Sam.
01
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Vae Victis !

Comment en est-on arrivé là six mois après la large victoire de Syriza et quelques jours à peine après le refus massif par le peuple grec de l’ultimatum des « institutions » ? Ces dernières, utilisant pour cela leur bras armé, la Banque centrale européenne (BCE), ont mis en place une stratégie d’étranglement financier du pays qui a mis le système bancaire au bord de l’effondrement et a abouti à la paralysie économique. 

Une voie étroite pour la Grèce

Article écrit à la demande du journal grec Epohi. Le non des grecs au référendum aurait pu être une chance immense pour l’Europe. Il aurait pu permettre que s’engage enfin un véritable débat sur la nature de la construction européenne. Evidemment, cette éventualité était insupportable pour les dirigeants européens.

La Grèce a un plan B, la démocratie !

« En route vers le chaos » titrait le journal Les Echos lundi 29 juin, suite à l’annonce du référendum grec. Cette analyse doit être d’ailleurs partagée par les boursicoteurs puisque toutes les bourses mondiales ont  fortement dévissé dans la foulée du discours d’Alexis Tsipras. C’est que tout ce beau monde s’attendait à ce que le gouvernement grec cède à ses créanciers.

Grèce, l'heure des choix

Alexis Tsipras « doit faire atterrir ses troupes et que Syriza redescende sur terre ». Ainsi s’exprime le ministre des Finances et des Comptes publics Michel Sapin[1]. Cette phrase est un condensé politique. Elle combine le mépris à l’égard de la Grèce et de Syriza.

Le feuilleton des 3 %

La Commission européenne a accordé fin février un délai de deux ans à la France pour revenir sous le seuil des 3% du PIB en matière de déficit public, ce qui en fixe l’échéance à 2017.

Remarques sur la situation grecque

Nous connaissons maintenant les mesures présentées par le gouvernement grec qui complètent l’accord pour quatre mois signé avec l’europgroupe.

La Grèce sur le fil du rasoir

Il me paraît trop tôt pour porter un jugement définitif sur l'accord conclu vendredi entre la Grèce et l'Union européenne puisque c’est lundi que le gouvernement grec fera connaître la liste des réformes qu’il propose. C’est à ce moment là que le texte signé prendra toute sa signification et c’est à ce moment que nous verrons si la politique d’austérité continue ou pas.

Questions sur la dette grecque

La dette a servi de prétexte dans tous les pays européens pour mener des politiques d’austérité drastiques qui ont amené l’Europe au bord de la déflation et qui ont eu des conséquences sociales dramatiques. La dette grecque est aujourd’hui au cœur de l’affrontement entre le nouveau gouvernement du pays et les institutions européennes.

L’Europe à un tournant ?

Il y a environ 2500 ans, une rupture fondamentale dans l’histoire connue de l’humanité s’est produite en Grèce. Pour la première fois, des êtres humains ont affirmé explicitement que les lois qui les gouvernent sont issues d’eux-mêmes et non pas d’une source extérieure à eux-mêmes (Dieu, les dieux, les ancêtres, la tradition, etc.), et qu’en conséquence, ils peuvent donc les changer.

Newsletter