de nature à résoudre – enfin – la grave crise que traverse la zone euro depuis cinq ans maintenant ? Ne mesure-t-il pas le risque que son intransigeance fait courir non seulement à l’euro mais à la construction européenne elle-même ? Il y a cependant une explication rationnelle à ce comportement étrange : pour l'instant, la crise de la zone euro est une bonne affaire pour l’Allemagne…


Depuis 2010, Angela Merkel a refusé dans un premier temps toutes les réformes indispensables pour sauver l’euro

 

Suite au gâchis grec, nous voulons une direction politique de l'Europe

  

headshot.jpg Jean-Marie Cavada Député européen, Président du Mouvement Européen-France

headshot.jpg Karima Delli Députée européenne EELV

headshot.jpgYannick Jadot Député européen, chef de file du groupe Les Verts/ALE au Parlement européen pour TAFTA et la Conférence sur le climat COP21

headshot.jpgMarielle de Sarnez Députée européenne, vice-présidente du Modem

 

C'est un immense gâchis. L'Europe laisse la Grèce partir dans un cataclysme dont nous ne connaissons pas encore les conséquences. Ni pour ce pays, ni pour le reste de l'Union européenne. Comment en avons nous pu en arriver là ?

Newsletter