Jeu.
24
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition

Avec la gauche grecque, pour une Europe démocratique !

«C’est au peuple grec de décider de son sort, en rejetant tout diktat, en rejetant les poisons que lui administrent ses “ sauveurs ”, en s’engageant librement dans les coopérations indispensables pour surmonter la crise, avec les autres peuples européens.» Rejoignez l'appel lancé sur Mediapart par Etienne Balibar, philosophe, Vicky Skoumbi, rédactrice en chef de la revue αληthεια (Athènes) et Michel Vakaloulis, philosophe et sociologue. Vous êtes déjà 1 700 à avoir signé. Et n'oubliez pas notre soirée exceptionnelle de soutien au peuple grec, mercredi 13 juin, avec la retransmission en direct sur Mediapart du concert d'Angélique Ionatos au Théâtre de la Ville. 

The text is also available in English, Greek, and German. 


 

Dans l’enchaînement d’événements qui, en trois ans, ont jeté la Grèce au fond du gouffre, chacun sait que les responsabilités des partis au pouvoir depuis 1974 sont écrasantes. Nouvelle Démocratie (droite) et Pasok (socialiste) n’ont pas seulement perpétué la corruption et les privilèges, ils en ont bénéficié et en ont fait bénéficier largement les fournisseurs et les créanciers de la Grèce, pendant que les institutions communautaires détournaient le regard. On pourrait s’étonner, dans ces conditions, que les dirigeants européens ou le FMI, transformés en parangons de vertu et de rigueur, s’emploient à ramener au pouvoir ces mêmes partis faillis et déconsidérés, en dénonçant le « péril rouge » incarné par Syriza (coalition de gauche radicale), et en promettant de couper les vivres si les nouvelles élections du 17 juin confirment le rejet du « Mémorandum » qui s’est manifesté le 6 mai dernier. Non seulement cette ingérence est en contradiction flagrante avec les règles démocratiques les plus élémentaires, mais ses conséquences seraient dramatiques pour notre avenir commun.

Il y aurait là une raison suffisante pour que, comme citoyens Européens, nous refusions de laisser étouffer la volonté du peuple grec. Mais il y a plus grave. Depuis deux ans, les dirigeants de l’Union européenne, en étroite concertation avec le FMI, travaillent à déposséder le peuple grec de sa souveraineté. Sous prétexte d’assainir les finances publiques et de moderniser l’économie, ils imposent une austérité draconienne qui étouffe l’activité économique, réduit à la misère la majorité de la population, démantèle le droit du travail. Ce programme de « redressement » à la mode néo-libérale se solde par la liquidation de l’appareil productif et le chômage de masse. Pour le faire passer, il n’a fallu rien de moins qu’un état d’exception sans équivalent en Europe occidentale depuis la fin de la deuxième guerre mondiale : le budget de l’État est dicté par la Troïka, le Parlement grec réduit à une chambre d’enregistrement, la Constitution plusieurs fois contournée. La déchéance du principe de la souveraineté populaire va de pair avec l’humiliation de tout un pays. Or elle atteint ici des sommets, mais ne concerne pas exclusivement la Grèce. Ce sont tous les peuples de ses nations constitutives que l’Union européenne tient pour quantités négligeables lorsqu’il s’agit d’imposer une austérité contraire à toute rationalité économique, de combiner les interventions du FMI et de la BCE en faveur du système bancaire, ou d’imposer des gouvernements de technocrates non élus.

A plusieurs reprises, les Grecs ont fait savoir leur opposition à cette politique qui détruit le pays en prétendant le sauver. D’innombrables manifestations de masse, 17 journées de grève générale en deux ans, comme les actions de désobéissance civique ou le mouvement des Indignés de Syntagma, telles ont été les marques du refus opposé par le peuple grec au sort qu’on lui réserve sans le consulter. Cette voix du désespoir et de la révolte, quelle réponse allait-on lui donner ? Le doublement de la dose létale et la répression policière ! C’est alors, dans un contexte de délégitimation complète des gouvernants, que le retour aux urnes est apparu comme la seule issue pour éviter l’explosion sociale.

Mais l’affaire est désormais très claire : les résultats du 6 mai dernier ne laissent aucun doute sur le rejet massif de la politique imposée par la Troïka. Et devant la perspective d’une victoire de Syriza aux élections du 17 juin prochain, une campagne de désinformation et d’intimidation a été déclenchée aussi bien à l’intérieur du pays qu’au niveau européen. Elle vise à exclure Syriza des interlocuteurs politiques dignes de confiance. Tous les moyens sont bons pour le disqualifier, à commencer par son étiquetage « extrémiste » et le parallélisme avec les néo-nazis de l’Aube Dorée. Toutes les tares ont été imputées à Syriza : escroquerie et double langage, irresponsabilité et infantilisme revendicatif. A en croire cette propagande haineuse qui prend le relai de la stigmatisation raciste du peuple grec, Syriza mettrait en danger les libertés, l’économie mondiale et la construction européenne. La responsabilité conjointe des électeurs grecs et de nos dirigeants serait de lui barrer la route. Brandissant la menace d’une exclusion de l’euro et d’autres chantages économiques, une manipulation du vote populaire se met en place. C’est une « stratégie du choc » par laquelle les groupes dominants s’efforcent de détourner le vote du peuple grec selon leurs intérêts, qu’ils prétendent être aussi les nôtres.

Nous, signataires de ce texte, ne saurions nous taire devant cette tentative de déposséder un peuple européen de sa souveraineté, dont les élections forment le dernier recours. Il faut que cessent immédiatement la campagne de stigmatisation de Syriza et les chantages à l’exclusion de l’eurozone. C’est au peuple grec de décider de son sort, en rejetant tout diktat, en rejetant les poisons que lui administrent ses « sauveurs », en s’engageant librement dans les coopérations indispensables pour surmonter la crise, avec les autres peuples européens.

Nous l’affirmons à notre tour : il est temps que l’Europe perçoive le signal envoyé le 6 mai dernier par Athènes. Il est temps d’abandonner une politique qui ruine la société et met les peuples sous tutelle afin de sauver les banques. Il est urgent de mettre un terme à la dérive suicidaire d’une construction politique et économique qui transfère le gouvernement aux experts et institue la toute-puissance des opérateurs financiers. Il faut une Europe qui soit l’œuvre de ses citoyens eux- mêmes, au service de leurs intérêts.

Cette nouvelle Europe que, comme les forces démocratiques en train d’émerger en Grèce, nous appelons de nos vœux et pour laquelle nous entendons nous battre, est celle de tous ses peuples. Dans chaque pays, ce sont deux Europes politiquement et moralement antithétiques qui s’affrontent : celle de la dépossession des êtres humains au profit des banquiers, et celle qui affirme le droit de tous à une vie digne de ce nom et s’en donne collectivement les moyens. Ce que nous voulons donc avec les électeurs, les militants et les dirigeants de Syriza, ce n’est pas la disparition de l’Europe mais sa refondation. C’est l’ultralibéralisme qui suscite la montée des nationalismes et de l’extrême droite. Les vrais sauveurs de l’idée européenne sont les partisans de l’ouverture et de la participation des citoyens, les défenseurs d’une Europe où la souveraineté populaire n’est pas abolie mais étendue et partagée.

Oui, à Athènes c’est bien l’avenir de la démocratie en Europe et de l’Europe elle-même qui est en jeu. Par une étonnante ironie de l’histoire, les Grecs appauvris et stigmatisés se retrouvent en première ligne de notre combat pour l’avenir commun.

Écoutons-les, soutenons-les, défendons-les !

Premiers signataires
Etienne Balibar, philosophe
Vicky Skoumbi, rédactrice en chef de la revue αληthεια (Athènes)
Michel Vakaloulis, philosophe et sociologue

Et :

Giorgio AGAMBEN; Michel AGIER, anthropologue; Tariq ALI, historien; Tewfik ALLAL; Denis ALLARD, chercheur au CNRS; Elmar ALTVATER; Daniel ALVARO; Charles ALUNNI, philosophe; Bernard ANCORI, professeur d’épistémologie, vice-président Sciences en Société; Dominique ANGEL, artiste; Arturo ARMONE CARUSO, metteur en scène et comédien; Chryssanthi AVLAMI, historienne;

Henri-Alexis BAATSCH, écrivain; Jean-Marc BABOU; Alain BADIOU, philosophe; Maria-Benedita BASTO, maître de conférences, Université Paris IV; Jean-Christophe BAILLY, écrivain; François BARRÉ; Maria-Benedita BASTO, maître de conférences, Université Paris IV; Rebecca BEHAR, artiste; Christian BENEDETTI, metteur en scène / directeur du Théâtre Studio d'Alfortville; Fethi BENSLAMA; Philippe BERAUD, économiste, professeur d'université; Fernanda BERNARDO; Samuel BIANCHINI, artiste et maître de conférences; Annie BIDET-MORDREL; Jacques BIDET; Guillaume BOCCARA, anthropologue, CNRS-EHESS; Constantinia BOGOS-HELFER, médecin; Carlo BORDINI, poète; Paul BOUFFARTIGUE, sociologue; Jean-Raphaël BOURGE, politologue; Jean Pierre BOURQUIN, peintre; Wendy BROWN, University of California;

Claude CALAME, Directeur d'études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales; Patrick CAVAGNET; Didier CHATENAY, physicien, CBRS; Francois CHEVAL, Directeur des musées de Chalon-sur-Saone; Gérard CLADY; Pierre CLEMENT, biologiste; Jean-Gabriel COIGNET, artiste; Rémi COIGNET, critique; Hélène CONJEAUD, Biophysicienne, CNRS, Université Paris Diderot; Catherine COLLIOT-THELENE, philosophe; Albano CORDEIRO, économiste-sociologue (franco-portugais), Paris; Thomas Coutrot, économiste atterré, co-président d’ATTAC; Marie CUILLERAI, philosophe, Université Paris 8; Philippe CYROULNIK, critique d’art;

Christophe DAUPHIN, écrivain et directeur de la revue Les Hommes sans Epaules; Dominique De BEIR, artiste; Judith DELLHEIM, économiste, Berlin; Christine DELPHY, sociologue CNRS; Christian DEPARDIEU; Anne DIMITRIADIS, metteur en scène; Noël DOLLA, artiste peintre; Costas DOUZINAS; Jérôme DUPIN, artiste et professeur des écoles nationales supérieures d'art;

Maria EFSTATHIADI, écrivain; Jean EISENSTAEDT; Nabil EL HAGGAR; Julia ELYACHAR; Roland ERNE, University College Dublin; Roberto ESPOSITO; Trevor EVANS, Berlin School of Economics and Law;

Camille FALLEN; Olivier FAVIER; Jeanne FAVRET-SAADA, Ethnologue, Marseille; Anita FERNADEZ, cinéaste, Paris; Franck FISCHBACH, philosophe; Thierry FONTAINE, artiste; Xavier FRANCESCHI, directeur Frac Ile-de-France/Le Plateau; Annie FROUARD; Jean Yves FROUARD;

Florent GABARRON, psychanalyste; Antonio GALLEGO, artiste plasticien; William GASPARINI, sociologue, professeur des universités; Jakob GAUTEL, artiste plasticien et enseignant; Elisabeth GAUTHIER, Espaces Marx, Réseau Transform !; Claude GAUTIER, Université Paul Valéry Montpellier 3; François Gèze, éditeur; Nigel GIBSON, Boston USA; Françoise GIL, sociologue; Alain GLYKOS, universitaire et écrivain; Nilüfer GOLE, EHESS; G. M. GOSHGARIAN, traducteur Tours; Stathis GOURGOURIS, philosophe, écrivain; Max GRATADOUR, Doyen des inspecteurs de l'Education nationale Académie de Limoges; Éric GUICHARD, philosophe (CIPh), Maître de conférences (ENSSIB/ENS-Ulm)

Patrice HAMEL, artiste plasticien; Marie-Elisabeth HANDMAN, anthropologue, Paris; Keith HART, anthropologue; Carlos HERRERA, professeur de droit; Nancy HOLMSTROM;

Engin ISIN;

Jean-Paul JOUARY, philosophe; Baudouin JURDANT, professeur émérite;

Jean-Pierre KAHANE, mathématicien, membre de l’Académie des sciences; Maria KAKOGIANNI; Jason KARAÏNDROS, artiste, professeur Ecole des Beaux-Arts de Rouen, ESADHaR; Anne KEMPF, enseignante; Danièle KERGOAT, sociologue; Delphine KOLESNIK-ANTOINE, maître de conférences, philosophie; Dimitra KONDYLAKI, dramaturge, traductrice; Michel KRIEGER; Robert KUDELKA; Cécile KOVACSHAZY, Universität Bremen;

Jean-Marc LACHAUD, Professeur d’esthétique à l’Université de Strasbourg; Rose-Marie LAGRAVE, directrice d’études à l'EHESS; Bernard LAHIRE, sociologue; Gérard LANIEZ, chargé de mission, Ville de La Rochelle; Jérôme LEBRE; Jean-Pierre LECOURT, Universitaire, Bordeaux; Jean-Pierre LEFEBVRE, Professeur de Philosophie, Ecole Normale Supérieure; Stéphane LEVY, cinéaste; Guy LELONG, écrivain; Jean-Marc LEVY-LEBLOND, physicien et essayiste; Laurent LOTY, chercheur au CNRS; Michael Lowy, sociologue; Seloua LUSTE BOULBINA, philosophe;

Pierre MACHEREY, philosophe; Bernard MAITTE, physicien, historien des sciences; Henri MALER, philosophe; Philippe MANGEOT; Bernard MARCADE, critique d’art, Paris; Alexandros MARKEAS, compositeur, professeur au Conservatoire de Paris; Philippe Marlière, Politologue, University College London; Tomaz MASTNAK, Ljubljana/University of California at Irvine; Jean MATRICON; Ugo MATTEI, Professor of Law, Università Torino and California; Alexandros MARKEAS, compositeur, professeur au Conservatoire de Paris; Jérôme MAUCOURANT, Université de Lyon; Marjorie MICUCCI, journaliste et critique d’art; Robert MILIN artiste, professeur dans une Ecole Nationale Supérieure d’Arts; Paul-Antoine MIQUEL; Miquel MONT, artiste plasticien; Laila MOUSTAFA; Chantal MOYAT, professeur agrégé de lettres classiques, retraitée de l'Education nationale; Ariane MNOUCHKINE;

Jean-Luc NANCY, philosophe; Toni NEGRI, philosophe; Frederique NETTER, psychiatre; Frédéric NEYRAT, philosophe;

Bertrand OGILVIE, Université Paris 8; Josiane OLFF-NATHAN; Martine OLFF-SOMMER;

Silvia PAGGI, Université de Nice-Sophia Antipolis; Mariella PANDOLFI, Professeur d’anthropologie, Université de Montréal; Leo PANITCH, York University, Toronto Canada; Νeni PANOURGIA, anthropologue; Catherine PAOLETTI, philosophe; Roland PFEFFERKORN, professeur de sociologie, Université de Strasbourg; Ernest PIGNON-ERNEST; Mathieu Potte-Bonneville; Ludovic POUZERATE, acteur, auteur et metteur en scène;

Yvon QUINIOU, philosophe;

Jacques RANCIERE, philosophe; Emmanuel RENAULT, philosophe; Judith REVEL; Michèle RIOT-SARCEY, historienne; Avital RONELL; Miriam ROSEN, journaliste-traductrice; Rossana ROSSANDA; Mohamed ROUABHI, auteur et metteur en scène;

Anne SAADA, historienne; Melpomeni SAMARA, Direction du développement culturel, Secteur Arts plastiques; Juan Domingo SANCHEZ ESTOP, écrivain/traducteur, Bruxelles, Belgique; Maria Eleonora SANNA; Hugo SANTIAGO, cinéaste; Diogo SARDINHA; Robert SAYRE, professeur émérite, Université Marne-la-Vallée; Marta SEGARRA, Université de Barcelone; Claire de SElVA,peintre-lissière; Cristina SEMBLANO, économiste; Guillaume SIBERTIN-BLANC, philosophe; Paul SILICI, Maire de Saorge; Richard SMITH; Jean-Paul SOUVRAZ, artiste peintre; Michalis SPOURDALAKIS, sociologue; Bernard STIEGLER; Ann Laura STOLER; Efi STROUSA, historienne et critique d'art; Michel SURYA, revue Lignes

Danielle TARTAKOWSKY, professeur d’histoire, Université Paris 8; Etienne TASSIN; Jean-François TEALDI, journaliste audiovisuel public; Catherine THENEVIN, ingénieur à l’Institut Jacques Monod, Université Paris 7; Spyros THEODOROU, directeur, Echange et diffusion des savoirs; Bruno TINEL, économiste; Dominique TISSERANDET, artiste, enseignant; Guy TORTOSA, critique d'art et inspecteur à la création artistique, Ministère de la culture (France); André TOSEL, philosophe; Josette TRAT, sociologue; Stéphane TROIS CARRÉS, artiste enseignant; Gilberte TSAÏ, metteur en scène;

Carmela URANGA, artiste plasticienne et traductrice;

Eleni VARIKAS; Marc VARTABEDIAN, psychiatre; Dimitris VERGETIS, psychanalyste, directeur de la revue grecque αληthεια; Jérôme VIDAL, directeur de RdL la Revue des Livres; Léonard VINCENT, journaliste et écrivain;

Heinz WISMANN; Frieder Otto WOLF, Freie Universität Berlin, ex-Membre du Parlement Européen

 Geneviève ZAMANSKY ; Clemens ZOBEL, politiste, Université Paris 8; Radmila ZYGOURIS.

 

Pour plus d'informations, adressez vos messages à vicky.skoumbi@gmail.com ou michel.vakaloulis@gmail.com.
Texte initialement publié dans « Libération» du 5 juin 2012.

Newsletter