Vingtras

historien,auteur-réalisateur de films

Saint-Pierre de Bailleul - France

Sa biographie
pseudo de Jean A.Chérasse (JAC), ENS St Cloud, agrégé d'Histoire - ancien élève de l'IDHEC - voir son CV et sa filmographie sur le site Wikipedia ou le Who's Who / vient d'écrire un essai sur la Commune de Paris de 1871, intitulé "Les 72 immortelles" , paru en deux volumes : "la fraternité sans rivages" et "l'ébauche d'un ordre libertaire" ( aux éditions du Croquant.)
Son blog
811 abonnés Vingtras
Voir tous
  • Le municipalisme n'est pas une panacée

    Par
    En dépit du refus de la rédaction de Mediapart (je l'ai pourtant alertée deux fois !) de sélectionner mon billet précédent qui comportait en commentaire l'intervention insolente et pertinente de René Revol, Maire de Grabels (34) invité au meeting macronien de Souillac, je reviens aujourd'hui sur ce concept de "grand débat" qui a été choisi par le pouvoir pour lutter contre "le péril jaune"...
  • Perfidie sémantique

    Par
    Avec le sacro-saint "grand débat national" qui est la dernière opération de communication du Président Macron afin de ressaisir les rênes d'un pouvoir qui lui échappent de plus en plus, l'élite bourgeoise n'a pas hésité à franchir le Rubicon du vrai parler-faux...comme le dit trés bien le Maire de Grabels (34) René Revol, invité au meeting de Souillac...(dans les commentaires)
  • One-man-show intempestif

    Par
    "Je jouis d'une prestance physique qui porte sur les nerfs à la plupart des gens - mais qui me rend bien des services d'autre part. Ma démarche, mes gestes et, plus encore ma voix contribuent à me faire aimer par les uns et à me faire détester par les autres. Car je suis détesté par beaucoup de personnes - et je m'en rends bien compte." (Sacha Guitry)
  • La lettre et le néant

    Par
    Surfant sur toutes les plaies dont souffre la société française des classes défavorisées, Emmanuel Macron se fend d'une longue bafouille qui se contente de poser des questions pour ce qu'il appelle improprement «le grand débat national»...
  • La société du mal-être ou la détresse française

    Par
    Oscillant comme le pendule d'un sourcier entre la "société du spectacle" et la "société du fric", la France aborde le XXIe siècle sans avoir assimilé ses traumatismes historiques ce qui l'amène à se laisser peu à peu gagner par le pessimisme et la perte de confiance en elle-même !
Voir tous

Pressentiment

Par

Le "souverain"

Par