Sam.
25
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Bilan de la commission Barroso 2 par Philippe Lamberts, coprésident du groupe des Verts/ALE au Parlement européen

Intervention de Philippe Lamberts, co-président du groupe des Verts/ALE, en plénière au Parlement européen de Strasbourg, le mardi 21 octobre 2014, concernant le bilan de la commission Barroso 2.

Madame la ministre de l’Ecologie, publiez le rapport d’experts sur le Testet

 

Isabelle Attard, Geneviève Azam, José Bové, Guillaume Cros, Pierre Larrouturou, Vincent Liegey, Corinne Morel Darleux, Noël Mamère, Laurent Pinatel, François Simon

Action coup de poing des écolos devant la salle qui contient les documents secrets de TAFTA au PE

Pour la transparence et l'accès aux documents !

Bz_YLetCIAA0R-L.jpg:large

Déclaration de Yannick Jadot:

"Tout à l'heure, au Parlement européen, j'ai demandé l'ouverture de la "salle de lecture", cette salle où sont enfermés les premiers brouillons du TAFTA (Accord de libre-échange avec les Etats-Unis) et où seuls une poignée de députés peuvent rentrer. Un véritable déni démocratique car à la fin le Parlement européen pourra rejetter TAFTA si la majorité le souhaite. Et pour ça, il faut pouvoir travailler sur ce qui se trouve dans cette salle."

COMMUNIQUE DES VERTS/ALE AU PE > Audition de Navracsic : le candidat hongrois proche d'Orban recalé

Audition de Navracsic : le candidat hongrois proche d'Orban recalé  06/10/14

Lundi 6 octobre, les membres de la commission Culture et Éducation du Parlement européen se sont s’opposés, par 14 voix contre 12 et 1 abstention, à ce que le poste de Commissaire à l’Éducation, la Culture, la Jeunesse et la Citoyenneté revienne au hongrois Navracsics.

 

Emploi fictif et détournements au comité d’entreprise EDF : douze condamnés dont la CGT et le journal L'Humanité


JUSTICE - La justice a bien confirmé que le plus gros CE de France était vérolé. Le procès a abouti à 12 condamnations.

Près de dix ans après les premières alertes sur les dérives au sein du Comité d’entreprise (CE) d’EDF, la justice est passée. Huit personnes physiques, ainsi que quatre personnes morales dont la CGT et le journal L’Humanité, ont été condamnées mercredi. Leur tort ? Avoir été responsables de détournements de fond, d'abus de confiance, de complicité ou encore de recel. Et la liste aurait pu s’allonger.

la suite, ici : http://www.europe1.fr/economie/emploi-fictif-et-detournements-au-comite-d-entreprise-edf-2248613

 

Newsletter