Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

0 Édition

Portfolio 28 oct. 2021

Lannemezan 2021 - Pour la libération de Georges Abdallah

En 1984, Georges Abdallah était arrêté et condamné dans un procès inique. Libérable depuis plus de 10 ans, il reste emprisonné au mépris de la loi. C'est un militant communiste qui se bat derrière les murs sur des bases de classe, pour la Palestine et avec tous les exploités. Depuis dix ans, devant la prison, une manifestation qui ne cesse de grossir. Solidarité!

Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. "

    Les mots qui terminent la déclaration de Georges abdallah, qu'il nous adresse en ce 23 octobre 2021:

    Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de la Palestine et de sa prometteuse Résistance !
    Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur des Fleurs et des Lionceaux palestiniens !
    La solidarité, toute la solidarité avec les résistants dans les geôles sionistes et dans les cellules d’isolement au Maroc, en Turquie, en Grèce, aux Philippines et ailleurs de par le monde !
    La solidarité, toute la solidarité avec les jeunes prolétaires des quartiers populaires !
    La solidarité, toute la solidarité avec les prolétaires en lutte !
    La solidarité, toute la solidarité avec les masses populaires yéménites !
    Honneur aux Martyrs et aux masses populaires en lutte !
    A bas l’impérialisme et ses chiens de garde sionistes et autres réactionnaires arabes !
    Le capitalisme n’est plus que barbarie, honneur à tous ceux et toutes celles qui s’y opposent dans la diversité de leurs expressions !
    Ensemble Camarades, et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons !

    À vous tous Camarades et Ami·e·s mes salutations révolutionnaires

    En 1984, Georges Abdallah était arrêté et condamné dans un procès inique. Libérable depuis plus de 10 ans, il reste emprisonné au mépris de la loi.  C'est un militant communiste qui se bat sur des bases de classe pour la Palestine et avec tous les exploités.

    Depuis plus de 10 ans, une manifestation a lieu devant la prison. Elle prend une ampleur de plus en plus grande et mobilise de plus en plus largement. Un seul journal national, l'Humanité, et Mediapart ont fait résonner son nom au-delà de la région. Mais des groupes et partis diffusent de plus en plus largement l'information.

    La manifestation qui regroupait quelques dizaines de personnes au tout début, en comptait certainement plus de mille ce 23 octobre. Ce portefolio est réalisé pour témoigner de la mobilisation.

    Pour ouvrir ce portefolio, une banderole que j'apprécie tout particulièrement car elle souligne le caractère de classe du combat de Georges Abdallah.

    La manifestation part de la gare de Lannemezan. Des bus entiers viennent de Paris, Toulouse, Marseille, d'autres militants viennent en train, en voiture, de la région mais parfois de bien plus loin. 

    La marche s'organise, les banderoles se succèdent, annonçant leur lieu de militance et leurs organisations. Tous âges, toutes origines politiques.

  2. (Maire et adjoint PCF de la région, qui rappellent ceux qui dans le Nord-Pas de Calais depuis des années ont fait de Georges Abdallah leur citoyen d'honneur.)

  3. A l'arrivée à la prison, moment toujours émouvant : le bruit fait contre les grilles par une file de militants qui s'étire longuement.

  4. D'autres banderoles sur le chemin et sur les grilles.

  5. Et à l'entrée même de la prison, les banderoles s'affichent et le drapeau est hissé tout en haut des grilles. Des fumigènes colorent le ciel.

  6. Et de la sono s'échappe la déclaration de 2021 de  Georges ABdallah :

    Cher·e·s Camarades, cher·e·s Ami·e·s,


    Après un mois d’intense mobilisation solidaire en France, ainsi qu’ailleurs dans d’autres pays, vous voici rassemblés aujourd’hui face à ces murs et à ces barbelés. Comme il y a un an, ou même une décennie pour certains d’entre vous, votre simple présence ici suscite toujours beaucoup d’émotion et autant d’enthousiasme. Voyez-vous Camarades et Ami·e·s, l’ambiance dans ces sinistres lieux, toute cette ambiance carcérale, change quand l’écho de la vie agissante vient percuter la platitude sans nom d’une quotidienneté carcérale mortifère… Ainsi, des codétenus sociaux découvrent comme par enchantement, ne serait-ce que pour un petit moment, la beauté et la puissance des rapports humains foncièrement désintéressés et la solidarité en dépit de tant d’années derrière les barreaux… Suvivant dans la misère culturelle et affective, sans réels rapports avec la société depuis de longues années pour certains, cet éveil d’enthousiasme et d’humanité ne passe pas inaperçu ; ça se lit dans les yeux et ça se voit dans ces commentaires spontanés souvent sincères mais hélas sans lendemain…

    Camarades et Ami·e·s, l’écho de vos slogans, de vos chants et de tout le reste, passe outre ces barbelés et autres miradors, il résonne dans nos têtes et nous transporte loin de ces sinistres lieux.


    Cher·e·s Camarades, cher·e·s Ami.e.s, à l’aube de cette 38e année de captivité, vous savoir ici présents dans la diversité de votre engagement, à quelques mètres seulement de ma cellule, me remplit de force et apporte un cinglant démenti à tous ceux et toutes celles qui misaient sur l’essoufflement de votre élan solidaire. Il me conforte surtout dans la conviction que le changement des rapports de force en faveur des protagonistes révolutionnaires incarcérés est toujours fonction de la mobilisation solidaire assumée sur le terrain de la lutte anticapitaliste/anti-impérialiste ; ainsi peut-on dire sans la moindre hésitation : le soutien le plus significatif que l’on peut apporter à nos camarades embastillés s’inscrit d’emblée dans l’engagement réel dans la lutte en cours. Certainement vous n’êtes pas sans savoir que c’est toujours au niveau des instances politiques que l’on décide de la place et du poids du rituel judiciaire, du moment où il est question des protagonistes révolutionnaires incarcérés. C’est pourquoi d’ailleurs, ce n’est qu’en assumant la solidarité sur ce terrain de la lutte de classe et dans toutes ses dimensions que le maintien de nos camarades en prison commence à peser plus lourd que les possibles menaces inhérentes à leur libération. C’est aussi cet engagement et cette mobilisation solidaire combative qui font qu’en dépit de tant d’années de captivité, nous voici toujours ensemble Camarades, résolument debout avec la détermination à toute épreuve face à cette 38e année qui s’annonce déjà pleine de luttes et d’espoirs aussi.


    Camarades, par ces temps de pandémie, de crise pluridimensionnelle qui ébranle les piliers du système capitaliste mondial, les contradictions inter-imperialistes ne cessent de s’aggraver de plus en plus. Partout la bourgeoisie impérialiste brandit ces derniers temps le drapeau du nationalisme. Réflexe classique des capitalistes en temps de crise pour mieux ligoter les masses populaires à « leur »bourgeoisie et à « leur » État. Comme si la question à régler pour les travailleurs et autres précarisés était celle de « la grandeur de la nation », et non pas d’en finir avec le capitalisme et sa barbarie. Et pourtant, la crise du capitalisme moribond dans sa phase de putréfaction avancée est déjà là devant nos yeux au niveau planétaire… crise sanitaire, crise écologique, crise économique et sociale se conjuguent et s’amplifient toujours plus. Pas de sortie de crise dans le cadre du capitalisme. Le capitalisme mondialisé est le capitalisme réellement existant aujourd’hui. L’agonie de son monde ne s’achèvera que dans le dépassement du capitalisme, non pas à travers des compromis historiques et d’autres illusoires tentatives de sauvegarder les acquis d’un soi-disant capitalisme démocratique à visage humain, mais plutôt à travers la lutte implacable de « classe contre classe ». De nos jours, nous vivons tous sous l’hégémonie du capital mondialisé. Aucun pays ne peut échapper complètement au mécanisme destructeur de cette hégémonie. C’est ce « capitalisme mondialisé « à savoir le capitalisme réellement existant qui est en crise. Et c’est bien ce capitalisme que les communistes et tous les protagonistes révolutionnaires devront vaincre pour vaincre la barbarie. Pour la survie de l’humanité, pour la survie de notre planète, il faut savoir se débarrasser du capitalisme et de sa barbarie et au plus vite.

    Ces derniers temps, force est de constater Camarades, qu’au moment où en Afrique les positions de l’impérialisme français continuent de s’éroder au profit d’autres puissances (soi-dit en passant, pas seulement la Chine et/ou la Russie, mais aussi l’Allemagne, les USA et la Turquie), un processus de fascisation s’affirme de plus en plus en France. Certainement ce n’est pas le sujet sur lequel on peut s’attarder ici, il n’en demeure pas moins qu’il y a lieu de s’en inquiéter au plus haut niveau.

    Camarades, pour aller de l’avant dans la construction de l’alternative révolutionnaire appropriée, la convergence des luttes est plus qu’indispensable. Le bloc historique des travailleurs et autres précarisés se construit et se structure dans la dynamique globale de la lutte dans toutes ses composantes. Ce n’est qu’à travers cette dynamique globale que la lutte de classe rend manifeste les potentialités politiques du mouvement en cours, poussant le prolétariat agissant à s’approprier son expression politique consciente. En s’appropriant l’expression politique consciente de leurs intérêts de classe, les masses prolétaires se redécouvrent en tant que sujet de leur histoire et de l’histoire tout court. Ce n’est que dans ce processus de l’agir ensemble que les divers protagonistes de la lutte révolutionnaire ici et ailleurs de par le monde arrivent à construire l’alternative appropriée et à mettre un terme à l’agonie du capitalisme moribond dans sa phase de putréfaction avancée, à savoir l’agonie du capitalisme réellement existant.

    Comme vous voyez Camarades, la bourgeoisie arabe dans sa plus grande majorité affiche dorénavant sans fard son alignement dans le camp de l’ennemi. Ce qui ne manque pas d’un côté de peser sur la lutte des masses populaires palestiniennes et de l’autre côté d’affirmer la place particulière de la cause palestinienne en tant qu’un des principaux leviers de la révolution arabe. Et de toute évidence, la lutte à l’intérieur du bloc social de la révolution devrait faire le compte des tergiversations et autres compromissions de la bourgeoisie pour pouvoir faire face à toutes les propositions “liquidationnistes”. La Résistance palestinienne a et aura à affronter le “bloc réactionnaire arabo-sioniste” dirigé par les puissances impérialistes.


    La Palestine au quotidien nous donne à nous tous des leçons d’abnégation et de courage d’une exceptionnelle portée. Plus que jamais les masses populaires palestiniennes, en dépit de toutes les traîtrises de la bourgeoisie assument le rôle de véritable garant de la défense des intérêts du peuple. Face à l’occupation et à la barbarie de l’occupant, la première réponse légitime que l’on doit afficher avant tout autre chose est la solidarité, toute la solidarité, avec ceux et celles qui par leur sang font face à la soldatesque de l’occupation. Les conditions de détention dans les geôles sionistes ne cessent de s’empirer de jour en jour. Et comme vous le savez Camarades, pour y faire face la solidarité internationale s’avère une arme indispensable. Tout naturellement les masses populaires palestiniennes et leurs avant-gardes révolutionnaires peuvent toujours compter sur votre mobilisation et sur votre solidarité active.

    Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de la Palestine et de sa prometteuse Résistance !
    Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur des Fleurs et des Lionceaux palestiniens !
    La solidarité, toute la solidarité avec les résistants dans les geôles sionistes et dans les cellules d’isolement au Maroc, en Turquie, en Grèce, aux Philippines et ailleurs de par le monde !
    La solidarité, toute la solidarité avec les jeunes prolétaires des quartiers populaires !
    La solidarité, toute la solidarité avec les prolétaires en lutte !
    La solidarité, toute la solidarité avec les masses populaires yéménites !
    Honneur aux Martyrs et aux masses populaires en lutte !
    A bas l’impérialisme et ses chiens de garde sionistes et autres réactionnaires arabes !
    Le capitalisme n’est plus que barbarie, honneur à tous ceux et toutes celles qui s’y opposent dans la diversité de leurs expressions !
    Ensemble Camarades, et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons !

    À vous tous Camarades et Ami·e·s mes salutations révolutionnaires

    Votre Camarade Georges Abdallah

    Sur le site consacré depuis de nombreuses années à la libération de Georges Abdallah : https://liberonsgeorges.samizdat.net/ses-declarations/declaration-de-georges-abdallah-23-octobre-2021/

    La pétition publiée sur Mediapart qu'il est toujours possible de signer : https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/221021/la-liberation-de-georges-abdallah-une-exigence-de-justice

    Les photos ont été prises par mes soins et peuvent être reprises aussi largement que voulu. D.V.P.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel