Mar.
31
Mar

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Manuel Valls, une stratégie couronnée de succès

Comme le titre le quotidien Libération en première page de son édition du 30 mars 2015, Manuel Valls était battu, mais content le soir du deuxième tour des élections départementales qui ont vu le PS et l’ensemble de la gauche subir l’une des plus cuisantes défaites électorales de leur histoire.

Karl Marx à Highgate

«Le 14 mars, à trois heures moins le quart de l’après-midi, le plus grand des penseurs vivants a cessé de penser. Laissé seul deux minutes à peine, nous l’avons retrouvé, en entrant, paisiblement endormi dans son fauteuil, mais pour toujours.» Ainsi s’exprimait Friedrich Engels, le 17 mars 1883, devant la tombe de Karl Marx dans le cimetière de Highgate.

Clémentine Autain : les luttes par en bas

A quoi servent les partis politiques ? La parole du personnel politique est-elle écoutée ou comprise du public ? À quels segments de la population la gauche doit-elle s’adresser en priorité ? Est-il inéluctable que nous soyons représentés par des professionnels de la politique qui n’ont qu’une vague idée de nos attentes et de nos conditions de vie ?

« Les dynamiques unitaires mobilisent et radicalisent le peuple de gauche »

Co-fondateur des Socialistes affligés, Philippe Marlière explique les raisons de son adhésion à Ensemble-Front de gauche et défend un rassemblement pragmatique, une dynamique unitaire et pluraliste pour construire une nouvelle majorité de gauche.

Martin Luther King, l'insoumis

Martin Luther King à Selma (1965).Martin Luther King à Selma (1965).

La jeune cinéaste Ava DuVernay vient, avec Selma (2015), de réaliser un très grand film consacré à un épisode crucial de la lutte des Noirs pour l’égalité civique aux États-Unis. Cette œuvre rompt avec la représentation aseptisée de Martin Luther King, l’orateur œcuménique de I Have A Dream, et redonne au combat de King sa dimension révolutionnaire et pleinement spirituelle.

Le peuple, oui, mais quel peuple ?

La crise de la gauche française – politique, idéologique, de leadership – crée une situation de grande confusion. Celle-ci est propre aux « interrègnes » que mentionnait Antonio Gramsci, pendant lesquels on « observe les phénomènes morbides les plus variés »[1].

Syriza : une gauche radicalement réformiste et pragmatique

Professeur de science politique à University College London, coauteur de La Gauche radicale en Europe (Éditions du Croquant, 2013), Philippe Marlière revient sur l’ascension de Syriza jusqu’à son arrivée au pouvoir ce 25 janvier. Selon lui cette coalition de la gauche, radicalement réformiste et pragmatique, incarne désormais une « nouvelle social-démocratie ».

Alexis Tsipras : rock the casbah !

Syriza, la “coalition de la gauche radicale”, vient de remporter une victoire éclatante qui ne peut que réjouir l’ensemble de la gauche en Europe. Bien qu’acquis dans un environnement très différent, ce succès soulève un espoir aussi fort que celui suscité par la gauche française en 1981.

Justice pour tous

Je suis contre la peine de mort et la barbarie. Mes pensées attristées et bouleversées vont aux conjoint(e)s, enfants et parents des 17 personnes assassinées à Paris.

Je suis contre le délit d’opinion. Toute opinion qui ne porte pas atteinte à la dignité humaine doit pouvoir être exprimée. Cela ne signifie pas qu’il est fondamentalement pertinent de se moquer, d’insulter ou d’humilier des individus en raison de leurs croyances (notamment religieuses).

Le pape François, la divine surprise

L’année 2014 fut déprimante pour celles et ceux qui rêvent d’un monde plus juste et plus fraternel. En Europe, la gauche de transformation sociale se porte mal en général et ne semble pas bénéficier de la débâcle historique des partis dits “sociaux-démocrates”.

Pourtant, dans le contexte de politiques d’austérité brutales orchestrées par la troïka, la gauche grecque et espagnole relève la tête. Avec Syriza et Podemos, on assiste à la renaissance de la social-démocratie, une force qui s’était éteinte depuis une trentaine d’années.

Newsletter