Dim.
26
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

L'enfer du granit rose

J'ai découvert le camp du Struthof-Natzweiler en 1974, soit trente ans après sa fermeture, à l'occasion du tournage de mon film "Dreyfus ou l'intolérable vérité".

Un crime d'Etat ?

Je ne connais que peu de choses sur les conditions de l'incarcération de Serge Atlaoui, ce condamné à mort par la justice indonésienne dont l'exécution semble imminente. Mais comme je suis un farouche partisan de l'abolition de la peine de mort, tout mon être se révolte à l'idée qu'une machine d'Etat aveugle se soit mise en marche afin de broyer une vie humaine.

L'humain, priorité absolue

Quelque deux cent-soixante-quatorze commentaires ont suivi mon billet intitulé "Un bourreau tranquille" dans lequel j'exprimais mon écoeurement de voir pérorer sur une chaîne publique, un immonde dictateur qui est en train de massacrer son propre peuple.

Un bourreau tranquille

L'odieuse apparition de Bachar Al-Assad, hier soir au journal de 20 heures, sur la chaîne nationale France 2, est d'une rare obscénité.

Les otages de la misère

J'emprunte cette expression au magnifique poète Communard Eugène Pottier* car elle me semble assez bien caractériser ce flux ininterrompu des malheureuses victimes noyées en Méditerranée, cette mer

Anne-Marie Peysson

Rompant aujourd'hui avec le lamento de mes billets sur la décrépitude politique et la dégénérescence du civisme français, je voudrais évoquer le sourire espiègle de l'un des visages qui marqua les débuts de la télévision française.

Cautère sur jambe de bois ?

La campagne nationale (bienvenue) contre le racisme et l'antisémitisme risque d'être aussi peu efficace que celle qui a pour objectif de faire baisser le chômage dans notre pays...

Faire face !

La meilleure réponse à ces "nouveaux Versaillais"*, on la trouve sous la plume de celui qui fût  responsable du service de presse de l'Hôtel de Ville de Paris pendant la Commune : le poète Pau

Les nouveaux Versaillais

Alors que la majorité présidentielle sortie des urnes en 2012 se délite de plus en plus, le parti des "honnêtes gens" s'apprête à faire main basse sur l'un des adjectifs les plus beaux de notre lan

L'écoeurement

Avec un texte simple et pathétique, intitulé "Ce socialisme-là", publié sur le site "Les Vregens", Gavroche (que tous les vieux abonnés de Mediapart connaissent bien) nous fait part de sa dé

Newsletter