Sam.
22
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Bernard Cazeneuve est le Jouyet de Manuel Valls

lejouetcl3.jpg

Karl Laske annonce : Cazeneuve, clap de fin. Doit-on en déduire une prochaine démission d'un homme dont la fonction a montré récemment tout le mépris que lui porte à la fois ses hauts fonctionnaires et son premier ministre dans l'affaire de Sivens. Un Etat capable de mentir et de faire mentir témoigne d'une mentalité qui produit des esclaves.

Une France discriminatoire.

L'Assemblée nationale a voté la carte à 13 régions. Une monstruosité intellectuelle qui témoigne du dédain du gouvernement pour le bien-être des habitants et un développement durable et harmonieux.

Sivens : enquête de la Commission européenne

© Skip the use

La Commission européenne, saisie par des écologistes français, va engager une procédure contre la France à propos du barrage de Sivens pour violation du droit de l'Union européenne.

La corruption des Etats et la conséquence de leur abdication à la finance

Le Portugal ferait commerce de ses passeports selon Phillipe Riès. Que peut bien faire d'autre le Portugal quand les banques de la City l'étranglent avec la caution libérale néo conservatrice des chroniqueurs. C'est oublier que le phénomène de corruption frappe l'UE.

Rémi Fraisse : Valls est et Valls sera franco de port

Petit rappel à Matignon qui renvoie - ou plutôt botte en touche - sur Cazeneuve à propos de la mort de Rémi Fraisse, le responsable de l'administration est le premier ministre, pas le ministre de l'intérieur, qui n'est et ne doit être qu'un exécutant, à moins de considérer que, conformément à ce que semble répondre Matignon à Médiapart, la France n'est qu'un Etat policier.

Rémi Fraisse : Cazeneuve ment et lâche les gendarmes

9782213612737-T.jpg?itok=HtHWaLjn

N'écoutant que son courage, Bernard Cazneuve, suit l'exemple du préfet du Tarn Thierry Gentilhomme et nie les déclarations des gendarmes  : il n'a jamais donné d'instruction de sévérité aux forces de l'ordre. Il s'en déduit que ces brutalités dont se plaignent depuis plusieurs mois les occupants sont des violences illégitimes auxquelles le ministre comme le préfet ont omis de mettre un terme. Le ministre, après le préfet du Tarn, font ainsi passer les gendarmes pour des brutes indsicplinées et des menteurs. Les politiques pensent que les gendarmes sont soumis au silence alors que les gendarmes ont dorénavant le droit de se syndiquer.

La mort de Rémi Fraisse à Sivens : Valls, Urvoas, police, préfet, politique, tous responsables

gce-no-pasaran-pasaremos.jpg

Le débat sur la mort de Rémi Fraisse tend à se réduire sur l'emploi des grenades offensives par les gendarmes. Une telle hypothèse est démentie par les termes du Décret n° 2011-795 du 30 juin 2011 relatif aux armes à feu susceptibles d'être utilisées pour le maintien de l'ordre public, qui ne distingue pas entre gendarmes et policiers. Les policiers utilisent aussi des "armes de guerre" et il paraît nécessaire de bien souligner la responsabilité du préfet, du ministre de l'intérieur et de la majorité dans ce drame dont ils avaient conscience de sa prévisibilité. Le déni démocratique à l'origine du drame et le refus d'ouvrir le débat sont les causes premières. Les politiques et le préfet sont également responsables pour ne pas avoir adapté la doctrine d'emploi des forces de l'ordre et son cadre législatif, qui soulèvent véritablement question.

François Fillon remet en cause le secret des sources des journalistes

les-anges-de-la-nuit..jpg

François Fillon réclame en référé la saisie de l'enregistrement du Monde. De quel droit ? Il n'a aucun intérêt à réclamer une telle saisie qui méprise le secret et la protection des sources journalistiques. La profession se doit de résister à un tel détournement du droit et une telle menace.

Newsletter