Paul Alliès

Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).

Montpellier - France

Sa biographie
Né le 8 juin 1945.  Professeur émérite de science politique à la Faculté de Droit de Montpellier.  Délégué auprès des services culturels de l'Ambassade de France en Italie (Adjoint au Directeur de l'Institut Français de Naples) en 1985. Doyen de la Faculté de Droit de Montpellier de 1989 à 1995. Fondateur du CEPEL (UMR CNRS) en 1987. Directeur de la revue Pôle Sud. Responsable de la Jeunesse Etudiante Chrétienne à Montpellier en 1965, puis de la LCR. Adhésion au Parti Socialiste en 1986. Conseiller municipal de Pézenas de 1989 à 2001. Secrétaire de la section socialiste de cette ville. Conseiller régional du Languedoc-Roussillon de 1999 à 2004 et à nouveau en 2008. Membre du Conseil National du PS de 2003 à 2018. En 2001 membre-fondateur de la Convention pour la 6° République (C6R) avec Arnaud Montebourg. Président de la C6R depuis novembre 2009.
Son blog
502 abonnés UNE AUTRE REPUBLIQUE EST POSSIBLE
Ses éditions
1 / 2
Voir tous
  • Un cinglant rappel à l’ordre

    Par
    Le front se fige. Quatre jours après que ne se soient produits les évènements liés aux perquisitions visant la France Insoumise, pas le moindre doute. La thèse des dirigeants de celle-ci demeure intangible : « Toute cette histoire est politique…100% politique »
  • Anniversaire: la V° République toujours en débat

    Par
    La célébration du 60° anniversaire de la Constitution du 4 octobre 1958 advient dans un contexte de crise politique peu banale. Elle est aussi l’occasion d’échanges sur les mérites et défauts de la V° république. On en trouvera ici une trace avec une double tribune à l’initiative du Club de L’Hétairie.
  • Macron et sa «société du dix décembre»

    Par
    L’affaire d’Etat que connaît la France dévoile d’un coup tous les déséquilibres que produit le présidentialisme de la V° République. A chaque président ses affaires, chaque fois différentes. On propose d’éclairer celle-ci à la lumière de ce que Marx disait de la « société du dix décembre » par laquelle Louis-Napoléon conquit le pouvoir entre 1848 et 1852 (à l’âge de 43 ans).
  • Vers un présidentialisme absolu

    Par
    C'est le titre que donne L'Humanité Dimanche de ce week-end à son supplément spécial sur "la réforme institutionnelle". Il contient entre autres articles, la transcription d'un débat sur "La VI° République, une rupture indispensable avec le césarisme présidentiel".
  • La réforme constitutionnelle entre concours Lépine et régression démocratique

    Par
    L’ouverture ce mardi, de la discussion à l’Assemblée Nationale du projet de loi constitutionnelle fait remonter à la surface de l’actualité politique le débat, enlisé depuis plus d’un an, de la « modernisation des institutions » telle que voulue par le président de la République
Voir tous