Lun.
01
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

D'une crise politique à une crise de régime ?

Les circonstances de la crise ministérielle que nous vivons suscitent une grande confusion dans l'analyse de ses conséquences. "Le Figaro" et "Libération" réunis titrent sur une "crise de régime". La V° République serait donc atteinte dans ses fondements. L'annonce de J.L. Mélenchon voulant se consacrer à la convocation d'une assemblée constituante pour passer à une VI° République peut accréditer cette interprétation. Essayons d'y voir clair et de tirer quelques leçons de cette crise.

Montebourg: Un pays, deux systèmes.

Arnaud Montebourg a présenté hier son programme "pour le redressement économique de la France". Il forme un ensemble qui contraste fortement avec la politique suivie par F. Hollande.

"Rien de nouveau sous le soleil..."

"... C'est permis par la Constitution". C'est par ces mots que Claude Bartolone a justifié ce lundi le recours à la "réserve de vote" utilisé par le gouvernement pour empêcher le vote des amendements des députés socialistes critiques.

Où va Mediapart ?

J'ai posté cette semaine mon 134° billet de mon Blog "Une autre République est possible", rendant compte de la réunion de la gauche qui s'est tenue à Bellerive-sur-Allier le dernier week-end. 

Gauche en forme

Ce week-end, deux centaines de militants socialistes se sont réunis à Bellerive-sur Allier près de Vichy pour débattre du thème: "Rassembler la gauche et les écologistes" proposé par la revue "Démocratie et socialisme" de Gérard Filoche. L'échange entre membres de diverses tendances du PS mais aussi avec les représentants des diverses formations de gauche a été une incontestable réussite. Un moment heureux dans ce contexte de démoralisation entretenu par les propos mortifères de M. Valls et J.C. Cambadelis.

Sur la mort annoncée du Parti socialiste

Ce samedi 14 juin fut une étrange journée: on entendit le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis annoncer la possible mort de sa formation, décès que le Premier ministre Manuel Valls étendait  à toute la gauche. Au diable l'avarice. L'analyse ne manquait ni de force ni de culot  mais sa portée politique est plus que problématique.

Une logique pour réformer le territoire

Les formes de l'annonce d'une réforme territoriale par le président de la République le 2 juin dernier sont, à elles seules une caricature (de plus) du système de la V° République: bon plaisir du prince (Hollande contredit ses convictions les plus affirmées jusqu'à un passé récent); arbitrages entre personnalités liées au pouvoir personnel; mise au pied du mur du Parlement.

Rompre

Le résultat des élections européennes mais surtout les réactions de François Hollande et Manuel Valls qui les ont suivies amènent à une conclusion: l'exécutif n'entend plus rien et n'est plus à même de reconstruire une quelconque histoire de la gauche d'ici 2017. Il faut donc rompre avec une politique comme avec un système politique qui peuvent nous conduire à un "désastre obscur".

Remaniement et rénovation au Parti Socialiste

Le changement de Premier ministre est allé avec une opération "coup de poing" à la direction du PS, satisfaisant ainsi une certaine logique institutionnelle et politique: le profil et le projet du nouveau gouvernement devaient trouver une traduction dans le secrétariat national du parti. L'arrivée de Jean-Christophe Cambadelis a semblé résumer ce processus. Or, il masque plusieurs incohérences tant du point de vue de la logique en question que de la rénovation plus que jamais essentielle de la formation socialiste.

Changer de Premier ministre ?

Ce scrutin municipal apparait comme une réplique du 21 avril 2002. Quels qu'en soient les diagnostics, les réponses semblent toutes passer par un remaniement gouvernemental pouvant aller jusqu'à un changement de Premier ministre.

Newsletter